R120e j.

Hervé Berni (ROS Menton) : « Une saison très particulière »

27/03/2018 à 17:26

Après une nouvelle victoire, à l'Euga Ardziv (1 - 3), la cinquième d'affilée, l'entraîneur du ROS Menton, Hervé Berni s'est exprimé sur le drôle d'exercice que vit son groupe.

Vous venez d’enchaîner une cinquième victoire d’affilée…

Il ne faut pas se prendre pour d’autres. J’ai toujours été satisfait des contenus. Il nous a manqué des détails, de l’efficacité, notamment défensive. On se demandait quand allait-on basculer du bon côté et enrayer la spirale de résultats négatifs.

Entre la journée initiale, et la première de vos cinq victoires, vous n’aviez gagné qu’une fois. Pourquoi ?

C’est une saison très particulière. On perd le fil de notre saison en octobre-novembre. Il y a plein de match qui se sont concrétisés sur un nul, contre Hyères, Fréjus, Istres ou Sainte-Maxime. Ca a généré un petit manque de confiance, une fragilité psychologique qui a induit la mauvaise période de janvier, lors de laquelle on était dans le doute. Le plus dur a été de retrouver beaucoup de rigueur et un supplément d’agressivité pour inverser cette tendance. C’est ce qu’on a fait sur les matches de Hyères et de Fréjus, au retour, où on a été chercher, au mental, un résultat. C’est ainsi qu’on s’est remis dans une dynamique positive et qu’on a remis en place une rigueur défensive. Dès lors qu’on est plus en confiance, on est très dur à bouger. Mais ce n’est pas fini. On peut rebasculer du mauvais côté.

La défaite contre Cavaillon (2 – 1, a.p) en Coupe de France a-t-elle eu un impact ?

Elle a peut-être généré un petit relâchement inconscient. Ensuite, je le redis, il y a eu les matches face à Hyères, Fréjus, Istres et Sainte-Maxime, où on a produit le contenu pour gagner, mais ne pas l’avoir fait a généré un manque de confiance et une phase de doute. Le plus dur était de garder le cap en faisant prendre conscience aux joueurs qu’ils étaient dans le vrai. On l’a plus ou moins bien fait, car on vit cette très belle série. Il nous manque maintenant une ou deux victoires pour le maintien.

Crédit : ROSM