ITWR1

David Le Frapper (EUGA Ardziv) « Notre adversaire c’est nous-mêmes »

11/09/2020 à 20:31

Ce dimanche l’EUGA Ardziv se déplace en principauté pour affronter l’équipe trois de l’AS Monaco. David Le Frapper, entraîneur de l'équipe marseillaise, nous parle de ce match qui s’annonce palpitant.

David, comment s’est passée votre préparation ?

On avait donné un programme en juin aux joueurs. On a repris le 20 juillet et on en avait pour huit semaines de préparation avec six matchs amicaux. Elle est toujours en cours. Il y a eu l’arrivée de nouveaux joueurs qui se sont intégrés. Ils ont un profil intéressant, malheureusement ils ont été frappé par des blessures. Un jeune de 2003 qui s’est blessé, une recrue qui s’est cassée la clavicule et un de nos joueurs cadres sera aussi absent pendant un certain temps. 

Après deux premiers matchs mitigés, comment avez-vous abordé la rencontre qui arrive ?

La mission est de gagner le plus de matchs possible. La composition de la semaine dernière n’était pas au niveau exigée. Maintenant on s’est qualifié, il est essentiel de tirer les conséquences. Comme j’ai dit aux joueurs, il y a un déficit au niveau offensif, on ne garde pas assez le ballon, on n’est pas assez patient dans la partie haute. On n’a pas non plus 90 minutes dans les jambes, heureusement qu’on a un banc performant. Le match face au Pays d’Aix était un naufrage technique même si ça n’enlève rien à leur très bonne performance. 

Redoutez-vous cette équipe de Monaco ?

Comme pour les autres matchs, on va y aller pour gagner. Monaco ce n’est pas mon problème, ce que je regarde aujourd’hui c’est mon équipe. Il faudra réaliser les performances qu’on a produites avant le Covid, peu importe notre adversaire. Aujourd’hui, notre adversaire c’est nous-mêmes. 

Vous venez de descendre de N3, est-ce que l’objectif est de remonter immédiatement ?

On a qu’une ambition, c’est de bien jouer ensemble. Il faut avoir un bon comportement tactique, technique et physique. À partir du moment où on gagnera les matchs on pourra réfléchir à la montée. Aujourd’hui, l’objectif est de prendre du plaisir et d’en donner aussi à nos supporters. On n’est pas à l’abris d’une défaillance.