InterviewClub

Karim Aklil « Il y a beaucoup de coups bas gratuits qui m’écœurent un peu de ce milieu »

20/05/2020 à 11:35

Karim Aklil n'est plus le président de l'Athlético Marseille, il a laissé sa place à Bruno Mansio. Pour Actufoot, le désormais ex-boss du club marseillais fait le bilan de son mandat et nous explique les raisons de son départ.

Un nouveau président a été nommé à l’Athlético Marseille. Pouvez-vous nous en parler ? Était-ce une volonté de votre part de laisser le poste ?

Je vous confirme que je suis bien démissionnaire du poste de président du club de l’Athlético, et je tiens à préciser qu’il s’agit bien d’une décision de ma part mûrement réfléchie, que j’avais prise au mois d’avril lors de cette période de confinement. Ce confinement qui m’a permis de faire un bilan au sujet de mon engagement personnel auprès du club de l’Athlético avec beaucoup de recul et de sérénité.

Quand est ce que ça s’est fait et de quelle manière ?

D’abord, je voudrais dire que je reste convaincu par la réussite de ce beau projet « club », dont je suis certain qu’il atteindra le niveau professionnel sous 3 ans, car je sais que les mécènes que sont Cyril Hanouna, Souleymane Diawara et Stéphane Hasbanian sont très attachés au club et ils vont rester des fidèles soutiens, entre autres financiers, malgré mon départ, comme ils le sont depuis 3 saisons maintenant, et je sais que le nouveau président Bruno Mansio, ainsi que l’effectif « joueurs », le staff et les éducateurs des équipes de jeunes sont de grande qualité… même si les moyens techniques dont les installations sportives dignes de ce nom nous manquent cruellement pour assurer un bon fonctionnement pour être davantage performant… ce sera le prochain chantier du nouveau président et de son équipe dirigeante pour réussir à franchir un vrai cap pour le club. J’ai donc fait part de ma décision aux membres du comité de direction de l’association et au cours de l’assemblée générale du 09 mai 2020, ma démission et la nomination du nouveau président Bruno Mansio ont été votées et acceptées.

Allez-vous continuer à travailler avec le club ? À quel poste ? De quelle manière ?

Aujourd’hui, j’ai décidé de me consacrer à mes affaires personnelles, à ma famille, car jusqu’à présent mon engagement auprès du club de l’Athlético Marseille était à 100 % bénévole et me prenait 100% de mon temps. Je rappelle aussi que je suis mécène du club depuis 3 ans… je préfère rester honnête dans ma démarche et juste me limiter à supporter le club en tant que spectateur, en laissant la place à des gens plus disponibles et capables de représenter une vraie valeur ajoutée au club.

Que retenez-vous de cette mission en tant que président ? Quel est le bilan ?

Je suis fier d’avoir réalisé une année sportive réussie avec cette accession en N2 ! J’aurais tout de même préféré terminer la saison normalement afin que le plaisir soit total… On ne va pas faire la fine bouche car le résultat final est bon pour l’Athlético. Pour rappel, sans manquer de respect à quelle équipe que ce soit, nous avons battu tous les favoris du groupe lors de cette saison, ce qui signifie que la logique pour la montée a été respectée (Istres – Aubagne – Lucciana – Ajaccio – VSJB). Je pense que le club d’Ardziv ne mérite pas de descendre car s’ils avaient commencé leur saison comme ils l’ont fini, ils auraient été un vrai prétendant à la montée en N2, et je trouve dommage que Gemenos descende aussi car ils ont un président humainement fabuleux qui consacre sa vie et beaucoup de son argent personnel pour soutenir son club.

« J’ai trouvé cette attitude basse et cela donnait le ton du traitement que les clubs concurrents allaient nous accorder »

Avec un superbe parcours en coupe de France…

Oui, je suis fier d’avoir accompli ce parcours en coupe de France, pendant lequel nous avons battu toutes les équipes de N2 que nous avons rencontrées (Grasse et Martigues), mais aussi un club professionnel de Ligue 2 Rodez. Aussi, nous avons fait jeu égal malgré une défaite 2-0 en 16ème de finale avec le tenant du titre le Stade Rennais qui termine cette saison 3ème du championnat de Ligue 1 et donc qui s’est qualifié en Champions League pour la saison prochaine ! Quand je repense au match, si nous avions marqué nos trois premières occasions franches, nous aurions mené 3-0 à la 20ème minute du match ! Vous rendez-vous compte, face au Stade Rennais ! Je vous invite à revoir le match pour le confirmer… c’était magique, j’étais très fier de mes joueurs et de mon staff ce soir-là car nous avons su élever notre niveau de jeu et faire jeu égal avec un club de Ligue 1.

Il n’y a pas que eu de bons moments…

Lors de mon passage en tant que président, j’ai aussi vécu des mauvais moments tels que lorsque la saison 2019/2020 avait à peine commencé lors du 1er match contre Côte Bleue, un club évoluant dans notre groupe, a fait appel afin que nous perdions ce match, car ils étaient convaincus qu’un de nos joueurs n’étaient pas qualifiés pour jouer. Bien évidement, ce n’était pas le cas, mais j’ai trouvé cette attitude basse et cela donnait le ton du traitement que les clubs concurrents allaient nous accorder. J’ai plein d’autres exemples en tête, comme lorsque nous avons affronté un club corse au mois de mars, un de ses dirigeants, fair-play, m’a informé que 8 clubs l’avaient appelé la veille de notre rencontre afin qu’il porte réclamation contre nous avant de jouer le match pour des raisons infondées.

Et il y a eu des rumeurs…

Je suis toujours autant surpris et lassé d’entendre des fausses rumeurs lancées contre nous par toujours les mêmes personnes d’ailleurs… comme par exemple que notre club va aller en D1 car nous aurions des graves problèmes financiers ou de gestion… Des clubs voisins appellent en ce moments les joueurs de l’Athlético Marseille pour essayer de les convaincre de signer chez eux car l’Athlético Marseille va mourir… C ‘est beaucoup de coups bas gratuits qui donnent une mauvaise image du football amateur et qui m’écœurent un peu de ce milieu, alors que de notre côté nous avons toujours agi avec beaucoup de bienveillance vis-à-vis des clubs voisins, comme lorsque nous avons invité près de 70 clubs amateurs pour assister à notre match prestigieux de coupe de France (Stade Rennais) près de 2000 enfants parents éducateurs pour partager ce moment tous ensemble.

Vous avez rencontré d’autres problèmes ?

Je retiens aussi que les moyens techniques et financiers que nous donnent la ville de Marseille ne sont pas à la hauteur pour vraiment aider les quartiers populaires à se développer dans de bonnes conditions. Chez les jeunes, nous bénéficions cette année encore que d’un terrain (Rive Verte) pour accueillir près de 400 enfants dans un stade sans lumière le soir. C’est tellement triste de voir des jeunes s’entraîner dans le noir alors que nous sommes un club qui compte au niveau national. Marseille, 2ème ville de France… Nous n’avons pas pu nous occuper comme il se devait des équipes de jeunes qui sont censées représenter l’avenir du club et il faut que cela change dès la saison prochaine. C’est aussi triste de voir que nous devons nous déplacer à 50 km de Marseille pour jouer des rencontres prestigieuses de coupe de France, ce qui empêche encore nos supporters d’être présents lors de ce type de rencontre historique pour le football amateur. Je suis conscient en même temps que ce n’est pas facile à gérer pour l’adjoint aux sports Richard Miron et ses équipes qui ont très peu de moyens pour travailler et donner satisfaction à tout le monde. D’ailleurs, j’en profite pour remercier Valérie Laugaudin et Jérémy Leginbach du service des sports de la mairie de Marseille qui ont toujours fait leur maximum pour nous aider.

L’image du club a-t-elle évoluée pendant votre mandat ?

En terme de notoriété du club, je suis fier d’avoir atteint un nombre de followers sur nos réseaux sociaux équivalent aux clubs de Ligue 2, à savoir près de 60 000 personnes : ce qui confirme qu’une vraie communauté Athlético existe et donc il va falloir encore développer car le potentiel est fort, nous avons la chance d’avoir avec nous des personnalités très appréciées et suivies telles que, entre autres, notre directeur Sportif Mamadou Niang, ex-capitaine exemplaire de l’OM, Souley Diawara, Cyril Hanouna… mais aussi des super joueurs en devenir !

De quelles actions au club êtes-vous le plus fier ?

Je suis fier d’avoir signé un accord de partenariat d’une durée de 3 saisons avec le club professionnel du Montpellier HSC comme je suis fier d’avoir créé une vraie filière avec certains pays africains pour permettre au club de l’Athlético de multiplier les échanges au niveau sportif mais aussi social et humanitaire. Enfin, je finirai par une vraie déception…malgré tous nos efforts, concernant le projet ambitieux de construction du Stade à l’Estaque, potentiellement créateur d’emplois et de nouveaux centres de vie économique et sociale dans les Quartiers Nord de Marseille laissés à l’abandon depuis bien trop longtemps, que nous avions présenté aux services de la Ville de Marseille, garanti techniquement et financièrement par un important groupe de promotion immobilière français clairement identifié, qui malheureusement est resté classé sans suite par les services municipaux concernés… En même temps, je me dis que si Zinédine Zidane, un Dieu vivant du football mondial, marseillais d’origine, n’a jamais réussi à se faire entendre pour établir ses terrains de Foot à 5, Z5, à Marseille, alors il devient logique et normal que que nos chances de voir naître un tel projet à Marseille soient de Zéro.

« Je suis fier de rendre des comptes en parfait état de marche pour la saison 2019/2020 »

Pouvez-vous nous parler du nouveau président ?

Bruno Mansio est un chef d’entreprise aixois passionné de football mais aussi de rugby depuis une trentaine d’années. il a toutes les qualités et les moyens de prendre la présidence de ce formidable club. Il bénéficie d’un réseau d’entreprises important et il a une vraie expérience en terme de management. Humainement, c’est un homme sain courageux et capable de tout donner pour développer ce club. Il connaît la majorité des membres du comité directeur de l’association ainsi que les principaux mécènes actuels du club. Lorsque j’ai évoqué mon souhait de démissionner, alors très vite il est devenu aux yeux de tous un choix logique et idéal pour assumer cette fonction.

Bruno Mansio était le président prévu sur la plaquette pour un déménagement à Aix. Est ce dans ce cadre qu’il a été élu ? Ce sera la président du déménagement ?

A ma connaissance, aucune décision n’a été prise pour un éventuel changement du siège du club, il appartiendra à ses dirigeants et aux instances de la Ligue d’en décider, pour le bien du club et du développement du football amateur régional. En tout cas, je peux vous dire que les priorités du club seront axées sur une montée en N1 pour l’équipe 1 senior, une nouvelle organisation du plan de travail chez les équipes de jeunes, et de bénéficier d’installations décentes et adaptées aux réelles ambitions du club, pour l’équipe senior pour l’équipe réserve qui évolue en R2, comme pour toutes les équipes de jeunes.

Quel est l’avenir de l’Athlético Marseille ? On parle encore de relégation en D1 par la CRCC…

Je suis très optimiste pour le développement futur de l’Athlético que ce soit sur le plan sportif ou le plan structurel et financier. En tant que président de la saison 2019/2020, je suis fier de rendre des comptes en parfait état de marche pour la saison 2019/2020 et d’avoir tenu les engagements que j’avais pris auprès de la commission de la CRCC lors de notre dernière audition. Nous avons préparé un budget solide pour la saison 2020/2021 basés sur des éléments concrets. Nous avons confié depuis le mois de novembre 2019, la responsabilité de nos dossiers administratifs et financiers à une personne expérimentée dans le domaine, qui par le passé a travaillé à la DNCG à Paris pendant près de 7 ans et qui était responsable administratif et financier d’un prestigieux club professionnel de Ligue 1 pendant près de 12 ans. Donc l’ensemble des dirigeants du club est serein pour aborder les prochaines échéances prévues en Juin avec les services de la Ligue et ceux de la DNCG.

Un dernier mot ?

Je pense que comme dans toute reprise d’une société ou d’un structure sportive telle qu’un club de football, il faut toujours une saison voire deux pour prendre réellement connaissance du passif réel et des carences cachées par les anciens responsables et prendre ses marques pour donner une vraie impulsion au bon développement du projet visé. Je dirais que nous avons mangé notre pain noir et que maintenant la structure est totalement saine et prête à décoller telle une fusée capable d’atteindre les sommets rapidement. J’ai été fier d’être à l’origine de ce projet et je suis certain que dans un moyen terme l’Athlético sera un club professionnel qui comptera au niveau national.