ChroniqueClub

La galère de… l’US Trets

01/11/2018 à 16:35

Abdelak Daoudi, le président et entraîneur de l'US Trets en D1 ouvre notre nouvelle chronique. Il a dû prendre la présidence du club cet été. Sans cela, le club vieux de plus de 110 ans aurait pu disparaître.

Racontez-nous la galère de l’US Trets…

Le club a tout simplement failli disparaître cet été. On a dû changer tout le bureau. Il y avait un réel risque que plus personne ne s’occupe du club avant que je ne le reprenne. J’avais depuis 3 ans un engagement avec les joueurs que j’avais fait venir en tant que coach de l’équipe première, il était impensable que je les lâche. Le club existe depuis 1912. Plus de 110 ans d’histoire, c’est un patrimoine.

Que s’est-il passé au sein du précédent bureau ?

Certains étaient là depuis 20-25 ans. Les deux précédents présidents ont fait un super boulot mais ils étaient fatigués. Ils avaient envie de faire autre chose. La passion s’éteint, c’est normal. Il faut à un moment que quelqu’un prenne la relève. Ça a été dur de trouver des gens avec la motivation et les mêmes valeurs. C’est difficile de s’engager pour une association.

Ça n’a pas été trop difficile de cumuler les postes d’entraîneur de l’équipe première et de président du club ?

Cet été, je me suis cassé la tête pour la présidence. Je n’avais pas le temps de m’occuper du recrutement de l’équipe première. Résultat, je suis reparti avec l’équipe de la saison dernière. C’est pour ça que l’on n’a pas recruté. Ce n’est même pas un problème de budget, on a terminé la saison à l’équilibre. En plus, en début de saison à l’entraînement j’ai perdu 4 cadres, la colonne vertébrale : défenseur central, milieu, numéro 10 et attaquant.

Avec cette situation, comment s’en est sorti le club au niveau des licenciés ?

Grâce à l’effet Coupe du Monde, on a plus d’enfants que prévu. On ne veut pas en refuser mais on manque d’éducateurs. L’ancien directeur sportif avait fait un gros travail pour avoir le label jeune. Mon rôle est de le maintenir avec la nouvelle équipe. Maintenant que je découvre ça, j’ai envie de mettre en place une académie, une école de foot avec de très bons éducateurs. Avec à terme l’envie de former nos propres éducateurs voire d’en recruter des plus qualifiés.