Futsal

« Le Futsal est pris en otage »

23/10/2020 à 20:33

Depuis le début du mois d’Octobre, les différents acteurs du futsal vivent dans l’attente suite aux décisions gouvernementales liées à la crise sanitaire.

Une saison retardée

C’est désormais officiel, le futsal ne reprendra pas en 2020. Des réunions ont eu lieu par visioconférence ou alors directement au siège de la Ligue à Aix-en-Provence. Suite à cette dernière, où présidents et entraineurs de R1 étaient présents, la reprise du championnat devrait avoir lieu en Janvier 2021. C’est en tout cas l’objectif souhaité par la Ligue, mais il n’y a aucune garantie quant à cette issue. « On ne sait pas s’il y aura une suite de la saison » affirme le président de Marseille Beach Team, Gérald Guidarini.

Alors désormais les clubs doivent s’organiser et attendre cette période qui devrait durer au minima jusqu’à l’année prochaine. « On prend notre mal en patience en restant en contact avec les équipes de futsal. Chacun de son côté fait ce qu’il peut pour faire du sport et s’entretenir ». Présent lors de la réunion avec la Ligue, Gérald Guidarini loue la communication et le soutien apporté au club, « la réunion a été très constructive et ça a été un très bon échange avec tous les protagonistes de la R1. Je les remercie pour cette initiative qui a permis de nous projeter clairement sur le futur. »

Une projection jusqu’en Janvier 2021 donc qui a su satisfaire le Président de Saint-Henri, « c’est la bonne solution pour nous amateurs. C’est une sage décision même si c’est très frustrant de ne pas pouvoir pratiquer notre sport et notre passion. Mais il faut pouvoir le faire et le pratiquer dans de bonnes conditions et là pour l’instant ce n’est pas le cas ! ». Un avis partagé par Salim Merad, président du Futsal Club Port de Bouc « je trouve ça bien d’écouter tous les clubs ».

Jouer sans gymnase

Certains clubs comme celui de Port de Bouc trouvent des alternatives pour ne pas rester sans jouer « nous avons des terrains synthétique et on essayera de garder une condition physique jusqu’à  la reprise. » Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Au club de Saint-Henri « on va se poser et réfléchir pour trouver la meilleure solution. On continuera à s’entraîner même en extérieur s’il le faut pour pouvoir être prêt le jour où ça reprendra. On essaiera aussi avec nos clubs voisins de faire des matchs amicaux pendant toute la période mais sans gymnase tout est plus compliqué. » affirme Samy Tefraoui.

Une reprise indécise 

Malgré ces annonces du Gouvernement et les décisions prises par la Ligue, le flou persiste quant à l’évolution de la crise sanitaire. « On espère toujours pouvoir reprendre et faire notre saison dès le début 2021, mais à titre personnel je suis de plus en plus pessimiste au regard de l’évolution de cette satanée crise sanitaire ». Une coupure sportive qui dure depuis près d’un mois déjà, puisque la dernière journée a eu lieu le 26 septembre dernier, voire même le 19 pour certains. Cette dernière ne sera certainement pas sans conséquence sur le plan sportif « plus le temps passe plus c’est compliqué de se motiver ou de re-motiver son équipe, ce n’est pas évident pour une saison à enjeu. On se tiendra prêt à toute éventualité comme on l’a toujours fait » affirme Gérald Guidarini.

Mais le plan physique risque également d’être touché « quand on voit tous les problèmes que rencontrent les professionnels avec le suivi médical strict qu’ils ont, on se dit qu’on est plus exposé ». Des propos confirmés par Samy Tafraoui, responsable futsal du club de Saint-Henri FC, « c’est aujourd’hui la grande question, les gymnases sont fermés et même s’ils étaient ouverts notre créneau était 19h30-21h00 avec le couvre feu ça réduit ce créneau là. S’entraîner aussi longtemps sans compétition derrière c’est très compliqué, il faut garder tout le monde concerné et là est le plus grand défi. La coupe nationale vient d’être annulée, la coupe de Provence aussi avant même que la saison ne commence, il ne nous reste déjà plus grand chose ».

Une saison finie ?

Le pessimisme règne donc quant à la suite de la saison, « il n’y aura pas de reprise en janvier, je pense qu’une saison blanche serait la meilleure solution » pour Salim Merad. Le constat est le même pour Samy Tafraoui « En septembre 2021 oui, en janvier 2021 je ne pense pas que l’on pourra reprendre un championnat avec un déroulement normal ». Une reprise qui ne doit être vaine comme le souligne le responsable du Saint-Henri FC, « si c’est pour jouer un championnat et ne pas pouvoir envoyer notre champion en barrage d’accession comme cela s’est passé la saison dernière avec Nice Futsal ça ne sert à rien. Ce serait une prise de risque, une perte de temps, d’argent et d’énergie inutile ».