ITWN3

Christophe Celdran « S’ils veulent la mort du foot amateur, ils n’ont qu’à nous envoyer les huissiers »

30/03/2020 à 19:32

Christophe Celdran, président du FC Côte Bleue, exprime ses craintes pour la survie des clubs amateurs/semi-pro et espère une restructuration du football français à tous les niveaux. Interview.

Christophe, le coronavirus touche la santé des humains mais aussi des clubs. Qu’en est-il de votre côté au FC Côte Bleue ?

Aujourd’hui, c’est très compliqué au niveau des joueurs. On les a mis au chômage technique. Et tous les joueurs et entraîneurs qui ont des défraiements, plus rien jusqu’à nouvel ordre ! Plusieurs paramètres entrent en ligne de compte. Il y a déjà eu les élections municipales et s’est enchaîné directement après le confinement. Beaucoup de clubs, ceux qui n’ont pas encore de mairie et de maire, n’ont pas touché de subventions. Ils devront attendre minimum jusqu’au 21 juin puisque c’est la date qui a été annoncée pour le 2e tour. Au niveau de la Métropole, pas de subvention non plus, tout est bloqué. Par rapport aux sponsors, on se fait beaucoup de soucis. Moi qui suis partenaire de mon propre club, je sais qu’aujourd’hui ce n’est plus la priorité, et c’est pareil pour toutes les autres entreprises, elles vont vouloir penser à autre chose, à des moyens de faire rentrer de l’argent.

Qu’attendez-vous des instances ?

La Fédération devra se pencher sur le foot amateur car il y a vraiment un souci de fond. Le statut semi-pro est un peu équivoque avec des contrats fédéraux qui coutent chers et qui sont chargés comme des contrats classiques. Comme il y aura de moins en moins d’entrées d’argent dans les 2-3 années qui viennent, il faudrait peut-être réinventer le fonctionnement du foot amateur et semi-pro. Je pense qu’il faut revoir certaines choses et, par exemple, créer des contrats adaptés pour les semi-pro. Il faut faire évoluer le sport semi-pro car ça concerne aussi le volley, le hand, le basket où les joueurs sont payés en N2. La question de l’argent et des bénévoles va se poser dans une acuité encore plus présente dans les mois qui viennent.

 

Christophe Celdran « C’est peut-être un moment clé de la refondation du football et du sport semi-pro »

 

Et par rapport à la reprise du championnat…

Le championnat, on s’en fout un peu. La priorité, c’est la santé des gens, des joueurs et la santé des clubs, leur pérennité. Il y a vraiment un travail de réflexion et de fond à faire. Je pense que ce ne sera plus jamais comme avant. Pour les clubs comme le FC Martigues qui ont un million de subvention, ça va, mais pour les clubs comme le nôtre, si demain on n’a plus les sponsors, qu’est-ce qu’on fait ? Les prix des licences sont ce qu’ils sont, les prix des arbitres aussi… C’est peut-être un moment clé de la refondation du football et du sport semi-pro et amateur. En tout cas, je suis très inquiet pour beaucoup de clubs. Ceux qui ont fait les efforts d’aller chercher les sponsors et de ne pas vivre sur les fonds publics seront les premières victimes de la crise humanitaire, sanitaire et financière qui est actuellement en France et dans tous les pays du monde.

Il est difficile de croire en une reprise pour beaucoup. Si on décidait d’arrêter les championnats amateurs, que faudrait-il faire ?

Il faudra être le plus juste possible et prendre la décision le plus tôt possible car s’ils décident de restructurer les championnats nationaux, cela va impacter le foot amateur . Mon sentiment, c’est que la décision n’est pas prête d’être prise. C’est peut-être le moment aujourd’hui de se poser les bonnes questions et d’anticiper ces changements. Moi, je suis pour que les championnats soient arrêtés. On repart sur une nouvelle saison. Les priorités sont ailleurs, les gens n’ont plus envie de jouer, il y a des morts dans leur famille. Le sport est vraiment secondaire. Il faut raison savoir garder ! Après, ce n’est pas nous qui décidons et on se pliera aux décisions des instances mais le District et la Ligue ont un travail de réflexion à faire très important. On doit tous de l’argent à la Ligue et au District mais il n’y a plus de rentrées financières pour les clubs. Plus de stage, plus de tournoi, plus de buvette… Je sais qu’ils sont dans une situation déficitaire mais il va falloir trouver des solutions. Il faut que l exemple vienne du haut pour que le maximum de clubs puisse repartir en septembre. Et s’ils veulent la mort du foot amateur, ils n’ont qu’à nous envoyer les huissiers tout ça parce qu’on leur doit 2000 ou 3000 euros…