N2 (A)27e j.

Loïc Chabas (RC Grasse) : « On n’a jamais été relégable »

24/04/2018 à 15:33

Officiellement maintenu en National 2, le RC Grasse peut souffler, à l'image de son entraîneur, Loïc Chabas, ravi que la victoire contre Hyères ait terminé le travail d'une saison.

Quel est le sentiment qui domine après le maintien acquis ?

C’est un soulagement. On est très content, car ça faisait trois ans qu’on jouait des matchs décisifs chaque week-end. On s’est accroché pour se maintenir. Ca a été très éprouvant physiquement et psychologiquement. Ca fait du bien d’accrocher le maintien à trois journées de la fin. On a le plus petit budget de France, 64e sur 64 de N2. Si on nous avait dit qu’on allait se maintenir à trois journées de la fin, on aurait signé de suite. On est très content, très fier et très soulagé.

Ca change des deux montées consécutives…

(sourires) On s’était bien préparé à une saison plus compliquée en terme de résultats que les deux précédentes. C’est pour ça, que, quand on a eu un petit coup de mou, on ne s’est pas affolé. On avait prévenu qu’on aurait une saison avec des hauts, des bas, et des doutes. Mais on n’a jamais trop douté de notre capacité à se maintenir. On n’a jamais été relégable, et on a toujours été dans le ventre mou.

Vous avez 12 nuls, le deuxième plus haut total de la poule.

On a beaucoup de nuls. C’est un peu une nouveauté. C’est le haut niveau qui veut ça. Il y a quelques matches qu’on ne savait pas gagner, il fallait savoir ne pas les perdre.

Ce sont des nuls satisfaisants ?

Bien sûr. On en a obtenus contre Marignane-Gignac, Martigues, Bergerac. 90 % de l’effectif jouait en DH il y a deux ans. On a montré que les gars avaient le niveau de deux divisions au dessus. On a réussi à prendre douze points, c’est le nombre de points qui nous séparent de la zone de relégation. Ca sert pour le maintien. On est dans la cour des grands. Chaque point compte.

Quel est le positif de cette saison ?

On n’a que huit défaites sur 27 matches. C’est une excellente statistique. Il y a le maintien aussi. On a réussi à battre Toulon, Marignane et Colomiers à domicile, qui sont trois des quatre premiers. Mais la plus grande satisfaction, c’est qu’avec 90 % de l’équipe qui évoluait en DH, on a réussi à faire plus que bonne figure.

Et le négatif ?

Quand on est en phase apprentissage, sur certains matches, on aurait pu espérer mieux. Il y a des défaites qu’on aurait pu éviter par manque de métier. On a un jeune groupe, qui n’a beaucoup évolué à ce niveau. On fait preuve de naïveté, car la moindre erreur se paye cash. Après, il y a les matches à l’extérieur, où on a eu du mal à gérer nos entames de match. On doit être trop joueur. C’est ce qui faisait notre force. On jouait beaucoup, c’était fructueux. Là à plusieurs reprises, on commence en prenant un but sur une erreur individuelle ou de concentration. C’est compliqué de courir derrière le score. La preuve, on n’a pas gagné un match à l’extérieur cette saison. Après, il y a les conditions aussi. On est une des rares équipes qui travaille dans la journée. On a connu des départs le vendredi midi, des retours à pas d’heure. Il reste deux matches loin de chez nous. On va essayer d’en gagner un. Mais l’ensemble est plus que positif. Rien que le fait de se maintenir, c’est top.

Le point noir, c’est votre synthétique, que vous allez changer.

Effectivement, il y a eu de nombreuses blessures subies tout le long de la saison, à cause de l’alternance entre les pelouses naturelles et notre synthétique. C’est un changement de surface extrême. Ce sera moins le cas avec un synthétique dernière génération. Les travaux débutent le 28 mai.

Quel sera votre projet pour la saison prochaine ?

On va partir sur la même optique. Ce sera du recrutement local, des jeunes joueurs du club pour garder notre identité et qui nous a permis d’être encore au niveau cette saison. On ne va pas tout chambouler. On veut garder la ligne de conduite. Le but est de trouver des bons jeunes du coin pour agrémenter l’équipe, avec le maintien pour objectif.

Crédit : RC Grasse