Coupe de France3e tour

Jonathan Soussan (AS Cannes) : « Ils vont nous mettre la pression »

14/09/2018 à 16:12

L'AS Cannes (N3) est favori de son déplacement sur le terrain de l'AS Moulins (D1). Mais autour du 3e tour de Coupe de France entre la formation au Dragon et le club de Nice, il pourrait y avoir de l'ambiance. Ancien de l'OGC Nice, et désormais Cannois, Jonathan Soussan sait ce qui attend ses partenaires et lui.

Quand on est l’AS Cannes, le match de dimanche est-il spécial ?

Quand on joue contre des clubs de Nice, c’est spécial. Villefranche Saint-Jean Beaulieu a beaucoup d’anciens de Nice, donc ça a une particularité aussi. Il y a beaucoup de rivalité. Sur le terrain, c’est à la guerre, il faut être prêt à ça.

Ca va être compliqué ?

Ca va être un match de coupe. On peut dire qu’on part en tant que favori sur le papier. Mais une fois le coup d’envoi donné, il n’y a pas de favori, ils vont nous rentrer dedans. On devra faire preuve d’humilité, répondre présent dans les duels. On devra pratiquer notre football, c’est le jeu court. On sait qu’ils vont être près de nous, prêt physiquement.

Ca pourrait être animé autour du terrain…

Je pense qu’il y aura de l’ambiance (sourires). Ils vont nous mettre la pression. Il faut qu’on fasse abstraction, qu’on se concentre sur le jeu. Ils vont avoir un 12e homme qui va tout faire pour nous faire déjouer, il ne faut pas qu’on tombe là dedans.

C’est un match sympa à vivre.

Oui, c’est intéressant. On reste sur un nul en championnat. L’objectif, c’est la gagne. Ca peut permettre d’aller à Istres en étant qualifié, plus en confiance.

Vous avez appris le départ de Michel Pavon. Comment avez-vous réagi ?

On ne s’y attendait vraiment pas. On a appris ça hier (mercredi). Le président nous l’a annoncé. On n’a pas compris. Je ne sais pas du tout ce que le club compte faire. Il faut qu’on se concentre sur le terrain, peu importe ce qu’il passe. Les cadres, on sait ce qu’on a à faire. Il faut qu’on atteigne les objectifs. L’extra sportif, ce sont les dirigeants qui s’en occupent.

Crédit : Kévin Mesa