ITWN3 corse-méd

Didier Camizuli « C’est un gros échec »

16/03/2018 à 18:26

Didier Camizuli a décidé de se mettre en retrait et de quitter le banc d'Aubagne jusqu'à la fin de la saison. L'entraîneur nous explique sa décision. Interview.

Didier, pourquoi prenez-vous cette décision ?

J’ai pris cette décision parce qu’il y a une usure physique, mentale et psychologique depuis 18 mois qu’on est là-bas. Je prends cette décision car pour moi c’est un échec personnel. Je n’ai pas rendu ce que m’a donné le président, le bureau, le club et la ville d’Aubagne. Je me sens frustré, j’ai l’impression d’avoir trahi le président, une personne que j’apprécie énormément. Je reste à disposition d’Aubagne mais je ne me sentais pas de continuer cette mission. Je n’ai plus la tête à discuter avec les joueurs ou à prendre des décisions. J’ai eu de bons et de mauvais résultats dans mon parcours d’entraîneur mais on (avec Galli, son duo) a quand même réussi de belles choses dans le foot… A l’heure d’aujourd’hui, je considère que c’est un gros échec et je le prends personnellement pour moi. J’ai une grosse part de responsabilité et aujourd’hui il me semblait naturel de me mettre en retrait.

Le match face à Endoume a accéléré votre décision ?

Oui, je suis encore frustré de la défaite à Endoume samedi à cause d’une décision que je trouve détestable et contestable d’un arbitre qui nous a tué la saison. J’ai la vidéo du match et plus je la regarde, plus je me demande comment on peut siffler un penalty sur cette action… Pour le bien d’Aubagne et de tout le monde je préfère prendre du recul. Qu’est-ce qui va se passer ? L’avenir nous le dira mais en tout cas, je suis énormément attaché à Aubagne. C’est un club avec des personnes très compétentes et j’ai l impression de les trahir. Je prends l’entière responsabilité de cet échec parce qu’on est les coachs. On a raté la montée d’un point la saison dernière à cause de certaines choses contestables et j’avais déjà eu du mal à m’en remettre. Et samedi, j’ai l’impression d’avoir été arnaqué. Peut-être que je gène, peut-être que ma façon de parler ne plaît pas aux dirigeants de la Ligue et de la FFF.

Ce pénalty semble vous avoir démotivé…

Ce pénalty pris est une horreur ! Ajouté à l’expulsion qui nous tue le match, c’est encore plus dur. Il faut savoir que j’ai pris 8 matchs de suspension… J’ai simplement appelé l’arbitre, je lui ai serré la main, et je lui ai dit « Essayez demain matin quand vous vous regarderez dans votre glace de ne pas vous couper ». Je n’ai pas dit de propos désobligeants et je prends 8 matchs de suspension… Je vais faire un courrier à la Fédération et leur envoyer avec une clé USB et je vais écrire « Regardez bien l’image de l’arbitre qui siffle le penalty. Regardez et si vous pensez que l’arbitre a raison de siffler un penalty alors vous avez raison de me mettre 8 matchs. » C’était un match super important avec tout ce que ça comporte comme pression. Vous pensez qu’un entraineur, quel qu’il soit, ne dirait rien quand il se sent lésé comme je l’ai senti contre Endoume ?

Vous en voulez à l’arbitre ?

J’en veux plus à l’arbitre de touche qui est en face. Pendant le match, je lui ai dit « Aidez votre arbitre central, il est dépassé ». Il me répond « C’est le patron du match, je ne peux rien signaler, ni intervenir ». Et par contre sur le penalty, l’arbitre de touche a aidé l’arbitre central… Je pense que les arbitres viennent arbitrer Aubagne en étant partial. C’est pour tout ça que j’en ai marre et que je suis fatigué. Je ne peux plus faire mon travail correctement. J’ai l’impression de trahir un club, des bénévoles, la direction…

Qu’allez-vous faire maintenant ?

Je suis à l’entière disposition d’Aubagne. Cela va me permettre d’aller voir les U15, les U17 et les U19. On fera un bilan plus tard mais je ne me sentais pas capable de continuer comme ça. Léon (Galli) et Djamel (Dahmani) continueront. Maintenant, je vais continuer à me consacrer entièrement à Aubagne. Si le président veut que j’arrête, je le ferai. S’il veut que je m’occupe d’autre chose, je le ferai aussi. Des gens ont œuvré et travaillé dans l’ombre et quelque part je m’en veux. Je ne peux donc pas parler de ce que je ferai l’année prochaine. Toutes les sollicitations, pour le moment, je ne les étudierai pas. J’en ai déjà eu dont une ce matin et j’ai botté en touche car ce n’est pas d’actualité. Le projet à Aubagne n’est pas terminé. Je me donne un temps de réflexion mais la priorité c’est ce que va penser et décider mon président. Je suivrai sa décision. Fin mai, à la fin de mon contrat, on fera un bilan. Si demain un club m’appelle je refuserai toute discussion car je n’ai pas vu mon président et car je n’ai pas décidé de la suite à donner avec le club. Quand l’aventure Aubagne sera définitivement terminée, on verra. Pour l’instant, le travail à Aubagne n’est pas abouti et je reste sur ma faim. Si le président pense que la saison prochaine je peux encore donner un coup de main je serai là, s’il pense qu’il faut quelqu’un d’autre, je partirai… Mais aujourd’hui, je me dois de rester à Aubagne.