LigueArbitrage

Pas d’arbitre en Jeunes Ligue : Karim Abed nous donne des explications !

23/09/2020 à 17:32

Chose rare à ce niveau ! Ce weekend, il n'y avait pas d’arbitre officiel attribué dans quelques matchs de U14R, U15R et U16R. Quelle est la raison ? Karim Abed, président de la Commission Régionale des Arbitres, nous répond !

Karim, est-ce qu’il y a eu des problèmes de dysfonctionnement de désignation d’arbitre ? Ou peut-être un manque d’arbitre ou d’effectif ?

Non, c’est la problématique qu’on rencontre toutes les saisons. En début d’exercice, beaucoup d’arbitres n’ont pas passé les tests physiques et ne sont pas disponibles sur le plan médical. Il y a aussi beaucoup d’arbitres qui n’ont pas pu partir en vacances à cause du confinement et qui ont préféré partir en septembre. Il y a eu également un loupé au niveau de la désignation car ce n’est pas normal que sur des rencontres de niveau régional il n’y ait pas d’arbitre. Il vaut mieux mettre un arbitre sur quatre rencontres que deux sur deux rencontres.

Est-ce qu’il y a une autre explication à ce manque ?

D’autres problèmes ont été à l’origine de ce dysfonctionnement. La commission médicale, en voulant protéger les arbitres, a édité un nouvel article. Dedans, les arbitres ont la possibilité de ne faire que deux matchs par weekend alors que l’an passé ils pouvaient en faire trois. Sur les rencontres de U14, la
politique est de laisser la main à la Commission Départementale des Arbitres pour qu’ils mettent des candidats arbitres au niveau régional afin de les tester. En U14 et U15, ce sont les districts qui décident.

Est-ce qu’il y a eu un problème de compréhension avec les instances départementales ?

Oui, il y a également eu un problème de communication entre la Commission Régionale des Arbitres et la Commission Départementale des Arbitres de Provence du fait de la mise en place d’une nouvelle équipe. Il y a eu un loupé de ma part et de la leur. Après, c’est nous les responsables du niveau régional donc c’était à nous de vérifier s’il y avait un arbitre.

Pour le weekend prochain, on ne rencontrera pas les mêmes problèmes ?

On a beaucoup de problèmes à gérer entre les malades, ceux qui ont des problèmes de voitures, etc. Ce que j’ai fait pour pallier à ce manque, c’est qu’un monsieur bénévole et passionné d’arbitrage va vérifier avec un outil informatique qu’il y ait un arbitre sur toutes les rencontres au niveau régional. On a fait une erreur, demain il ne faut pas la refaire.

Le Covid a-t-il changé quelque chose pour l’arbitrage ?

On ne peut pas faire de constat car pour l’instant c’est trop tôt. Les championnats reprennent à peine et donc on ne peut pas tirer de conséquences sur les renouvellements d’arbitres pour la saison prochaine. On a utilisé les mêmes stratégies que les équipes, c’est-à-dire conserver un lien avec les arbitres. Il y a des jeux informatiques avec les règles, on leur donne des coups de téléphone pour donner le sentiment que ça va reprendre. On avait une crainte qu’il y ait une démotivation qui s’installe et que ces arbitres démotivés ne reprennent pas la saison qui suit.

Il n’y a donc pas de problème d’effectif ?

En terme d’effectif, non, même au niveau national. L’avantage, c’est qu’on a une équipe dynamique. Sans me jeter de fleurs, je suis arbitre international et parmi les dix meilleurs arbitres français. Je suis le seul bénévole et président de la CRA en activité. C’est un poste avec beaucoup de responsabilités, il y a les clubs et les journalistes qui nous appellent dès qu’il y a un problème. J’aimerais bien qu’ils nous comprennent car cela demande une très grosse organisation.

Comment alliez-vous votre rôle au niveau de la ligue et votre rôle d’arbitre professionnel ?

L’avantage au niveau de la ligue, c’est qu’ils ont recruté un conseiller technique en arbitrage. Cela va me permettre d’avoir un salarié et de lui donner les directives pour qu’il les mette en application avec les autres bénévoles. Quasiment une fois tous les quinze jours, je me déplace à Aix et j’essaie de faire le point avec tous les bénévoles.