R1(C)J1

US Roye-Noyon : Pascal Manteau en a « ras-le-bol » et envisage d’arrêter

15/09/2020 à 12:00

Dépassé par l'évolution du football et des mentalités, l'entraîneur de l'US Roye-Noyon pense à raccrocher. Et ce n'est pas son expulsion lors du match de R1 de ce dimanche 13 septembre qui permettra de tempérer sa décision. Au contraire.

Des comportements exécrables, une décision arbitrale synonyme de goutte d’eau qui fait déborder le vase et un ras-le-bol général… Les raisons qui expliquent le coup de gueule poussé par Pascal Manteau sont multiples. Et deux jours après le premier match de la saison disputé par l’US Roye Noyon en Régional 1 (défaite 3-0 face à Cambrai), l’entraîneur du club de l’Oise campe sur ses positions. De son côté, la décision est prise. Ne reste plus qu’à l’officialiser : l’ancien joueur professionnel de l’Amiens SC, en D2 dans les années 80, envisage de raccrocher. « L’épisode de dimanche est celui de trop, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase », peste-t-il.

« On vit dans une société où personne n’ose ouvrir sa gueule »

Après l’exclusion de deux de ses joueurs et l’un de ses adjoints, Manteau est à son tour expulsé. Plus que la défaite et la décision arbitrale, c’est l’évolution du football et des mentalités qu’il n’arrive plus à suivre. « Aujourd’hui, l’arbitre ne cherche plus à comprendre l’avis de l’entraîneur. Avant, tu pouvais boire un coup avec lui à la fin du match et revenir sur la renconte, mais ce n’est plus le cas. On vit dans une société où personne n’ose ouvrir sa gueule (sic), constate-t-il. Et j’ai l’impression qu’on ne peut plus laisser sa passion s’exprimer. Le foot a beaucoup changé depuis 15 ans. A côté de ça, j’ai un boulot qui me prend énormément de temps. C’est 15 heures par jour tous les jours. Alors à 56 balais, je commence à fatiguer. »

Quoi qu’il en soit, quelle que soit sa décision, et bien que rien ne soit encore officiel, celle-ci semble inéluctable. L’avenir entre Pascal Manteau et l’US Roye Noyon paraît bien flou. Mais le technicien veut faire les choses bien. « On va faire en sorte de tourner la page correctement », dit-il, alors qu’un troisième tour de Coupe de France se profile ce dimanche 20 septembre.