CFA21e Journée

David Le Frapper « J’aurai moins de joueurs pros »

04/03/2017 à 9:31

David Le Frapper, entraineur de la CFA de l'Olympique de Marseille, revient sur les dernières performances de son équipe et annonce le match de 18H face à la lanterne rouge du championnat : Le Pontet.

David, quelle est l’importance de ce match ?

L’importance de ce match, c’est de prendre des points. On reste sur 3 défaites d’affilées. En terme de formation, je vais être beaucoup plus jeune que d’habitude. J’aurai moins de joueurs professionnels et je composerai avec des joueurs qui sont habitués à travailler avec moi toutes les semaines. Ce match va permettre de voir comment ils ont progressé. Certains n’ont pas joué depuis longtemps et d’autres n’ont même jamais joué à ce niveau. Il y a donc plein de questions en suspens et j’espère que ce match donnera toutes les réponses. En tout cas, depuis le début de la saison, quand j’aligne une équipe jeune, je suis rarement déçu.

A quoi vous attendez vous de la part de votre adversaire ?

Je ne regarde pas du tout l’adversaire. Le Pontet est derrière nous et je sais que c’est une partie importante, mais la pression, on leur met tous les weekends et lors de tous les entrainements. Aujourd’hui, on n’a pas fait ce qu’il fallait pour prendre les points et pour moi, on a toujours ce que l’on mérite. On sait que Le Pontet est derrière nous, et c’est la même chose pour Montpellier. Dernier ou premier, cela n’a pas d’importance. C’est la dernière ligne droite et il faut prendre des points pour valider la progression.

Votre effectif sera-t-il au complet ? Aurez-vous des renforts ?

A ma disposition, j’aurais Jérémie Porsan-Clemente, Sané, Camara qui revient de blessure, Rabillard et Escales. Le reste de l’équipe sera très jeune et il y aura des U17 et U19 Nationaux qui n’ont jamais touché au niveau CFA. 

« Emmener un joueur du point A au point P »

Avoir une équipe jeune ne vous fait pas peur ?

Depuis trois semaines, on est dans le flou et on ne ramène pas de points. Il y a une forte présence de joueurs pros mais ça ne marche pas non plus. On aimerait vraiment se sortir de là… Avoir moins de pros et plus de jeunes, c’est un nouveau chantier de plus, mais cela ne me gène pas. Je fais de la formation et mon travail est d’emmener un joueur du point A au point P, c’est à dire au point Professionnel. Il y a beaucoup de lettres entre A et P mais c’est hyper enrichissant.

La progression se fait elle ressentir pour les jeunes ?

Il y a de bonnes choses mais aussi de vilaines choses. Mais les enfants avancent ! Certes, ils ne deviendront peut être pas tous des pros à l’OM mais si on peut les emmener le plus loin possible, on le fera. L’OM met les moyens pour avoir un top club et pour faire monter la barre très haut.

Comment avez-vous vécu les précédentes défaites ?

Le plus grave, ce n’est pas la défaite à Rodez mais c’est surtout ce match face à Paulhan Pézenas où j’ai 10 pros et où on n’est pas capable de marquer un but. Si on les battait, on les mettait à 9 pts derrière. Au final, c’est nous qui nous mettons le doute. Si tu joues avec les jeunes, ça arrive de perdre car on fait de la formation. Mais avec des pros, quel impact as-tu sur eux ? Quand on est coach, le plus dur c’est d’accepter que, parfois, ça se passe mal et que tu perds. Mais tu te dis que tas fait ce qu’il fallait… Ce match, c’est le moment de montrer qu’il y a encore des qualités.

Crédit Photo : OM.net