ITWClub

Rolland Chircop « Pour être attractif, il faut être bon chez les petits »

14/03/2019 à 14:36

Le passé, les ambitions, le projet, les nouveautés, le recrutement, l'idée d'une section Seniors, le partenariat avec l'OGC Nice... Après pratiquement un an de présidence au Cavigal, Rolland Chircop fait le point pour Actufoot dans une interview exclusive.

Rolland, après presque un an de présidence au Cavigal de Nice, quel bilan faites-vous ?

C’est une saison menée avec une nouvelle équipe. On a dû un peu restructurer certains modes de fonctionnement dans le club surtout chez les petits. Notre objectif est de repartir de tout en bas. Pour ce qui est du bilan, il y a eu des résultats positifs. On travaille dans de bonnes conditions, avec des éducateurs mis en place qui sont motivés. Niveau foot à 11, on est dans les plus hauts niveaux, ça se passe bien. Il y a eu certaines périodes où on était en difficulté, là on commence un peu à remonter. On est dans le coup en U19, en U17 aussi. Globalement, c’est une saison où ça se passe bien, c’est positif !

Que reste-t-il à améliorer ?

On veut remettre les valeurs du club. Ces valeurs qu’on avait avant, je ne les retrouvais plus trop au Cavigal. On en a discuté entre nous lors de plusieurs réunions et on veut réinculquer aux enfants la solidarité, le partage, l’envie de gagner car l’esprit de compétition, c’est important aussi. Ça passe par du sérieux avec des éducateurs motivés. Et maintenant, on a les éducateurs qui sont motivés pour, justement, leur inculquer ces valeurs.

Comment choisissez-vous vos éducateurs et vers où essayez-vous de les amener ?

J’ai rappelé les anciens. Ils avaient fait un petit break. J’aimerais bien que ces anciens viennent avec ces jeunes d’aujourd’hui pour leur rappeler ce que sont les valeurs du Cavigal. Parce que les jeunes d’aujourd’hui sont des bons petits intéressants, motivés, qui ont envie, mais il leur manque une chose : la fibre Cavigal. L’objectif est là : mettre en relation l’ancien avec le jeune.

C’est quoi votre rêve de président du Cavigal ?

Mon rêve, c’est qu’on parle en bien du Cavigal, que le Cavigal montre l’exemple sur les terrains. Le rêve, c’est de jouer au plus haut niveau, pourquoi pas monter en U17 Nationaux ! On veut aussi rester au plus haut niveau régional. L’identité du Cavigal, c’est ça, on se déplace dans la région, on entend parler du Cavigal quand ça va bien. Ce sont les souvenirs que j’ai de ce club quand j’étais jeune. Quand on se déplaçait le matin, qu’on allait jouer sur Marseille, on avait toujours cette envie de gagner, de revenir avec la victoire, on attendait aussi les derbys avec l’OGC Nice… Ce sont ces souvenirs qui me reviennent et je trouve que ce n’est pas pareil la mentalité qu’on avait à l’époque et celle des petits aujourd’hui. On essaye de leur faire passer des messages, mais ce n’est pas évident…

Avez-vous prévu des nouveautés pour la saison prochaine ?

On a fait quelques manifestations dans le club pour retrouver une convivialité, une bonne ambiance, car c’était devenu un peu triste… Ça s’est bien passé ! Les repas, les soirées à thème, tombola, le ballon d’argent, la nuit du Cavigal… Maintenant, l’objectif c’est de remettre le tournoi du Cavigal ! Nous sommes en attente des travaux de la tribune. On attend la Mairie et une fois que ce sera terminé, on relancera cette compétition. Ça fait 3 ou 4 ans que ce tournoi n’existe plus et ce n’est pas normal. C’était un tournoi national, un beau tournoi… Les gens avaient envie de venir.

Pour retrouver le grand Cavigal d’antan, il faut des bons joueurs. Comment comptez-vous les attirer ?

Déjà, il faut être attractif. Et pour être attractif, il faut être bon chez les petits et c’est pour cela que l’objectif est de repartir d’en-bas. Quand les gens jouent contre le Cavigal et qu’ils voient que ça joue bien, que ça gagne des matchs, ça leur donne envie de venir. Après, c’est sûr, il y a du recrutement aussi ! Il y a des petits dans d’autres clubs qui méritent de venir jouer au Cavigal car ils sont très bons. Avec la classe sportive, c’est aussi un objectif pour certains parents qui aimeraient que leurs enfants puissent avoir des cours aménagés pour vivre la passion de leur enfant, le football. La classe sportive, c’est travailler avec un groupe ensemble avec des horaires aménagés. Ils ont deux séances en plus des entraînements du club : au niveau de la progression, c’est énorme. Ce sont des gamins qui ont entre 13-15 ans et il y a une évolution dans le geste et tactiquement sur le terrain. On a des créneaux horaires pendant les classes, ce qui est intéressant au niveau des installations aussi. C’est vraiment bien pour les petits pour, par la suite, intégrer les niveaux régionaux.

Comme le SC Air Bel tente de le faire avec l’Athlético Marseille, avez-vous déjà essayé de vous rapprocher d’un club de la ville ou de la région pour les seniors ? Aimeriez-vous un jour créer une section Senior au Cavigal ?

Non, pas de rapprochement, ce n’est pas d’actualité ! On reste dans notre politique, on est là pour les petits et ça se passe très bien comme ça. On est reconnu pour ça ! Aujourd’hui, c’est l’AS Moulins le 2e club de Nice. Quand je jouais, au CSC Vieux Nice, on était le club numéro 1 après l’OGC Nice. Après, ça a été Saint-Sylvestre. Mais, sinon, ça fait des années qu’il n’y a pas un 2e grand club au niveau régional à Nice. Mais nous, ce n’est pas notre vocation. Se tourner vers les Seniors ? C’est changer de mentalité et ce n’est plus pareil… Beaucoup de clubs font ça, et ils partent à la dérive. Après on parle d’argent, ça coûte financièrement parlant…

Et avec le RC Grasse ou le ROS Menton, il n’y a jamais eu aucun rapprochement ?

Nous, on est proche quand nos U19 quittent le Cavigal. On se rapproche de clubs comme Menton, Grasse, St Jean, Fréjus et tous ces clubs de N2 ou N3. On a des bons U19 qui ont fait leur cursus au niveau régional, ça sort des bons joueurs niveau R1/N3, donc on est en relation avec ces clubs. En plus, il faut savoir que nos joueurs ne sont pas mutés car on n’a pas de Seniors. Les joueurs ont donc cet avantage, ce privilège ! Le gamin qui quitte le Cavigal, il est libre et nous, après, on se met en relation avec ces clubs et on leur propose des solutions. A Grasse, il y a au moins 8 joueurs sur l’équipe Une qui sortent du Cavigal, pareil pour Menton où il y a presque toute l’équipe qui sort de notre club, à St Jean aussi.

Avez-vous des partenariats avec des clubs professionnels pour ces jeunes qui sortent du Cavigal ?

Non, on n’a pas de partenariat. On est un club satellite avec l’OGC Nice mais avec les autres clubs pro il n’y a aucun partenariat. On échange encore avec l’OGC Nice sur certains détails. On est ouvert avec tous les clubs qui veulent parler avec nous s’ils sont intéressés par un enfant : Au Cavigal, on ne ferme pas la porte. L’OGC Nice, on parle avec eux aussi, ils viennent, on est en relation… On est un club de Nice donc pour moi, la priorité pour le bien de l’enfant, s’il doit sortir professionnel, ça doit être à Nice, c’est la priorité. Il y a tout ce qui est aspect familial et pour un enfant de 14 ans, c’est compliqué de se retrouver à Nancy ou à Metz. On privilégie donc la proximité. Mais après, on est ouvert à toutes propositions. On veut mettre le petit dans les meilleures conditions. Et pour conclure, nous on peut les conseiller ou les aiguiller, mais à la fin, les décideurs, ce sont les parents.