ITWGardien de but

Florent Rizzolo « Mon but est de signer pro à la fin de la saison »

24/01/2019 à 18:31

Florent Rizzolo, gardien de but de 19 ans passé par le CASE, l'OGC Nice ou encore l'AS Monaco, fait aujourd'hui ses armes à la Berrichonne de Châteauroux où il alterne entre les U19 Nationaux, la N3 et le groupe pro. Jusqu'à présent, son parcours a été semé d'embûches mais sa force de caractère et son abnégation l'ont amené à surmonter tous les obstacles. Interview de celui qui n'est pas prêt de baisser les bras pour atteindre ses objectifs.

Florent, pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

J’ai commencé à l’âge de 3-4 ans à Nice au CASE, club dans lequel travaillait mon père. A l’âge de 7-8 ans, l’OGC Nice me suivait mais moi je voulais rester dans mon club pour continuer à m’amuser. Je suis arrivé chez les Aiglons en Poussins un peu plus tard. J’ai continué à évoluer avec eux, toujours dans les meilleures catégories. Ensuite, j’ai intégré la pré-formation en 6e pendant 4 ans. Mais, l’OGC Nice ne m’a pas conservé pour rentrer au centre. Du coup, je suis parti à l’AS Cannes. Dès que M. Stéphane Izzo a su que Nice ne me gardait pas, il m’a tout de suite contacté. Il ne comprenait pas trop pourquoi ils ne voulaient plus de moi. Il m’a proposé de me relancer pour me trouver un club pro. J’ai vraiment bien accroché avec lui et avec ce club et j’ai accepté. J’ai joué titulaire avec les U17 Nationaux toute la saison. J’étais en contact avec Monaco et beaucoup d’autres clubs pros mais comme Monaco me suivait depuis longtemps (depuis que j’étais à l’OGC Nice) et qu’ils ont été les plus rapides à me proposer un contrat, alors j’ai signé aspirant 2 ans. J’avais longuement hésité car j’avais beaucoup d’autres opportunités mais ils avaient été convaincants et c’était à côté de chez moi.

Vous regrettez ce choix ?

Non, je ne regrette pas d’être parti là-bas. J’ai fait 2 ans au club du Rocher avec une première année qui s’est vraiment bien passée. Je jouais souvent et on a gagné le championnat. On est allé en playoff et on a fini vice-champion de France. Cette année m’a beaucoup apporté. La 2e saison, c’est vrai, s’est beaucoup moins bien passée. Je ne jouais plus trop, j’avais beaucoup moins de temps de jeu. Du coup, j’ai travaillé pour trouver un autre club. La Berrichonne de Châteauroux m’a contacté et j’ai de suite accroché avec le club. Ils ont un beau projet. Tous les weekends, je joue avec la N3 ou avec les U19 Nationaux. Aussi, je m’entraine très souvent avec le groupe pro.

Être gardien de but, c’est particulier…

Oui, c’est compliqué, c’est le poste le plus dur je pense. Dans une équipe, on a qu’un gardien qui joue. Quand le gardien d’un club est en place, il est difficile de lui prendre sa place. Quand le portier titulaire se blesse, on te donne ta chance, mais c’est quand même difficile de le bouger.

Comment expliquez-vous qu’on vous ait refusé l’entrée au centre de l’OGC Nice ?

Franchement, c’est un énorme point d’interrogation. Personne n’a compris. Ils ont recruté un autre gardien qui n’a fait qu’un an. Après, moi, je n’ai pas baissé les bras et de suite Cannes m’a bien intégré et j’ai fait une énorme saison. Quelques mois après j’étais déjà en contact avec plusieurs clubs pros. Pour tout cela, je dois beaucoup à Monsieur Izzo. Il a tout fait pour que je signe dans un club pro, il m’a bien vendu.

Quel est votre sentiment par rapport au refus de l’OGC Nice de vous laisser intégrer le centre ?

Je leur en veux un peu. C’est le club dans lequel je voulais réussir. Toute ma famille est pour Nice. Depuis petit, je suis capitaine dans toutes les catégories. Par contre, je ne regrette quand même pas d’y avoir passé 8 ans, c’était de bonnes années. Au début, je disais que je n’y retournerai jamais, mais plus le temps avance et plus je me dis que si l’opportunité revient à moi pour un projet avec le groupe pro, je pense que j’y réfléchirai sérieusement. C’est mon club de cœur. Mais mon but est de réussir à Châteauroux pour l’instant.

L’AS Monaco vous a laissé votre chance et vous a recruté à un jeune âge. Ça a été une belle opportunité pour vous ?

Oui, surtout que, souvent, quand Nice ne te fait pas rentrer en centre, Monaco ne prête pas attention à toi. Je n’ai jamais voulu aller à Monaco quand j’étais petit, je ne voyais que Nice, mais quand l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas hésité une seconde. C’est le meilleur centre de formation de France, on t’offre un cadre de vie exceptionnel. Franchement, ils m’ont fait progresser.

Aujourd’hui, vous jouez à la Berrichonne de Châteauroux en N3 ou en U19 National. Comment avez-vous eu cette opportunité ?

Mon père a été en contact avec l’entraîneur des gardiens du centre de formation de Châteauroux et dès que Monaco m’a donné le feu vert, j’y ai fait mon 1er essai. J’ai bien accroché avec l’entraîneur des gardiens et le coach de la réserve. Ils voulaient vraiment que je rejoigne le club. Il y avait un beau projet, seulement 2 gardiens pros, j’allais m’entraîner avec le groupe pro et surtout ils m’ont promis du temps de jeu. Je cherchais vraiment un club qui allait me faire confiance tous les weekends.

Comment s’est passée votre arrivée au club ? Racontez-moi votre journée-type de gardien de Châteauroux ?

Ce qui m’a choqué au départ, c’est le climat. Moi, j’ai toujours été dans le sud. J’ai quitté la Côte d’Azur pour cette petite ville et ça m’a fait bizarre au début. Aujourd’hui, je m’y sens vraiment bien. Une journée-type ? Ce n’est pas facile car je change souvent entre l’équipe de N3, la U19 National et le groupe pro. Le mardi matin par exemple, je m’entraîne avec la réserve et le mardi après-midi, on fait un programme en salle, du renforcement musculaire. Mais parfois je m’entraîne avec le groupe pro, ça dépend. On travaille bien et les journées sont assez chargées.

Quelles sont vos ambitions ?

Je veux décrocher un contrat pro cette saison et être titulaire dans un club de Ligue 1 ou Ligue 2. Partir à l’étranger, ça me tente bien aussi ! Mais quoi qu’il arrive, je veux être gardien titulaire. Aussi, pourquoi pas être en sélection un jour… Bref, mon but, c’est de signer pro à la fin de la saison, ici ou ailleurs. Mais si Châteauroux me propose, je signerai ici. Je m’entends avec tout le monde au club et ils m’ont très bien intégré.