ITWEtranger

Laurent Bonadei « C’est une remise en question, un départ à zéro »

01/08/2019 à 11:31

Laurent Bonadei a quitté son poste de coach de la réserve de l'OGC Nice pour devenir le nouvel adjoint d'Hervé Renard en Sélection d'Arabie Saoudite. Le formateur nous accorde en exclusivité un entretien où il se confie sur son aventure niçoise et ses nouvelles ambitions hors frontières.

Laurent, c’est la fin d’une expérience avec l’OGC Nice. Après toutes ces années au club, que retenez-vous ?

Que du positif ! Sur mes 16 années en tant que formateur, j’en ai passé 7 à l’OGC Nice (les 3 premières de sa carrière, et ces 4 dernières saisons) où j’ai pu progresser dans un environnement favorable entouré de gens amoureux de leur club et des joueurs à l’écoute. Cette dernière saison me laisse un goût amer avec la descente en National 3 mais ma plus grande satisfaction est de voir que Patrick (Vieira) est content des jeunes qu’il a à sa disposition. Quand on est formateur, c’est ce qui est le plus important.

Malgré le timing, le club n’a pas hésité à vous libérer. C’est quelque chose qui doit forcément vous toucher…

Complètement et c’est pour cela que je souhaite remercier l’OGC Nice ! Le club a compris et a accédé à mon souhait d’évoluer. Je veux remercier dans un premier temps Julien Fournier et Alain Wathelet qui sont venus me chercher alors que j’étais à Paris. A l’époque, quand j’ai fait ce choix, certains m’ont pris pour un fou, parce que ce n’était pas encore le Nice d’aujourd’hui. Je n’oublie pas également Gilles Grimandi qui m’avait donné sa parole de me libérer en cas de proposition intéressante. On n’a pas eu besoin de le formaliser sur papier, c’était juste une parole et il l’a tenue. C’est aussi pour cela que j’ai voulu aller au bout du mois de juillet afin que la transition avec Cédric (Varrault) se fasse bien. Aujourd’hui, on se sépare en très bons termes.

Comme nous l’avions annoncé en début de semaine, vous allez rejoindre la sélection d’Arabie Saoudite dans le staff d’Hervé Renard. C’est une personne que vous connaissez bien…

C’est un ami. On a joué ensemble à Vallauris de 1991 à 1994. Il m’avait déjà sollicité en 2010, quand j’étais à l’AS Nancy, pour le projet en Angola, malheureusement ça n’avait pas duré longtemps. On a toujours gardé contact. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’Hervé est quelqu’un de très fidèle. Il a toujours gardé son adjoint, Patrice Beaumelle. Celui-ci a souhaité voler de ses propres ailes, il m’a donc fait cette proposition de l’accompagner.

Est-ce que vous en savez plus sur le rôle qui vous sera attribué ?

Je vais être l’adjoint numéro 1. On doit se rencontrer vendredi avant le départ afin de définir exactement mes missions. Mais je devrais être en charge notamment de la préparation des entraînements mais aussi par exemple de l’analyse des adversaires. Et si je peux aussi apporter mon expérience de formateur au niveau des jeunes, je le ferai.

Comment se prépare ce changement de rôle, puisque vous passez d’entraîneur principal à adjoint ?

C’est une remise en question, un départ à zéro. Même si je ne dis pas que j’étais entraîneur, mais formateur. Je me considérais autant comme le coach d’une U17 ou d’une U19. Tout au long de ma carrière, je me suis plus attaché à la progression du joueur qu’aux résultats. C’était un point principal dans mon rôle. Maintenant, en tant qu’adjoint, je vais être au service du sélectionneur. Je vais appeler certaines personnes afin de vite en comprendre les rouages et pouvoir répondre aux attentes d’Hervé.