InterviewAncien pro

« Un manque de passion en amateur… »

13/11/2017 à 21:55

C'est avec décontraction que Cédric Hengbart, l'ancien défenseur caennais, s'est prêté au jeu de l'interview pour Actufoot. Rencontre.

Cédric, pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Je suis un ancien joueur pro. j’ai joué en Ligue 1 et Ligue 2 avec Caen (2001-2008), Auxerre (2008-2013), avec qui j’ai également connu la Ligue des Champions. J’ai également évolué à l’AC Ajaccio avant de partir en Inde et à Chypre.

A quel âge et dans quel club avez-vous pris votre première licence ?

A l’âge de 6 ans, à Trun (61) à 60km de Caen. Comme mon père jouait au football toutes les semaines, j’étais toujours sur les terrains. Le football, c’était ma passion !

Le Stade Malherbe de Caen a été votre premier club professionnel ?

Oui à 21 ans (2001). A l’âge de 14 ans, je suis entré dans une école de foot, mais sans réussite donc c’était devenu du plaisir. J’ai passé mon Bac S que j’ai obtenu et j’ai continué dans le foot amateur (CFA2) à Mondeville. C’est là-bas que j’ai été repéré par le Stade Malherbe de Caen.

Quel a été votre plus beau souvenir dans ce club ?

Ça été mon premier match en Ligue 1 à l’extérieur contre le PSG (Parc des Princes). Sinon, il y a aussi la montée en Ligue 1.

Quel a été l’attaquant le plus difficile à prendre au marquage ?

Florent Malouda qui était très fort avec l’OL. C’était des machines, un ensemble très fort collectivement.

Quel a été l’entraîneur le plus tacticien ?

Jean Fernandez. Quelqu’un qui travaillait énormément sur l’aspect défensif. Il n’y avait pas de place à l’individualité et moins de liberté de la part des attaquants.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de persévérer dans le football ?

Je ne suis pas ambitieux de nature. C’est mon caractère qui m’a aidé. Je me suis toujours donné à 100% dans chaque club.

Comment jugez-vous le football amateur ?

Aujourd’hui dans le football amateur, il y a un manque de passion. On joue seulement « histoire de » faire du sport. Il y a moins d’ambiance qu’avant. Les joueurs partent dès que le match est terminé. Il ne faut pas oublier, que le football amateur, c’est le plaisir avant tout.

En quoi le football a-t-il changé depuis votre époque ?

Le football a changé au niveau de la vitesse de jeu, de l’impact physique à contrario le niveau technique a baissé.

Pouvez-vous nous parler de votre dernier club (Mosta) ?

En janvier, j’ai eu cette proposition d’un agent, j’ai tenté l’aventure. Avec beaucoup de changements, on a réussi à se sauver. C’était une aventure humaine.

Comment et pourquoi avez-vous atterri à Malte ?

J’avais terminé en Inde et je cherchais un nouveau challenge. Arnaud Martinez (Am sport consultants) m’a contacté pour me proposer ce défi. Il m’a paru sincère et ça s’est fait en 12 heures. Je fonctionne avec celui qui me trouve mon contrat. Je suis resté en contact avec lui et il est à l’écoute. Il a toujours pris de mes nouvelles. Il n’y a pas de contrat entre nous.

Quel conseil pour devenir pro ?

Je pense qu’il ne faut pas tout faire dans le football ! Il ne faut pas tout miser sur le foot. Il faut garder une porte de sortie. Toujours prendre du plaisir. Être heureux de ce que l’on fait. Certes, c’est le meilleur des métiers, mais il y a très peu de succès.

Quelle est la suite pour vous ?

Je veux continuer à jouer ! Physiquement, je suis encore prêt, j’ai une bonne santé. J’aime le foot n’ importe où ! Je n’ai pas été blessé et j’ai encore le niveau.

Crédit photo : "site actufoot national"