Détection FFFusa

FFFusa – Ahmed Hajji (Hyères FC) : « Allier études et football est très entraînant »

06/12/2017 à 18:35

Ahmed Hajji (19 ans) joueur du Hyères FC en DH, a participé à la première détection FFFusa à Paris. Auteur d'une belle performance devant les recruteurs, ce jeune étudiant (il effectue une licence d'économie) a été sélectionné pour la grande finale devant les 40 coachs américains, en mars prochain, à Clairefontaine. Le joueur varois nous livre ses impressions sur la détection et évoque l'opportunité offerte de poursuivre ses études tout en continuant de pratiquer le football au sein d'une Université Américaine. La détection est accessible à tous...

Ahmed Hajji, pouvez-nous raconter votre parcours récent en club ?

« J’étais en U16 DH à l’UF Chantilly en Picardie, et, après la descente des U17 nationaux du club, j’ai cherché un club de ce niveau en France. J’ai rejoint Lourdes qui évoluait en U 17 Nat. On m’a ensuite proposé d’y passer senior mais j’ai préféré poursuivre ma progression et trouver un challenge en U19 national, donc j’ai signé à Sannois Saint-Gratien (95). Je n’ai malheureusement pas eu beaucoup l’occasion d’évoluer avec le groupe 1 pour des soucis de mutation hors période et donc évolué avec le groupe DSR (équivalent DHR). Je suis ensuite venu sur la Côte. Après un bref passage à Toulon, je suis dans le groupe DH du Hyères FC depuis a peu près un an ».

Avez-vous déjà été proche de rejoindre un centre de formation ?

« J’avais reçu une invitation pour participer à une détection du Stade Brestois mais je n’avais pas été sélectionné. J’avais également fait une détection contre l’équipe réserve de Tubize (D1 Belge) mais cela n’avait pas abouti. Et quelques contacts avec l’OM, sans suite »

Vous êtes vous senti à un moment donné, bloqué, dans votre parcours footballistique en France ?

« Franchement, oui. Si tu n’es pas rentré en centre de formation assez tôt, c’est compliqué. J’ai appelé pas mal de clubs, de coachs, en CFA et CFA 2 pour leur présenter mon profil. Mais j’avais toujours les mêmes réponses : « On est au complet, désolé » . Des essais ? On ne me proposait pas non plus ou très rarement… »

Pourquoi vous êtes vous inscrit à la première détection FFFusa au Blanc-Mesnil (13 novembre dernier) ?

« Ces dernières années, le nombre de joueurs partis aux États-Unis a beaucoup augmenté. J’ai regardé pas mal de reportages réalisés sur FFFusa et sur les jeunes accueillis dans ces Universités. On peut voir qu’ils se trouvent dans de superbes conditions que ce soit au niveau des études et du football. J’ai été vraiment attiré par cette opportunité, le fait qu’ils s’entraînent tous les jours, tout en ayant un bon cursus scolaire. J’ai tenté ma chance »

Que vous inspire le sport universitaire aux Etats-Unis, que représente l’Université Américaine à vos yeux ?

« Déjà, allier les études et le sport est quelque chose de très entraînant, motivant. En France, il y a une nette distinction entre le sport et les études. Je trouve que ce système américain bonifie, encourage à être bon dans les études. Car si vous n’êtes pas bon, ne parlez pas anglais, vous ne réussirez pas »

Et la MLS ?

« Pendant quelques temps, j’ai l’impression qu’il peinait à se faire découvrir. Depuis deux, trois ans, il y a eu un réel engouement, le championnat est en plein essor. Qu’un pays comme les États-Unis nous ouvre ses portes, c’est une opportunité énorme »

Quel était le niveau de la détection ?

« C’était un assez bon niveau ! Les responsables nous demandent de jouer notre jeu, d’être naturel, de jouer sans trop vouloir se montrer. Ils nous ont enlevé beaucoup de pression, et il y en a forcément un petit peu dans ce genre d’événement, en nous disant que c’était possible de passer à côté d’une détection, d’être dans un mauvais jour, et qu’il ne fallait pas hésiter à leur envoyer du contenu et des vidéos sur nous, les semaines qui suivaient la journée de détection »

Vous avez eu le bonheur d’être récompensé de votre bonne performance en étant sélectionné pour la grande finale à Clairefontaine en mars prochain devant 40 coachs américains…

« Effectivement, on a attendu une semaine pour les résultats. J’ai reçu un mail, dans lequel les organisateurs me remerciaient de ma présence à la détection. J’ai également reçu les vidéos du match en entier, ainsi qu’un retour personnel de Jerome Meary (co-fondateur FFFusa) sur mon profil, et un retour statistiques/performance »

Quelles sont selon vous, les clés pour réussir une détection ?

« La clé, c’est de ne pas trop réfléchir. Penser au terrain, être naturel, relâché, concentré et surtout, ne pas en faire trop »

Quel discours pourriez-vous tenir auprès de jeunes, comme vous, hésitant pour diverses raisons, à tenter la détection ?

« Déjà, il faut savoir où on met les pieds. FFFusa, c’est un organisme certifié par la FFF, donc ils n’ont pas à s’inquiéter au niveau de la structure. La grande finale se joue à Clairefontaine, c’est significatif. Ensuite, je leur dirais de ne pas réfléchir. Aujourd’hui, il y a cette opportunité qui nous est présentée, à nous, joueurs amateurs. C’est le début, il faut en profiter avant qu’il y ait beaucoup de monde qui souhaitent tenter l’expérience ».

 

Inscriptions -> Détection My Coach Scouting Marseille