Dossier

Arbitrage et violence, nos propositions pour réduire les actes

20/02/2018 à 14:56

Dans la lutte pour réduire les faits de violence dans le foot amateur, Actufoot se mobilise et propose cinq solutions.

Après notre article pour exposer les faits sur la recrudescence de la violence envers les arbitres, et l’interview du président de l’Union Nationale des arbitres de football, Actufoot propose cinq solutions pour tenter d’endiguer la situation.

Nous vous dévoilerons les résultats de notre sondage et la réaction du président du District, Edouard Delamotte, pour chacune des propositions.

Proposition numéro 1 : Le carton blanc

Cette proposition permettrait de faire sortir pendant dix minutes un joueur, pour le calmer. Le carton blanc existe dans de nombreux championnats ou départements, comme les Pyrénées-Atlantique.

Le sondage

Proposition numéro 2 : Des matches à huis clos en football réduit

De nombreuses personnes jugent le comportement des parents déplacé. Ils seraient la cause de débordements dans plusieurs cas. Cette proposition ne donnerait la possibilité d’accès à l’enceinte sportive qu’aux licenciés présents sur la feuille de match.

Le sondage

Proposition numéro 3 : Une réunion avec tous les acteurs du football

Organisées en comité extraordinaire de plusieurs centaines de personnes représentant toutes les familles du football ou en petits groupes de 100 personnes par secteurs géographiques, ces réunions offriraient un moment d’échange pour remettre à plat tous les problèmes.

Le sondage

Proposition numéro 4 : Limiter les frais d’arbitrage pour les officiels stagiaires

Comme en entreprise, où les stagiaires sont moins rémunérés que les titulaires, cette option permettrait, pendant un certain temps, de réduire les revenus des arbitres qui débutent. Cela serait une solution pour connaître les motivations réelles des nouveaux officiels.

Le sondage

Proposition numéro 5 : Faire payer les amendes par les joueurs plutôt que par les clubs

Pour inciter les joueurs à être plus respectueux envers les arbitres, une solution serait de leur faire payer l’amende reçue pour leur comportement blessant ou offensant, qu’il soit physique ou verbal. Ainsi, ça libérerait les clubs de cette charge financière. Un joueur qui n’a toujours pas payé son amende ne pourrait pas jouer, même s’il a purgé sa suspension.

Le sondage