ITWOM

Jocelyn Angloma « Avec l’OM 93, on est lié à jamais »

11/01/2018 à 18:30

Nommé sélectionneur des Gwada Boys, la sélection de Guadeloupe, fin 2017, Jocelyn Angloma rentre tout doucement dans son nouveau poste. L'ancien latéral droit parle de sa nouvelle tâche et de son lien avec l'Olympique de Marseille.

Vous avez pris la tête de la sélection de Guadeloupe il y a deux semaines. Avez-vous déjà commencé à travailler ?

Oui, dans ma tête. Je connais un peu le football guadeloupéen, les joueurs. D’ici la fin de semaine, je dois voir le directeur des sélections, qui est en place depuis deux ans, Gérard Vincent.

Quelles seront vos premières actions ?

L’objectif va être de mettre en place les entraînements qu’il faut. J’aimerais avoir un entraînement chaque lundi ou tous les quinze jours, comme en Martinique, pour essayer d’améliorer la façon de jouer, la façon de faire et sensibiliser les joueurs par rapport à la sélection. On ne peut pas faire des regroupements souvent, car les gars travaillent. Ils sont amateurs. Il faut trouver des solutions. Si, sur un mois, je peux les voir deux fois ou quatre, ce serait bien.

Évoquons le foot métropolitain. Vous avez joué au PSG et à Marseille.

Il y a une telle différence entre les deux. Sur un match ou deux, ça peut se niveler. Mais le PSG survole largement le championnat. Il y a des top players. C’est énorme. Et Marseille est un club qui se reconstruit. C’est une équipe qui joue au ballon, mais qui n’a pas la maîtrise du PSG. Il y a une différence entre les deux. J’ai joué trois ans à Marseille, mais je ne suis pas fanatique (rires).

Quel regard portez-vous sur le PSG actuel ?

Dans le fond, ça ne me dérange pas pour le foot français. Quand on regarde en Italie, en Espagne, en Angleterre, il y a équipes hyper riches, qui dominent, qui ont besoin de gagner des titres. Ça parait énorme, mais il y a certains clubs qui veulent juste rester en Ligue 1. Pour avoir des ambitions, il faut qu’au niveau des finances, ça soit à la hauteur. On l’a vu avec Monaco l’an dernier. Il y a aussi Marseille qui doit revenir, il y a Lyon. Il faut un club à chasser, c’est le PSG, et c’est possible de les battre, on l’a vu avec Strasbourg, même si ça va être difficile.

« Avec l’OM 93, on est lié à jamais »

Que pensez-vous de « l’OM Champions Project », lancé l’an dernier ?

C’est un projet qui a été critiqué, par rapport à la somme mise sur un certain temps. Il y a un projet de quatre ans. Ça fait jaser. Mais il faut une belle équipe en place, un projet de jeu qui fait la différence. Marseille est en train de trouver ce projet de jeu. Ça commence à payer, mais ce n’est pas facile. On attend des joueurs à des postes clé. Il manque un buteur qui fasse vraiment la différence, et ça Marseille ne l’a pas. Il faudrait un défenseur central qui soit au niveau et un autre milieu de terrain.

Votre histoire à Marseille est liée à la Ligue des Champions 93. Revoyez-vous les joueurs de cette époque ?

Quand on a l’occasion de se voir, c’est bien. Je vois souvent Basile en privé. On a vécu des choses extraordinaires. C’était LA chose pour le football français de club. C’est très difficile de gagner la Champion’s League actuellement, on l’a fait au bon moment (rires). On est toujours content de se voir. On est lié à jamais. A jamais les premiers.

Pour lire l’interview intégrale, rendez-vous sur Actufoot National en cliquant ci-dessous :

Jocelyn Angloma : « Je vois grand avec la Guadeloupe »

Crédit photo : Ligue Guadeloupéenne de Football