ITWFormateur

Pierre Rolly (FC Mougins) « Le formateur est un complément d’éducation pour les joueurs »

31/03/2021 à 18:34

Une semaine après l'annonce de la saison blanche, Pierre Rolly, secrétaire général, responsable foot animation et coach U9 du FC Mougins nous a accordé un entretien pour parler de la saison, son rôle de formateur et les projets futurs du club.

Pierre, pour commencer, parlez-nous de votre parcours.

Après ma sortie du centre de formation de l’AS Cannes, je suis directement arrivé au FC Mougins en tant que gardien de but et éducateur d’une équipe Poussins. J’ai profité des premières années pour passer plusieurs diplômes. Et depuis je n’ai jamais changé de club. En plus de mon rôle d’éducateur, le club m’avait proposé un contrat jeune. Actuellement, je pourrais me considérer comme une personne multitâche. Je suis secrétaire général du club et responsable de tout ce qui est administratif. Après je suis responsable du foot animation et coach de l’équipe U9-1. À part ça, je gère aussi les gardiens de but. Si je devais définir mon rôle exact, je dirais coordinateur général.

Quels diplômes aviez-vous passés à l’époque ?

Je suis allé jusqu’à l’Animateur Seniors mais ma vie familiale ne m’a pas permis d’aller plus loin. Actuellement, j’aimerais bien avoir un diplôme dans la formation des gardiens de but. J’ai aussi vu que la fédération allait possiblement mettre en place un diplôme pour les responsables des écoles de foot. C’est un domaine qui m’intéresse donc je souhaiterais me positionner dessus assez rapidement.

« Le formateur doit servir d’exemple pour ses joueurs. »

Pour vous, c’est quoi un vrai formateur ?

Le formateur est un complément d’éducation pour les joueurs. Il y a des valeurs qui sont essentielles dans la vie de tous les jours et on doit permettre de continuer à les mettre en avant pour que l’enfant se familiarise avec. Je pense que le formateur doit servir d’exemple pour ses joueurs. Donc si certains ont par exemple des intentions qui ne sont pas adéquates avec les joueurs qu’ils entraînent, les gamins pourraient se dire que c’est la bonne méthode. Après évidemment que pour un formateur, il y a aussi l’aspect sportif. Donc le fait de faire progresser ses joueurs, leur apprendre les règles de vie sur le terrain est primordial.

Comment se déroulait le début de saison avant l’arrêt des compétitions ?

Je n’ai qu’un groupe U9 donc il n’y a pas vraiment de « compétition », mais globalement je suis très content. À Mougins, on a la chance de régulièrement avoir des groupes et des générations de qualité, donc c’est très plaisant. Les premiers plateaux s’étaient très bien déroulés et on avait énormément progressé sur les principes de jeu du foot à 8.

« Si en deux semaines, la situation se serait aggravée sur les terrains, les gens auraient crié au scandale »

Justement que pensez-vous de l’annonce de la saison blanche par la FFF ?

Malheureusement, on le sentait arriver. La situation sanitaire est tellement exceptionnelle que c’est compréhensible finalement. Franchement, je n’aimerais pas être à la place de ceux qui doivent décider. Le problème c’est qu’il y a toujours des pour et des contres. Si les championnats avaient repris tout le monde aurait adhéré. Mais si la situation se serait aggravée sur les terrains, les gens auraient crié au scandale. Après, je pense surtout que la répercussion de ces décisions sera beaucoup plus dure à gérer chez les Seniors et les équipes de foot à 11 en général.

Aura-t-elle un impact sur la progression des joueurs ?

C’est difficile à mesurer, mais je dirais que l’impact est plus moral. Les joueurs et les éducateurs ont passé 6 mois sans compétition. Ça reste leur repère et leur plaisir du week-end, alors quand il n’y a rien, c’est sur que le travail fourni à l’entraînement ne peut pas être mis en place et vu par les éducateurs. Toute cette ambiance, cet engouement, cette envie autour des matches, on ne l’a plus et c’est vraiment ça qui est difficile à vivre. Mais comme je l’ai dit au-dessus, je pense que plus le public est jeune, moins ce sera problématique au niveau de la progression générale. Entre U8 et U11, je pense qu’en un ou deux mois, ils récupèreront vite. Par contre, à partir de 14-15 ans, là, il y aura sûrement de la perte et encore plus de travail pour nos éducateurs.

Au FC Mougins, vous avez des techniques d’entraînement ou des programmes spécifiques ?

C’est clairement mon rôle, donc oui. Selon chaque pôle, il y a une programmation annuelle des séances par thème. De notre côté sur ce point, on essaye de se référer au travail de la fédération en y apportant notre touche personnelle. En tout cas, notre travail est vraiment très axé sur des plans et principes de jeu.

« Après la vidéo grâce à MyCoach, on aimerait faire l’acquisition d’un drone pour filmer les séances. »

Justement en ce moment, comment se déroulent les séances ?

C’est très difficile de travailler sans contact et on voit que c’est dur pour les joueurs et les éducateurs. Je suis persuadé que faire des jeux avec ballon, c’est moins risqué que de mettre des enfants sur des ateliers en attente dans des files etc… Je pense que l’utilisation de l’ensemble de l’aire de jeu est très important pour éviter les rapprochements et respecter le protocole. Après plus globalement, les séances restent dans les normes et il n’y a pas beaucoup de changements dans nos méthodes. On essaye surtout de rendre les entraînements un peu plus ludiques, pour ne pas rentrer dans la redondance.

À l’avenir, quels sont les projets que vous aimeriez mettre en place ?

Il y a énormément d’idées et de projets qui sont sur la table au sein du club. L’année passée, on a réussi à mettre en place l’utilisation de la vidéo en Seniors et U17 Régional grâce à l’aide de MyCoach. On aimerait démocratiser son utilisation, quitte à avoir un spécialiste, ou un analyste qui prend complètement en charge cet axe de progression. En lien avec ça, on souhaiterait également faire l’acquisition d’un drone pour filmer les séances et pouvoir travailler encore plus en profondeur sur l’aspect tactique et placement sur le terrain. Ça demande beaucoup de travail. Avoir une autorisation, trouver quelqu’un qui sache le piloter, et une organisation particulière des séances. Mais pour un club fort de 700 licenciés comme le nôtre, il est possible que certains veuillent allier football et technologie pour nous venir en aide. En tant que responsable des gardiens de but, j’aimerais également trouver un partenaire pour l’acquisition des équipements pour nos gardiens afin de continuer à faire grandir notre école de formation.

 

☟ CONTINUEZ VOTRE LECTURE ☟