CDF5e Tour

Farid Fouzari « Le parfum de la coupe est particulier »

14/10/2019 à 17:34

Farid Fouzari, entraîneur de l'Athlético Marseille (N3, 13), réagit après la qualification en Coupe de France (1-2) au FC Martigues (N2, 13), samedi.

Farid, on imagine que vous devez être très satisfait après ce résultat ?

Oui, il y a la qualif qui est importante. Cela nous permer de rester sur une dynamique positive après Cannes où on avait fait un non match. On n’avait pas été au niveau ce jour-là. Aujourd’hui, c’est la qualif qui compte, c’est une grande satisfaction. Sur ce match, j’ai vu aussi qu’on avait grandi dans certains domaines. C’est le côté positif du match ! On a eu une bonne maîtrise collective et il y a eu l’apport de certains garçons, des jeunes, qui ont fait un bon match.

Qu’est-ce qui a fait la différence sur ce match ?

Au niveau du jeu, mes joueurs ont respecté ce qu’on leur avait demandé. On fait une bonne entame, on marque en début de 1ère période, ce qui nous a mis sur les bons rails. On a su être solide derrière car Martigues a poussé. Il y avait 2 à 0 puis ils sont revenus à 2 à 1, ce qui a reboosté l’équipe adverse. On avait la possibilité de marquer le 3e but, on ne l’a pas fait, mais on a été solide jusqu’à la fin du match même si Martigues nous a un peu chahuté par des ballons mis dans la boîte.

Se qualifier face à un club que l’on a déjà entraîné, c’est particulier ?

J’avance dans la vie, je ne reste pas sur ce qui a été fait à cette période-là. En plus, ce ne sont quasiment plus les mêmes personnes. C’était un passage ! Le seul objectif était de se qualifier car j’aime la coupe. En tant qu’adjoint, avec Sedan, on a vécu deux finales. Le parfum de la coupe est particulier par rapport au championnat… J’aime remettre le nez dedans et regoûter à ça. Faire un petit parcours, ce serait super sympa ! Après, on le sait, il y a beaucoup de paramètres comme le tirage, les blessés, etc. J’ai aussi fait un 16e de finale à Fréjus avec l’AS Prix-les-Mézières. On avait perdu 1 à 0 avec un but extraordinaire de Gbohou, l’attaquant de Fréjus, de 35-45 mètres en pleine lucarne à 2 minutes de la fin du match…