InterviewClub

Christophe Denis (FCCB) « Tous les clubs tirent la langue »

08/04/2020 à 16:39

Garder le lien avec les licenciés, préparer la saison prochaine, trouver des solutions pour l'après-crise... Telles seront les lourdes tâches de Christophe Denis, Directeur Sportif du FC Côte Bleue, en période de confinement. Interview.

Christophe, comment le club a-t-il vécu cet arrêt des compétitions ?

L’arrêt des compétitions était une évidence au vu de ce qu’il se passait et de cet état d’urgence et de cette situation exceptionnelle ! Il est vrai que nous étions un peu déstabilisés sur ce qu’il fallait faire et de quelle manière, pour être le plus logique dans nos décisions et surtout penser à la santé de tous nos joueurs ou membres du club. Nous avons donc fait passer au plus vite l’information aux joueurs et à leurs parents. Les matchs étaient tous annulés jusqu’à nouvel ordre ainsi que tous les entraînements. On recevait même quelques messages de parents qui, avec leurs autorisations, souhaitaient que l’on continue les entraînements pour que leurs enfants se défoulent, étant donné qu’ils n’avaient déjà plus l’école… mais malheureusement, ce virus n’était et n’est pas un jeu et on ne voulait pas prendre de risque. On ne pouvait pas jouer avec la santé de qui que ce soit.

Comment faites-vous pour passer le temps en période de confinement ?

J’ai décidé d’essayer de continuer à faire vivre le club au travers des réseaux sociaux tels que Facebook. Tous les jours, je mets en avant nos équipes du club sur notre site, en publiant diverses photos par catégories d’âge ou bien je lance des défis aux staffs du club. Cela permet aux parents et joueurs de se remémorer quelques souvenirs, voire même de commenter en se moquant ou pas (Rires). Sur un plan personnel, en tant que directeur sportif, je m’occupe de faire un bilan de la saison en cours et de préparer celle à venir, car malgré ce virus, la vie doit continuer. Il va falloir vite se remettre dans le bain dès que possible et surtout, bien sûr, quand cette pandémie ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

La crise est là depuis 3 semaines. Avez-vous la volonté de reprendre le foot aujourd’hui ? Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Bien sûr que notre souhait est de reprendre au plus vite car nos joueurs nous manquent (on en oublie même des fois qu’ils nous prennent la tête, rires). Et puis quelle tristesse de voir tous ces stades de football vides… mais il faut être raisonnable et patient car ce qui prime est la santé de chacun d’entre nous !

On dit que beaucoup de clubs sont au bord de la rupture avec de graves conséquences économiques. Où en est le FC Côte Bleue ?

Mon président, M. Celdran, a répondu dans une interview résumant la situation il y a quelques jours, je ne vais pas répéter ses dires, mais tous les clubs tirent la langue. Côté subventions, au FCCB, nous bénéficions de 13.000 euros de la part de Carry le Rouet et 15.000 euros de Sausset les Pins auxquelles nous pouvons ajouter la participation des licences. Cela ne couvre même pas les frais des catégories jeunes. Nous attendons donc des solutions pour que les clubs arrivent à repartir (quand cela sera possible) et à continuer d’exister, car sinon je ne sais pas où va aller le football amateur et ses « petits clubs ». Sans notre président et ses sponsors (personnels), nous n’existerions déjà plus ! Mais combien de temps cela va-t-il durer encore… car ce sont eux qui nous permettent de maintenir notre activité. Mais n’oublions surtout pas que ce sont avant tout des entreprises confrontées elles aussi à la crise. Elles doivent se protéger avant de penser à investir en tant que sponsor.

Quels sont les problèmes que vous rencontrez et comment comptez-vous les résoudre ?

A chaque problème, une solution ! On les prend au fur et à mesure. Là, pour l’instant, c’est la santé de tous. Ensuite, si les entraînements peuvent reprendre, quels sont les risques existants encore ? Et de quelle manière allons-nous envisager cette reprise ? Puis, allons nous reprendre les championnats cette saison ? Si oui, dans quelles conditions ? Si non, comment motiver encore nos joueurs ? En clair, beaucoup d’interrogations auxquelles je ne peux avoir de réponses pour l’instant et qui dépendent des décisions de notre gouvernement et de nos instances de la FFF.

Certains clubs ont dû annuler stages ou tournois. Qu’en est-il pour vous ? Est-ce une grosse perte économique ?

Toutes les vacances scolaires, nous organisons des stages durant les 2 semaines. Nous avions aussi une soirée, (repas dansant) pour tous les membres du club, qui était prévue. Nous avions un loto à organiser ainsi que plusieurs tournois dans différentes catégories de jeunes. Je vous laisse imaginer toute cette perte financière, qui, habituellement, nous aide à financer les goûters distribués tous les mercredis à tous nos jeunes, à offrir à nos joueurs des cadeaux à l’occasion des fêtes de fin d’année, plus tous les frais que doit assumer un club… En gros, tout ce qui contribue à la survie du club en dehors des sponsors.

Comment faites-vous pour préparer la saison prochaine ? Au niveau du recrutement d’éducateurs et de joueurs ?

Tout d’abord, on doit voir ce que l’on peut ou doit changer déjà à la tête du club pour le mettre dans les meilleures dispositions (financières, sportives…). Ensuite, il faut dresser un bilan, puis tout faire pour améliorer les points négatifs et s’appuyer sur ceux qui sont positifs. Pour les éducateurs, nous devons d’abord recevoir les nôtres déjà en place. Il faut prévoir un point de la saison en cours, et nos attentes sur celle à venir. A partir de ce moment-là, nous déciderons si nous continuerons notre route ensemble ou séparément ! Et là, suivant les manques dans les catégories, nous recevrons de potentiels nouveaux éducateurs (déjà en vue). Pour ce qui est du recrutement, tout d’abord, je veux que l’on fasse un maximum confiance à nos joueurs actuels, d’où l’importance de notre formation. Ensuite, tout éducateur doit être capable de savoir qui peut apporter un plus pour son équipe pour la saison à venir (priorité sur l’état d’esprit !), car à égal niveau, je préconise de garder nos joueurs du club. Et évidemment, dès que possible, organiser des journées de détections pour compléter les équipes.

Beaucoup de clubs sont aussi privés du rôle social qu’ils exercent. Qu’en est-il pour vous ?

Comme cité plus haut, j’essaie de maintenir le contact avec nos joueurs et leurs familles par le biais des réseaux sociaux. Chaque éducateur communique avec l’ensemble de ses joueurs pour maintenir le lien. Comme par exemple notre éducateur U16, Stéphane Cavolino, qui, chaque jour propose en direct, une séquence vidéo d’entretien physique.

Qu’attendez-vous de la part des instances ?

Qu’elles prennent des décisions ! Car l’avenir de tous les clubs dépend d’elles ! Que ce soit financier ou sportif, je le répète. De toute façon, quelles que soient les décisions, il y aura des satisfaits et des insatisfaits. Et même au sein d’un même club, il y aura des bonnes nouvelles ou des moins bonnes.

Un dernier mot ?

Oui, je souhaite soutenir toutes les personnes qui travaillent dans ce contexte si difficile et qui nous aident dans notre quotidien. J’ai une pensée particulière pour les personnes malades ou atteintes de ce virus. N’oubliez pas les gestes barrières et surtout restez chez vous ! Prenez soin de vous et de vos familles. À très vite j’espère… Nous reviendrons tous plus forts !