ITWAssociatif

Kamel Zaroual « Il fallait que je finisse en beauté »

05/10/2017 à 9:34

Il ne pédale pas avec ses jambes mais avec son cœur, pour les enfants handicapés. Kamel Zaroual a souffert mais a réussi son pari de faire l'aller-retour Arles-Amiens en vélo. Il avait d'ailleurs été récompensé en donnant le coup d'envoi de OM-Toulouse au Vélodrome. Interview.

Pourquoi avoir choisi ce moyen (le vélo), et cette cause (l’association) ? Un rapport avec vous ?

Le vélo, c’est parce que je me suis entrainé tout cet été et si javais choisis la mobylette où est la difficulté ? L’année dernière, j’avais déjà réalisé le rêve d’un enfant handicapé. J’ai un attachement envers les enfants malades. Je me mets à leur place, il faut les aider.

L’OM, ça représente quoi pour vous ?

L’OM prend une grande place dans ma vie depuis 1990…

Qu’est ce que vous avez ressenti au coup d’envoi ? Ça fait quoi de mettre le ballon au fond ?

De l’émotion ! Avant de pénétrer sur la pelouse, j’avais prévu de marquer, mais je ne l’ai dit à personne. Marquer, j’en avais toujours rêvé ! J’en ai chialé sur le moment… Je ne réalise pas trop, c’était grandiose.

Quelles ont été les réactions après cette petite prestation ? Que vous a-t-on dit ?

Après avoir parcouru 2000 km où j’ai souffert pendant 15 jours, il fallait que je finisse en beauté. Tout le monde m’a félicité, même Rudi Garcia. Avec tous ces efforts que j’ai pu donner, ce but était la cerise sur le gâteau.

Comment va se continuer votre action pour l’association ?

J’ai récolté des fonds durant mon périple. Le 9 Décembre prochain, c’est le weekend du Téléthon et j’ai prévu de ramener des enfants handicapés au Vélodrome contre Saint-Etienne et d’autres enfants (pas le même jour, peut être avant) de les emmener selon leurs désirs et leurs rêves grâce aux gens qui ont fait un don.

Est-ce que vous jouiez au foot en amateur ? Quel club, quel poste ?

Depuis l’âge de 4 ans, j’ai commencé à jouer au foot toute mon adolescence. J’ai joué à l’Ac Arles avec mon ami d’enfance Djibril Cissé (même école, même classe, même équipe). Ensuite, plus âgé, j’ai joué attaquant (9) à Bellegarde (30) pendant 5 ans.

Quel est le message que vous essayez de faire passer ?

Ce que j’ai pu réaliser durant ces 10 jours, c’est au nom de tous les supporters marseillais. J’ai montré une belle image du supporter de l’OM. Je me mets à la place des personnes malades et j’aurais aimé qu’on m’aide. On ne supporte pas la même équipe, on est peut être rivaux, mais quand il s’agit d’un handicap ou d’une maladie, on est tous égaux !