ITWDistrict/Ligue

Jean-Michel Larqué « Que les clubs ne viennent pas pleurer en fin de saison… »

29/03/2019 à 17:07

Président du district des Pyrénées Atlantiques entre 2006 et 2017, l'ancien capitaine des Verts de Saint-Étienne a jeté l'éponge il y a un an et demi et craint qu'aujourd'hui la fonction de président de ligue ou de district attire des profils pas forcément compatibles avec les valeurs du foot amateur. Il s'en explique.

Que vous inspire le profil moyen qui fait des présidents de districts ou de ligues majoritairement des retraités ?

Lorsque j’ai commencé mon mandat de président de district, je n’étais pas à la retraite et beaucoup ne le sont pas non plus lorsqu’ils arrivent en poste. Ils le deviennent avec le temps. En même temps, être retraité n’est pas une insulte. Aujourd’hui, plus qu’une question d’âge, entre les retraités et les autres, je scinderais les présidents des ligues et des districts en deux catégories ; les vrais bénévoles et les faux bénévoles.

C’est-à-dire ?

Un vrai bénévole sait dans quoi il s’engage, et est prêt à se mettre au service du football, des clubs et des pratiquants, sans compter ses heures. Parce que la fonction est dévoreuse de temps et ne se limite pas à couper des rubans comme trop de gens le pensent. Ceux que j’appelle les faux bénévoles ont plutôt tendance à se servir du football à leurs fins personnelles. Certains sont même rémunérés grassement, jusqu’à 9000 euros/mois. Et tout ça dans un cadre légal puisque ce sont les clubs qui en ont décidé ainsi, par vote. Qu’ils ne viennent donc pas pleurer en fin de saison quand ils auront du mal à boucler leur budget, ce qui reste quand même une réalité largement partagée dans le monde amateur.

Pour lire l’intégralité de l’interview, cliquez ci-dessous :

Jean-Michel Larqué « Que les clubs ne viennent pas pleurer en fin de saison… »