DH FéminineInterview

Charlotte Marechal, le symbole du courage

08/03/2017 à 16:30

Quoi de mieux que le courage d'une femme pour fêter la journée qui leur est consacrée ? Charlotte Marechal, milieu de terrain de la DH Féminine du Fc Rousset, revient sur l'accident de la route qu'elle a vécu en Janvier et sur ses envies de retrouver les terrains le plus vite possible.

Charlotte, comment avez-vous eu cet accident ?

C’était le 20 Janvier au soir après l’entrainement. Je rentrais à mon domicile par la voie rapide et un automobiliste a percuté l’arrière de ma voiture. J’ai perdu le contrôle du véhicule et j’ai percuté la barrière sur le côté. J’étais à 100 km/h et lui à 150 km/h… Les cervicales ont pris un coup et j’ai eu de gros hématomes sur les jambes.

Comment ça va aujourd’hui ?

Mes cervicales vont légèrement mieux mais mes hématomes n’ont pas encore été complètement résorbés. J’attends que ça disparaisse complètement pour reprendre le foot. Pour le moment, c’est encore douloureux… Je pense pouvoir être prête dans 3 semaines, un mois.

C’est difficile d’être éloignée des terrains sur une si longue période ?

Ça me manque… Les joueuses prennent de mes nouvelles assez régulièrement. C’est sympa de leur part… Elles ne m’oublient pas. Pendant l’épisode Coupe de France, j’étais très frustré de ne pas pouvoir être sur le terrain. J’étais présente dans les gradins mais je ne pouvais pas jouer… Je veux qu’elles sachent que je ne les oublies pas. Je suis là, derrière elles et je les encourage. Je souhaite qu’elles continuent leur belle progression.

Comment avez-vous commencé le football ?

J’ai commencé par faire du Tennis en compétition mais au bout d’un moment j’ai saturé. Et comme j’ai toujours aimé le foot et que j’avais toujours eu envie d’en faire, j’ai décidé de commencer avec Rousset à 17 ans. Tout s’est très bien passé et je suis resté à Rousset car c’est mon club de cœur.

« Les gens étaient étonnés »

Comment réagissent les gens lorsqu’ils apprennent que vous faites du foot ?

Ça se passe bien ! Il y a plusieurs années en arrière, les gens étaient étonnés car c’est un sport assez masculin. Certains ne comprenaient pas qu’une fille puisse jouer au foot. Aujourd’hui, c’est rentré dans les mœurs même si ça devrait être un peu plus médiatisé. C’est en devenir !

Que préférez-vous, le foot masculin ou féminin ? Comment se passe l’entente entre les deux à Rousset ?

Je me régale avec les deux. C’est un peu plus rapide chez les garçons mais je me régale autant. Physiquement, ils sont plus physiques et plus rapides. Ce que j’aime à Rousset, c’est qu’on ne fait pas de différence entre les filles et les garçons. Ils en font autant pour nous que pour eux !

Que peut-on vous souhaiter ?

Je n’ai jamais connu le haut niveau. Mon rêve serait de monter en division supérieure en D2, ce serait vraiment l’idéal.