Interview

Peter Besnard (Cavigal) « Malik Sellouki, je l’ai souvent comparé à Ben Arfa »

19/02/2021 à 18:32

Au lendemain du premier but de Malik Sellouki sous les couleurs de l'OGC Nice en Ligue 1, Peter Besnard, son ancien entraîneur a livré quelques anecdotes sur ce talent à en devenir.

Avant hier, votre ancien joueur, Malik Sellouki a inscrit son premier but en L1 face à Marseille. Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?

En toute honnêteté je n’ai pas vu le match, mais vous savez, en tant que formateur, c’est toujours une grande satisfaction de voir un gamin réussir. J’étais extrêmement content pour lui, tout simplement. Il est récompensé pour son travail.

Comment l’avez-vous rencontré ?

Je l’ai découvert la saison où nous étions en U19 DH à l’AS Cannes. À la fin de saison nous accédions en au championnat U19Nat et sachant que j’habite Nice, je l’ai récupéré comme d’autres joueurs du secteur.

Malik Sellouki

Malik Sellouki sous les couleurs du voisin Cannois.

Qu’est ce qui vous a marqué chez lui ?

C’est un joueur vraiment complet, avec la tête sur les épaules. Il a une bonne vitesse gestuelle et aisance technique impressionnante. En plus de ça, il possède un gros volume de jeu. C’est un joueur que j’ai souvent comparé à Ben Arfa. Gaucher, technique, frêle, et rapide.

« Malik le tire en faisant une panenka… Le week-end suivant, il était sur le banc »

Avez-vous une anecdote à partager de vos années ensemble ?

Une fois face au Gazelec Ajaccio, dans une ambiance très électrique On obtient un penalty vers la 75e minute et Malik le tire en faisant une panenka… Il le marque mais le groupe était prévenu que je ne voulais pas de ce geste ! Conséquence : le week-end suivant il était sur le banc. Et il n’était pas très content. Et les penaltys suivants ont été tirés normalement avec la même réussite.

Avant l’OGC Nice, il évoluait à l’AS Cannes. Comment était-il lors de ses saisons chez les Dragons ?

Quand il est arrivé à l’AS Cannes, il n’était pas en terrain inconnu car les joueurs se connaissent tous. Sur le terrain il a rapidement pris ses marques car c’est un vrai compétiteur. C’était déjà un bon joueur mais il lui manquait encore des paliers à franchir. À partir de janvier il y a eu ce déclic, il est passé dans une autre dimension, il est devenu décisif, tirait le groupe vers le haut et avait une plus grande influence. Après, au-delà de ces qualités, il a su être régulier dans ses performances ce qui est le plus difficile dans le football. À partir de ce moment là, je savais qu’il pouvait percer s’il gardait le même sérieux. J’ai toujours cru en lui et généralement je ne me trompe pas.

Avez-vous des conseils à lui donner pour la suite de sa carrière ?

Il doit rester lui-même. Vous savez c’est un garçon très intelligent qui sait depuis longtemps ce qu’il veut. Il est humble, continue ses études et il est lucide. Qu’il garde l’humilité, le travail, et le plaisir de jouer à chaque instant car le football doit rester un jeu avant tout.

 

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟