N3 Corse Méd2e journée

Ludovic Pollet « Ça enlève une saveur particulière ! »

21/08/2019 à 15:31

Actufoot a demandé à Ludovic Pollet, entraîneur de l'AS Cannes, de nous donner son avis sur l'arrêté préfectoral qui interdit aux supporters cannois de montrer un signe distinctif (maillot, écharpe, drapeau, chant...), vendredi, à 18h, au Stade Charles Ehrmann, contre la réserve de l'OGC Nice.

« Qu’est-ce qu’on peut faire contre une décision de préfecture ? »

« Ce n’est pas à moi d’en parler mais plutôt à la direction. Ce que je peux dire, c’est qu’en tant qu’entraîneur, je trouve ça dommageable aujourd’hui de ne pas pouvoir supporter son équipe et les couleurs de son club favori. En Ligue 1, des clubs ne sont pas capables de recevoir les supporters adverses alors imaginez en N3 ! On voit les supporters ce soir, on va prendre l’apéritif avec eux. On veut lier quelque chose d’important avec eux pour vivre une belle saison. Là, pour ce match, ils préfèrent ne pas recevoir plutôt que de mettre en place quelque chose pour sécuriser le stade… On leur permet de se déplacer mais on ne leur donne pas le droit de porter les couleurs du club ou de chanter. Pourquoi ils prennent cette décision ? Je ne sais pas ! Peut-être qu’ils restent focaliser sur les « Nice-Cannes » de l’époque… J’ai du mal à comprendre parce qu’il n’y aura pas 3000 personnes dans le stade. Ça enlève une saveur particulière ! Je ne suis pas sûr que Bastia, quand ils se sont déplacés la saison dernière, ils n’aient pas pu supporter les leurs. Quand j’ai vu ça, je me suis dit : on va devoir faire avec ! On va leur demander de venir mais aussi de ne pas nous supporter, ni de mettre un chapeau ou une écharpe du club (Rires). C’est dommage… A Villefranche, on avait eu une bande de supporters intéressante ! Ils nous ont soutenu jusqu’au bout et ont été fiers des garçons. Ils voulaient être là pour le match face à Nice et on voulait qu’ils soient là aussi… A nous de leur offrir ce qu’ils attendent mais qu’est-ce qu’on peut faire contre une décision de préfecture ? »

Crédit photo : Kevin Mesa