CFA 2Groupe G

Chabas (Grasse) : « Un groupe de sept s’est formé »

10/03/2017 à 8:29

Doté de neuf points de mieux que son premier poursuivant, Balma, qu'il affronte demain, à 18 heures, le RC Grasse démarre le sprint final bien placé. Mais, dans ce groupe G de CFA 2, "ça va très vite", résume Loïc Chabas, l'entraîneur du leader.

Comment appelez-vous le rendez-vous de ce samedi, à 18 heures, face à votre dauphin, Balma ?

C’est un rendez-vous important. Mais pas décisif mathématiquement, car, derrière, il reste vingt-quatre points en jeu. Mais c’est sûr que ça peut être un tournant psychologique dans la saison. En cas de victoire, en fonction de Furiani – Cannet Rocheville et du déplacement d’Aubagne, on pourrait agrandir le nombre de points d’écart. Mais ça va très vite. D’autant qu’il y a toujours des confrontations directes dans le haut de tableau. En tout cas, un groupe de sept qui s’est formé (de Grasse leader avec 38 points à l’AC Ajaccio, septième avec 26 points, NDLR).

Vous pourriez avoir un minimum de dix points d’avance à huit matches de la fin, en cas de victoire…

Oui, mais on l’a vu, ça peut se transformer en quatre points en trois semaines. Derrière, il ne peut pas y avoir de relâchement. C’est un gros rendez-vous face à un adversaire qui, lors des matches allers, est celui nous a mis le plus en difficulté, hormis la rouste de Rocheville (6 – 0).

Comment jugez-vous Balma ?

Il y a beaucoup de qualités individuelles et collectives. C’est une équipe complète. Individuellement, offensivement, c’est au dessus du lot. C’est cohérent, compact.

« Si la PHA monte, on gardera la même politique »

Vous venez d’avoir deux semaines de trêve.

C’est compliqué à gérer. D’autant qu’on a trois matches puis encore une trêve. On ne peut pas faire d’amicaux car nos réserves jouent, donc on a un effectif restreint et on s’occupe des blessés. Le match à Ajaccio a laissé pas mal de traces. C’était difficile. Il a fallu soigner quelques blessés. Même si on a encore trois absences ce week-end.

L’équipe de CFA 2 est leader, celle de PHA aussi. Est-ce que vous allez être tentés de les renforcer pour les aider dans les prochaines semaines ?

On a une politique mise en place pour la quatrième année avec Karim (Adsa). On n’est pas au dessus des autres pour dire qu’on va renforcer la PHA, car le championnat de CFA 2 est très compliqué. On ne peut pas se relâcher. Ce qui fait notre force, c’est que les joueurs qui descendent jouent le jeu depuis le début de saison, puisqu’on a des joueurs de souche. En PHA, on a des joueurs qui ont au maximum 22 ans. Ils sont 100 % formés au club. Le but est qu’ils se forgent dans ce championnat pour nous aider dans l’année ou dans le futur. S’ils montent, on gardera la même politique. On est capable de se maintenir en DHR. C’est une équipe qui se base sur la formation. Son secret est dans la bonne ambiance qu’il y a entre les deux groupes.