InterviewJeunes

Jérôme Fenile (AS Fontonne Antibes) « Si l’on forme bien nos jeunes, les résultats suivront »

16/09/2020 à 17:35

À l'aube du début de la saison, Actufoot fait un zoom sur l'AS Fontonne Antibes et ses sections jeunes notamment. Jérôme Fenile, directeur technique du club, nous a donc accordé un entretien pour nous aiguiller sur le sujet.

Jérôme, comment travaillez-vous au sein de vos catégories jeunes ?

Depuis la saison passée, notre club s’est lancé dans un nouveau cycle d’apprentissage. On a mis en place une sorte de programmation annuelle avec des cycles de travail. Chaque coach a un cycle et un axe de travail à développer sur six semaines. Ils bossent pendant 4 semaines sur des aspects défensifs et les deux dernières semaines, sur l’aspect offensif. On a donc renouvelé 70% de notre organigramme avec des nouveaux éducateurs dans presque toutes les catégories.

Justement, comment choisissez-vous vos éducateurs ?

Ce que je recherche surtout ce sont des gens motivés ! On organise des entretiens individuels, où je regarde un peu les profils. Mais comme j’ai dit, j’aime bien avoir des jeunes passionnés, même s’ils ont plus de lacunes. Il sera là pour apprendre, pour passer les formations voire les diplômes. J’essaye aussi de faire beaucoup de recrutement en interne, avec des jeunes joueurs du club. La Fontonne doit garder son identité. C’est un club à part entière et je veux qu’on garde notre image. Par exemple, en U8, les deux coachs sont des U20R, en essayant de garder les anciens et l’ossature chez nos éducateurs.

Vous leur permettez de passer les formations et diplômes ?

On ne leur permet pas, on leur impose quasiment. On essaye d’avoir des éducateurs qui ont tous au moins une formation ou un diplôme. Pour moi et pour le club, ça reste très important d’avoir des personnes passionnées, mais aussi compétentes.

Avez-vous un projet de jeu global ?

Non, on n’impose pas de projet de jeu global, car il y a des enfants de différents niveaux. Mais ce qu’on veut surtout, comme j’ai expliqué, c’est que les enfants de l’équipe 1 et de l’équipe 3 apprennent de la même manière. Ils apprendront à un rythme différent, mais avec des séances structurées, encadrées par la FFF. Ce qui est aussi important, c’est qu’on échange entre les coachs et les catégories. Pour ça, on a une réunion technique entre éducateurs tous les lundis soirs, où l’on organise des exercices selon les thèmes abordés.

Vous êtes plus dans un objectif de formation ou de résultats au sein du club ?

Je pense que l’un amène l’autre. Si l’on forme bien nos jeunes, les résultats suivront. C’est pour cela que je veux que chaque éducateur parle le même langage footballistique, et qu’on aille tous dans le même sens. Il y a la formation, mais il faut aussi garder ce côté plaisir et famille.

De nombreuses infrastructures sont mises en place à La Fontonne. J’imagine que c’est un gros plus pour vous ?

On est clairement dans l’un des axes de travail qu’on essaye de développer. On a la chance d’avoir un nouveau terrain tout neuf qui va arriver, car l’ancien était fatigué. Nos joueurs et coachs auront donc le privilège d’évoluer sur des installations neuves et c’est super ! On a aussi misé sur l’accueil des familles en refaisant le club-house. Le club est dans un nouveau virage dans tous les domaines.

Vous mettez des choses en place au niveau social ?

Tout d’abord, cette saison, on a mis en place le plan éducatif fédéral en lien avec la FFF. Étant sapeurs-pompiers, on va organiser une formation aux gestes de premier secours avec les éducateurs. Pour le moment, on ne sait pas trop avec le Covid, mais l’aide aux devoirs va revenir au sein du club. On accueillera les enfants de 15 à 16h avec des personnes compétentes pour les aider à faire leurs travail. Ça a super bien marché et on a très envie de le prolonger.

Vous avez des objectifs chez les jeunes ?

On évolue un peu à tous les niveaux que ce soit régional ou départemental. Il y a juste en U18 où il y a un petit trou. Mais notre objectif est de pérenniser les jeunes au sein de nos équipes tout en essayant d’aller chercher le niveau Ligue. Après, je ne dis pas qu’on doit être en ligue l’année prochaine, mais on se laissera le temps pour y arriver en travaillant bien. Ce qu’on essaye aussi de faire, c’est de ne pas seulement se concentrer sur les équipes « Une », mais bien sur tout le monde. On veut aussi éviter de laisser partir nos joueurs pour garder cette identité.

Vous avez développé le foot féminin ?

Notre club est dans un développement constant. Actuellement, c’est en cours, car on a pas mal de filles qui se présentent. On va donc créer une équipe féminine. Logiquement, le foot féminin est en pleine expansion donc il faut aussi qu’on travaille cet axe de développement, et qu’on ne rate pas le wagon. On est forcément pour donc on va y arriver mais pas n’importe comment. On a un plan de développement, on s’y tient sans y aller trop vite. Depuis maintenant deux ans, on essaye de redevenir La Fontonne qu’on a connue.