InterviewEtranger

Liam Marolany-Mirandon (Newberry Men’s Soccer) « Aux Etats-Unis ? Tout est différent ! »

31/05/2020 à 19:01

Liam Marolany-Mirandon, attaquant droit (2000) formé à l'AS Cannes et aux Lilas, s’aguerrit en NCAA, en D2 américaine, depuis bientôt un an. Pour Actufoot, il nous donne de ses nouvelles et évoque sa nouvelle vie aux Etats-Unis.

Liam, comment se passe l’aventure aux USA ?

Jusqu’ici tout va bien ! C’est une expérience géniale qui m’apporte beaucoup sur mon autonomie, mon niveau d’anglais et mon football. J’ai hâte de passer à la saison prochaine !

Comment avez-vous atterri là-bas ?

Christian Chambo m’a orienté pour cette aventure, tout comme pour l’aventure à l’AS Cannes. J’ai donc pu grâce à lui me mettre en lien et rejoindre la branche « FFFUSA » qui me dirige et m’accompagne jusqu’en Caroline du Sud.

Dans quel club évoluez-vous ? Quelle est sa place dans le soccer aux États-Unis ?

J’évolue actuellement aux Newberry Men’s Soccer en division 2 de NCAA.

Allez-vous continuer aux USA la saison prochaine ?

C’est une certitude que je poursuis la saison prochaine voire un peu plus. Rien n’est encore sûr, je me consacre déjà sur les performances d’aujourd’hui pour pouvoir me projeter dans le futur.

Quel est votre objectif sur le court et long terme ?

Mon objectif premier, sur le plan sportif, est de travailler sur mes lacunes footballistiques. Je suis là pour apprendre et j’évolue de jours en jours. Sur le plan scolaire, c’est de rester régulier et d’obtenir un diplôme universitaire.

Pensez-vous à revenir en France ?

Il n’est pas impossible que je puisse revenir en France si la proposition est intéressante, bien sûr ! Si j’ai fini tout ce que j’ai à faire aux Etats-Unis, je suis ouvert à toute opportunité.

Continuez-vous à suivre vos anciens clubs de l’AS Cannes et des Lilas ?

Oui, je reste en contact avec les supérieurs et quelques coachs de mon club formateur Lilasiens. Du côté de l’AS Cannes, j’ai juste suivi brièvement le championnat U19 National qui était mon ancien championnat.

Quelle est la journée type d’un footballeur aux États-Unis ?

Pour résumer, cela consiste à se lever tôt le matin pour étudier (ou faire de la musculation selon le jour), manger le midi et se reposer quelques heures avant l’entraînement. Une fois l’entraînement fini, on a carte blanche pour aller manger le soir, faire nos devoirs et se relaxer un peu avant d’attaquer le jour suivant.

Quelles différences avec la France ?

Tout est différent ! Le sport aux Etats-Unis ne peux pas être effectué si le cursus scolaire du joueur ne suit pas. De plus, nous sommes beaucoup plus suivis et accompagnés que ce soit au niveau sportif ou scolaire.

Conseilleriez-vous aux jeunes joueurs d’aller jouer aux States ?

Bien sûr ! Si les moyens le permettent et que le mental, l’envie de réussir, suivent, alors qu’ils tentent leur chance !

Sentez-vous une progression dans votre jeu depuis que vous êtes là-bas ? En quoi avez-vous évolué ?

Je dirais que je suis en cours de progression, sur mes appels de balle, mon placement sur le terrain qui m’a souvent fait obstacles pendant mes matchs. Je suis content de pouvoir travailler dessus et je suis de plus en plus épanouis sur les pelouses.

Est-ce qu’il y a des clubs qui vous ont demandé ?

Pour l’instant, aucun club ne m’a contacté.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

De poursuivre ma progression actuelle de manière régulière et de marquer beaucoup de buts.