Interview OGCN

Cédric Varrault « Nice accorde beaucoup d’importance aux anciens »

10/07/2019 à 20:30

L'Aiglon est de retour dans son nid. À 39 ans, Cédric Varrault revient dans son club de coeur, à l'OGC Nice. En début de semaine, il a pris ses nouvelles fonctions d'entraîneur adjoint de la N3 pour apporter toute son expérience aux jeunes du centre de formation. L'ancien capitaine du GYM arrive du VSJB en terrain connu. En exclusivité pour Actufoot, il détaille son nouveau rôle à Nice, parle des valeurs du club niçois et nous livre ses sentiments sur le football amateur.

Vous venez de rejoindre le staff de l’équipe N3 de l’OGC Nice en tant qu’adjoint de Laurent Bonadei. Comment s’est passée la reprise ?

On a repris hier (lundi), c’était top ! Cela a permis de présenter certains points, de découvrir le groupe, de mettre en place certaines choses et surtout d’apprendre à se connaître. C’était un super premier contact ! On va rentrer rapidement dans le vif du sujet.

Quel sera concrètement votre rôle dans le staff ?

Je serai donc l’adjoint de Laurent Bonadei avec la N3. L’idée est que je sois un peu son relais. Je vais essayer d’apporter mon expérience aux jeunes du groupe, d’encadrer sur le rectangle vert mais aussi en dehors sur le banc.

Quels seront vos objectifs pour cette saison ?

Au niveau sportif, ça serait bien de pouvoir remonter en N2. Après, nous allons voir au fur et à
mesure de la saison.L’idée est d’aider les jeunes à progresser au maximum. On veut leur apporter des nouvelles compétences, des conseils précieux pour progresser. Je vais essayer d’apporter toute l’expérience que j’ai eu en tant que joueur. Tout cela, justement, dans le but de les aider, un jour, à atteindre l’effectif professionnel.

Vous avez suivi votre formation sur la Côte d’Azur, d’abord au Rapid Menton, puis à l’OGC Nice (1999 à 2007), où vous en êtes devenu le capitaine en 2005. Quel lien avez-vous gardé avec le club ?

C’est mon club de cœur ! Je suis arrivé à Nice à l’âge de 18 ans donc j’ai aussi connu l’équipe réserve. J’ai un peu franchi tous les échelons avant de pouvoir signer professionnel. En effet, j’ai également porté le brassard de capitaine de l’équipe en Ligue 1, pour moi c’est vraiment le club qui a lancé ma carrière. C’est un simple retour des choses. Maintenant, je vais essayer d’apporter certains conseils et tout ce que j’ai appris auprès des jeunes pour qu’un maximum de joueurs puisse atteindre l’élite.

« J’ai pu vivre de ma passion et faire le métier de mes rêves grâce à l’OGC Nice »

Comment qualifier votre amour pour Nice et pour la Côte d’Azur ?

(Sourires) C’est toute ma vie, j’ai grandi ici dans la région. J’ai connu le monde amateur en jeune ici. Nice est le club qui m’a tout donné. J’ai pu vivre de ma passion et faire le métier de mes rêves grâce à l’OGC Nice. Donc comme je le disais je me dois de redonner au club tout ce qu’il m’a donné.

Le 25 août 2018 restera une date particulière pour vous. Lors du match contre Dijon, vous avez
obtenu le trophée d’ancien Aiglon…

C’est une belle marque de reconnaissance pour nous. L’OGC Nice accorde beaucoup d’importance aux anciens, on le voit notamment avec la remise des trophées avant chaque match à domicile. Il donne aussi une perspective de reconversion aux ex-joueurs du club. Il garde certaines valeurs et on le voit aussi avec les actions solidaires et humanitaires auprès des enfants et des personnes dans le besoin. On voit que Nice attache beaucoup d’importance à toutes ces choses. Cela montre que le club a grandement évolué. Je suis fier de faire partie de ce projet.

Cédric Varrault a disputé 226 matches avec l’OGC Nice / @OGCN

C’est ce qui vous a motivé à revenir au club ?

Bien sûr, le projet que m’a proposé Gilles (Grimandi) était vraiment ce que je voulais faire. Pouvoir côtoyer Laurent au quotidien, c’est top ! Le club a évolué au niveau sportif, il fait partie des 5 plus gros clubs français. On le voit au niveau sportif avec les résultats, au niveau des infrastructures qui sont de très haut niveau. Tout est mis en œuvre pour que l’on puisse travailler dans les meilleures conditions chez les pros comme au centre de formation. Il y a tout pour que Nice devienne un très grand club.

Pour revenir sur les actions auxquelles vous avez participé avec le club, il y a le village de l’OGC Nice à Saint-Martin. Est-ce toujours important pour vous de venir à la rencontre des supporters niçois ?

Evidemment ! En tant qu’ancien joueur cela fait toujours plaisir de revoir tous les supporters et les gens qui aiment l’OGC Nice. Cela nous permet de nous rappeler de quelques souvenirs et de les remémorer avec eux. C’est un honneur et un plaisir de pouvoir partager ces moments et c’est pour ça que nous les anciens nous répondons toujours présent lorsque le club nous sollicite. Cela nous permet de continuer à véhiculer certaines valeurs avec les personnes qui aiment ce club.

« Au niveau des valeurs, il y a énormément d’humain dans les clubs amateurs »

Le 2 avril, accompagné de Kamel Larbi, vous êtes partis à la rencontre des U17 Nationaux du club. Est-ce que cela vous tient à cœur d’accompagner ces jeunes niçois vers le monde professionnel ?

Avec Kamel Larbi, qui est une belle personne, nous avons eu la chance d’évoluer au haut niveau. Maintenant, l’idée est de transmettre aux jeunes. Footballeur, c’est un métier qui n’est pas facile. Nous voulons, à la demande du club, leur transmettre certains conseils afin de leur donner tous les moyens de réussir pour qu’un maximum de jeunes puisse vivre de sa passion et exercer ce métier extraordinaire. Je fais ceci avec un grand plaisir et je peux vous dire qu’avec Kamel, nous avons passé un super moment ce jour-là.

Vous avez rejoint Nice à 19 ans, après avoir évolué au Rapid de Menton. Le football amateur est-il un bon centre de formation ?

Bien entendu ! Tout d’abord au niveau des valeurs, il y a énormément d’humain dans les clubs amateurs. J’ai encore eu la chance de le vivre la saison dernière avec l’équipe de Villefranche Saint- Jean Beaulieu. À titre personnel, j’ai vécu une superbe expérience là-bas. J’en ressors encore grandi car j’ai côtoyé des très belles personnes. J’ai retrouvé toutes les valeurs que nous aimons dans le football. Cela a été très enrichissant. Au niveau sportif, le milieu amateur a évolué aussi. Aujourd’hui, il y a de bonnes équipes et ça joue très bien au ballon. Ces championnats sont regardés par les clubs professionnels parce qu’il y a des joueurs amateurs qui méritent de jouer au niveau pro. Ce qui est important, c’est de ne jamais lâcher, de travailler pour obtenir une juste récompense. Il faut toujours prendre du plaisir et saisir sa chance quand elle arrive.

Quelle est la différence entre le monde amateur et le monde professionnel ?

Dans les clubs amateurs, l’état d’esprit c’est beaucoup pour le plaisir. Après dans le milieu professionnel, c’est vrai qu’il y a un enjeu économique qui est extrêmement important. Mais il y a aussi des belles valeurs dans ce milieu. À Nice, beaucoup de salariés sont ici depuis des années. Ils étaient là quand j’ai commencé et ils y sont toujours. Donc cela prouve que l’OGC Nice veut maintenir ces valeurs qui sont très importantes dans un club. On peut dire qu’ici, il y a un mixte des deux.

Vous avez obtenu votre B.E.F cet été, après une expérience à Villefranche St Jean Beaulieu, vous allez débuter une seconde aventure sur un banc. Aspirez-vous à entraîner à plus haut niveau dans les années à venir ?

Cela fait maintenant un an que je suis revenu sur Nice. L’année dernière j’étais au club de Villefranche Saint-Jean Beaulieu où j’ai vécu une superbe expérience humaine et sportive. J’ai découvert de très belles personnes et cela m’a permis aussi de toucher à l’autre côté car j’étais l’adjoint des U19. J’ai donc passé ma première formation. Mon but est de continuer à apprendre au contact de formateurs, d’entraîneurs d’un club pro avec des grands niveaux. Je veux m’endurcir un maximum et poursuivre mon apprentissage. Pour moi, c’est tout bénéfique ! L’idée, dans un second temps, serait d’obtenir le D.E.F.

Qu’est ce que l’on peut vous souhaiter pour cette saison ?

Tout d’abord prendre du plaisir car c’est ça le football. De continuer à apprendre et à m’enrichir auprès des très bons formateurs et des très bons entraîneurs ici à Nice. Vraiment, je veux prendre du plaisir en partageant mon expérience aux jeunes.

Propos recueillis par Jimmy Comte