EntretienN2

Théo Chendri (FC Nantes) : « Quand Lucas Tousart allait à Rodez, je signais au Barça »

20/12/2018 à 17:07

A 14 ans, il défrayait la chronique en étant le premier joueur français à intégrer la Masia, le célèbre centre de formation du FC Barcelone. Depuis Colomiers (et Aussonne, où il avait débuté le football), Théo Chendri allait vivre pendant cinq ans la réalité d'un des plus grands clubs du monde, au contact des Messi, Dani Alves, Iniesta et compagnie. Aujourd'hui pourtant, même s'il est pro, son quotidien se limite à la réserve du FC Nantes en N2, un club où il arrive en fin de contrat en juin prochain, et qui ne semble pas miser sur lui. Avec beaucoup de lucidité et de franchise, le Toulousain revient pour Actufoot sur son passé extraordinaire, son image de petit prodige, son présent plus banal et un avenir encore incertain. Et de toujours continuer à rêver jouer un jour en L1. A Nantes ou ailleurs, dans un club qui lui permettrait d'exprimer enfin tout ce qu'il a appris à Barcelone.

Théo, comment avez-vous vécu, il y a deux ans et demi, votre départ de Barcelone ?

Ce fut un changement assez brutal. On ne va pas se mentir, un vrai déchirement. Mais en même temps je revenais en France avec beaucoup d’ambition, dans un club comme le FC Nantes qui avait beaucoup insisté pour me recruter et que je voulais rejoindre absolument eu égard à ce qu’il représentait dans l’histoire du foot français, mais j’avais certainement sous estimé l’impact de la transition, le temps qu’il me faudrait pour me défaire des préceptes qui avaient guidé ma vie pendant cinq ans. Car le Barça, en terme de jeu et de formation, reste ce qui se fait de mieux au monde.

Vous avez eu du mal à vous adapter à Nantes ?

Je me suis adapté à ce qu’on me demandait et qui n’avait rien à voir avec ce que j’avais connu jusque là à Barcelone. Franchement, ça a été très dur de sortir du contexte quand même assez particulier de la Masia. Mais, à Nantes ou ailleurs, cela aurait été aussi difficile pour moi car ce que je venais de vivre était tellement exceptionnel, dans une philosophie de jeu tellement unique, et j’adhérais tant à ces principes là, que quitter tout ça ne pouvait être qu’un choc culturel pour moi. Imaginez, entre 14 ans et 19 ans, au moment où beaucoup de choses se mettent en place dans une vie, je suis complètement tombé amoureux de ce style de jeu, j’en étais totalement imprégné.

Lire l’interview complète sur Actufoot.com

Théo Chendri (FC Nantes) : « Quand Lucas Tousart allait à Rodez, je signais au Barça »