Covid-19Jeunes

Abassi Boinaheri (FC Martigues) « Il faut geler tous les championnats jusqu’en janvier »

27/10/2020 à 19:33

Le FC Martigues vit une situation particulièrement compliquée depuis le début des championnats à cause du Covid-19. Abassi Boinaheri, directeur sportif des Jeunes du club de la Venise Provençale, propose de geler les championnats jusqu'en Janvier. Interview.

À la suite de l’apparition de nombreux cas de Covid-19 au sein du club du FC Martigues la semaine dernière, la FFF et la Ligue Méditerranée ont pris la décision de reporter les rencontres prévues le week-end dernier à des dates ultérieures. Le club de la Venise provençale est touchée de près par le virus, et ce depuis plus d’un mois. Abassi Boinaheri, directeur sportif des jeunes du FCM, tire la sonnette d’alarme : « On rencontre pas mal de difficultés. On ne peut pas s’entraîner normalement par rapport aux dispositions qu’il faut prendre, et je le comprends tout à fait car la situation sanitaire l’impose ».

En effet, depuis un mois et demi, plusieurs équipes de Jeunes du club martégal sont à l’arrêt. « Le problème, c’est que quand il y a un cas de Covid, on est dans l’obligation de faire tester tout le monde, l’encadrement et les joueurs. Et tant qu’on n’a pas reçu les résultats, pas d’entraînement ! L’ARS nous dit qu’on peut aller jouer les matchs si on a le justificatif, mais des cas peuvent intervenir à ce moment-là. Il faut prendre des dispositions plus claires, surtout que les Bouches-du-Rhône ne sont pas régies de la même façon que dans le Vaucluse ou le Var par exemple… Difficile de s’y retrouver » explique le responsable martégal.

L’équité sportive est-elle respectée ? Pas vraiment…

Quatre équipes sang et or sont particulièrement handicapées par ce virus : les U14, U15, U16 et U17. « Ces équipes ne s’entraînent plus du tout depuis un mois. Les matches qui ont été repoussés sont reportés à ce dimanche. On va jouer sans une séance dans les jambes. On est allé à Cagnes-sur-Mer et eux s’entraînent normalement, nous non. Je ne remets pas la défaite sur ça, mais le constat est là ! ». Au delà des résultats sportifs, la situation pourrait devenir encore plus dérangeante en cas de blessure grave d’un joueur du FCM. Le corps de ces jeunes pousses, sans entraînement depuis de longues semaines, pourraient céder plus facilement lors d’un sprint ou d’un contact.

Pourtant, le bilan n’est pas si négatif que ça depuis le début de l’exercice 2020-2021. « Ça aurait pu être encore mieux, mais par rapport à tout ce qu’on a vécu jusqu’à aujourd’hui, je suis assez satisfait au niveau du foot à 11. En Critérium tout va bien, en U17 on a joué que 3 matches, on est bien placé mais on aurait pu faire mieux. En U15, on a fait jouer des 13 ans et des filles car il fallait 4 cas de covid pour avoir match reporté. Il fallait et faut toujours bricoler pour disputer un match ! » s’indigne Abassi Boinaheri.

De plus, les collégiens, lycéens et étudiants sont parfois contraints de rater les cours pour passer les tests. « Les parents préfèrent que les enfants aillent à l’école plutôt que de se faire tester. Ils ne comprennent pas que d’une semaine à l’autre, il doivent toujours aller faire ces tests » argumente le directeur sportif martégal. Il faut dire que le FCM prend les choses au sérieux. Tous les éducateurs ont été testés par précaution. Un dispositif, comme « un partenariat médical », a également été mis en place qui permet à tous les licenciés, joueurs, éducateurs et dirigeants, d’aller au labo plus facilement et plus rapidement pour se faire tester. « On a tout ce qu’il faut sur les stades, les éducateurs ont les masques, les distanciations sont respectées. Même si nous ne sommes pas un cluster car nous avons seulement un cas par équipe, on est dans l’obligation de faire tester tout le monde » précise une nouvelle fois le dirigeant.

On gèle les championnats ?

« Moi, je ne veux pas parler au nom de tous les autres clubs, mais je pense qu’il faut geler tous les championnats jusqu’à janvier, afin qu’on y voit plus clair concernant les réformes et qu’on puisse faire une vraie préparation quand on nous le permettra ». Pour Abassi Boinaheri, pas d’hésitation, pas de demi-mots, il faut suspendre les championnats. Et il ne semble pas être le seul à avoir cette idée en tête. Un durcissement des mesures prises pourrait en effet entraîner la suspension des championnats amateurs par les instances au moins jusqu’en janvier 2021. Ce sont en tout cas les rumeurs qui circulent depuis que l’on parle d’un couvre-feu en semaine à partir de 19h ajouté à un confinement le weekend.

Une autre idée fait son chemin dans la tête du dirigeant, celui d’organiser des matchs amicaux pour maintenir en forme les équipes jusqu’à la reprise des championnats en début d’année 2021. « On peut sectoriser le temps de geler les championnats afin de faire une préparation, avec organisation de matchs amicaux. Pour nous, ce serait sur le bassin de Berre par exemple, les équipes du sud de Marseille se rencontreraient entre elles, celles du nord également » propose celui qui gère les jeunes sang et or.

« Ne faisons pas n’importe quoi pour exister alors que personne ne peut gérer la situation aujourd’hui ». Cette phrase d’Abassi Boinaheri résume bien la situation. Le football peut-il exister dans ces conditions ? La question se pose même au sein des instances de football et la réponse devrait bientôt tomber.