Grégory MazarsOlemps R4

Un entraîneur au firmament…

13/10/2017 à 10:00

En répondant positivement aux sirènes déclenchées du côté d'Olemps, Grégory Mazars a franchi un palier, mais il n'a pas peur de la suite, qu'il entrevoit d'ailleurs en haut de l'affiche.

Grégory Mazars, entraîneur d’Olemps

Grégory Mazars baigne depuis sa plus tendre enfance dans le milieu du football, puisque son père a entraîné pendant environ 30 ans. Cet « enfant de la balle », de moins de 30 ans, vient de se voir propulser à la tête d’Olemps pour prolonger le dynamisme de la saison passée (premier d’Excellence avec la meilleure attaque). Un « top club » avec une décision qui n’a pas été trop longue à prendre : « C’est un club familial, compétitif qui correspond exactement à ce que je voulais. C’est un club sans pression avec un environnement idéal, qui ressemble à Salles Curan/Curan, parce que ce sont deux équipes formatrices qui vont chercher les jeunes pour les faire évoluer en niveau. Cette formation me convient bien !

La communication a son importance…

Au sujet de son jeune âge qui pourrait poser question, il répond sur un ton direct : « Notre équipe est jeune avec 5 ou 6 joueurs de moins de 18 ans. L’important est de communiquer, je ne vais pas chercher à faire l’unanimité, mais juste à ramener des victoires.

Un ton qui se veut aussi en adéquation avec le projet club. La R4 (PL) va être supprimée, les 3 premiers monteront, les autres descendront en district. « Il est donc primordial que nous soyons placés en haut, et j’ai bâti l’équipe dans cette optique. »

Rien n’est évident, je travaille…

Le mercato n’a pas vu partir grand monde, à part deux jeunes retraités du football, mais s’est agité au niveau des recrues : 5 nouveaux joueurs allant d’ex de la DH jusqu’à des joueurs de séries inférieures. Mais tout est calculé selon Grégory Mazars : « On a renforcé les postes, la majorité des joueurs est en condition pour le début de saison. Cependant, rien n’est évident pour le moment, je travaille. »

Concernant le jeu préconisé, le constat est clair : « Il faut rester sur les bases de l’année dernière avec un jeu offensif, la meilleure défense est l’attaque, donc on recommence avec les mêmes. Seule nuance, je vais essayer d »apporter un plus, nous verrons ce que ça va donner. »

En repartant sur certaines bases, je vais essayer d’apporter un plus…

En délivrant un sourire énigmatique, il se sent sûr de lui et de sa tactique, il n’y a plus qu’à voir… De là à penser qu’Olemps n’est qu’une étape dans sa carrière, il n’y a qu’un pas : « C’est clair, je veux entraîner si j’en ai les moyens. On verra par la suite, je suis encore jeune, si ça ne marche pas je n’en ferais pas une maladie. Si je ne reste pas dans le monde du foot, j’aime aussi mon vrai travail, je prends du plaisir des deux côtés. »

En ayant fait ses preuves à Salles Curan, et en réussissant son pari à Olemps, Grégory Mazars pourrait devenir l’étoile montante du département…

Crédit photo : "site internet"