Club

Entente RC Grasse-AS Cannes : la sortie de Jean-Philippe Cheton ne laisse pas insensible !

27/11/2020 à 18:24

La sortie sur Actufoot de Jean-Philippe Cheton, président de la SAS du RC Grasse, sur l'idée d'un projet d'entente avec l'AS Cannes, n'est pas passée inaperçue. Actufoot décrypte les réactions des municipalités, instances et clubs.

Les déclarations sur Actufoot de Jean-Philippe Cheton, président de la SAS du RC Grasse, et Gilles Rondoni, adjoint aux Sports de la Ville de Grasse, ont fait réagir. Une entente entre le club grassois et l’AS Cannes, il faut dire que l’idée est séduisante. Provocatrice aussi pour les supporters qui s’inquiètent du risque de voir leur club perdre leur identité, mais pertinente au vu du contexte économique difficile dans lequel les structures sportives baignent depuis plusieurs années. En France, de nombreux clubs ont déjà cédé à la tentation de l’entente ou de la fusion, dans la région aussi avec l’AS Cagnes Le Cros, le Marignane Gignac FC ou encore le FC Côte Bleue. Aujourd’hui, la crise sanitaire vient mettre un nouveau coup de massue aux associations sportives et aux mairies qui se savent dans l’obligation de baisser leur budget pour les prochaines années. La solution de l’entente ou de la fusion revient donc plus que jamais sur le tapis.

L’enjeu de ces alliances de clubs est donc également politique car dans la mise en place des diverses métropoles, il y a aussi une volonté de mutualiser les moyens pour le sport. Karl Olive, maire de Poissy, nous avait donné son avis en avril dernier sur l’hypothèse d’une fusion entre le club de sa ville (N2) et ses voisins du FC Mantois (N3) et de l’OFC Les Mureaux (N3) : « Ces clubs font partie de villes qui font partie d’une communauté urbaine dont je suis le vice-président et qui regroupe 405 000 habitants. Le législateur a souhaité mutualiser les services. Nous avons dans notre agglomération trois clubs, que vous avez cités et qui se valent plus ou moins. L’addition de ces trois clubs nous permettrait d’avoir un très grand club en Val-de-Seine ». Qu’on le veuille ou non, financièrement, sportivement et politiquement, cette proposition d’unir les forces pour créer le grand club de l’Ouest des Alpes-Maritimes est intéressante. Elle permettrait peut-être de donner à un seul et même grand club les moyens de ses ambitions et de retrouver le niveau professionnel. Bref, le troisième grand club du District Côte d’Azur après l’OGC Nice et l’AS Monaco.

Actufoot a lancé le débat !

Ces deux articles, vous l’avez compris, ont eu une portée retentissante. La mairie de Cannes en a même pris connaissance, mais malheureusement elle n’a pas souhaité nous répondre concernant « cet écho qui n’engage que son auteur ». Le patron de la Ligue Méditerranée, Eric Borghini, nous a donné son avis dans une interview qu’il nous a accordé hier matin. Pour lui, « Il est aujourd’hui difficile d’avoir deux clubs de haut niveau si proches géographiquement. Un rapprochement entre le RC Grasse et l’AS Cannes peut être intéressant. L’AS Cannes a une longue histoire : c’est un club formateur reconnu, il y a un savoir-faire. Le RC Grasse a su mener à bien son projet de développement et les résultats sportifs sont à la hauteur de la qualité du travail qui a été réalisé. Il y a des deux côtés des dirigeants très compétents. S’ils ont besoin de la Ligue pour avancer sur ce projet, nous les accompagnerons ».

AS Cannes – RC Grasse, match amical (1-1) – Samedi 29 Août 2020 (Crédit photo : Kevin Mesa/AS Cannes)

Du côté de l’AS Cannes, c’est silence radio. Malgré de nombreuses sollicitations, ni la présidente Anny Courtade, ni les autres dirigeants contactés, n’ont souhaité communiquer à ce sujet. Signe de discussions secrètes déjà engagées ou plutôt une façon de fermer la porte brutalement ? Nous ne le savons pas pour le moment, mais quoi qu’il en soit, c’est un grand coup de pied dans la fourmilière que Jean-Philippe Cheton a lancé sur Actufoot. « L’idée est plutôt d’initier une réflexion collective avec Mme Courtade, nos Maires David Lisnard et Jérôme Viaud, sans oublier les amoureux du football de notre bassin. D’un côté nous avons un club sous perfusion de sa Municipalité depuis plusieurs années, dans un contexte économique apocalyptique, et de l’autre un club sans les infrastructures de ses ambitions. Par contre, nous sommes tous amoureux de notre bassin, passionnés de football et avons la même ambition de retrouver ce parfum des matchs connus à Coubertin dans les 90… Parce que oui c’était il y a plus de vingt ans maintenant. Je ne sais pas aujourd’hui si nous avancerons dans cette direction ou dans une autre, mais elle mérite d’être explorée » nous avait déclaré l’ambitieux président.

Une réunion de l’association du RC Grasse a eu lieu mardi !

A sein même du RC Grasse, cette annonce a surpris. Selon nos informations, une réunion aurait même été organisée par l’association mardi menée par le président Jean-Pierre Chiret. Pas pour parler exclusivement de ce sujet, mais un peu quand même… Jean-Marie Dalmas, président des anciens du RC Grasse, y était. Il nous a informé qu’il n’y avait pas eu d’avancées lors ce rendez-vous : « Pour l’instant, c’est un peu le statu quo, a-t-il précisé, Jean-Philippe Cheton voulait peut-être envoyer un pavé dans la marre pour débloquer la situation auprès des mairies ». Si c’est le cas, c’est réussi. Tout laisse à penser que les mairies des deux villes en ont parlé après la diffusion de ces propos, ainsi que l’invitation lancée par Gilles Rondoni à la mairie de Cannes.

Jérôme Viaud, maire de Grasse, accompagné de son adjoint aux sports Gilles Rondoni.

« L’idée apparemment serait de réfléchir à un stade plus important et de viser la montée en Ligue 2 à moyen terme. Maintenant, je ne pense pas que la mairie puisse avoir les capacités économiques pour financer le stade. Celui qui peut relancer cette histoire, c’est le maire en parlant aux autres maires » a expliqué le joueur emblématique grassois des années 70 qui a également été éducateur au club pendant 40 ans. « Aux autres maires », oui, car le projet pourrait en fait toucher d’autres villes, voire d’autres sports : « A un moment donné, il était question de faire un pôle football sur Cannes, un pôle rugby à Grasse et un club de basket à Antibes. Ils voulaient essayer de faire une équipe pour rentrer dans l’élite dans les trois sports. L’idée de Jean-Philippe Cheton serait donc omnisports, mais c’est très compliqué d’accomplir cela avec les différentes fédérations ».

Un tel projet ne pourrait donc pas voir le jour sans un accord des municipalités, mais selon Jean-Marie Dalmas, « si on attendait que la mairie de Cannes réagisse, elle n’a pas réagi de la bonne façon ». Le débat mérite-t-il d’être ouvert à nouveau ? La question peut se poser même s’il existe à l’heure actuelle des obstacles qui semblent difficiles à surmonter. Edouard Delamotte, président du District Côte d’Azur, met en avant un problème : « Je ne vois pas comment une SAS et une association pourraient faire une entente. Même au niveau de la proximité, Cannes et Grasse ne sont pas deux villes côte à côte. Donc, si ce n’est pas pour une fusion totale des deux clubs, je ne vois pas comment cela pourrait se concrétiser » nous a-t-il confié. En effet, si volonté il y avait d’aller plus loin, les obstacles administratifs ne manqueront probablement pas et il faudra peut-être plus qu’une entente pour concrétiser le projet. Mais chaque chose en son temps.

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟