Ligue 1Coronavirus

Et si la Ligue 1 était définitivement arrêtée aujourd’hui, quel classement serait homologué ?

16/03/2020 à 14:37

Et si le coronavirus forçait la Ligue 1 à se finir aujourd'hui, quels seraient les classements pris en compte ? Eléments de réponse !

Que se passerait-il si la saison actuelle de Ligue 1 était définitivement arrêtée ? La question agite les réseaux sociaux depuis quelques jours, surtout avec l’intervention du président lyonnais Jean-Michel Aulas qui défend l’idée d’une « saison blanche ». La prise de position a été critiquée, surtout par la direction de l’OM, au regard de la saison des Gones qui est la pire depuis plus de 20 ans.

Si on suit l’idée de Jean-Michel Aulas…

Le boss de l’OL suggère donc qu’aucun titre de champion de France ne soit attribué et quil n’y ait aucune relégation en Ligue 2. Les clubs qualifiés en Coupe d’Europe seraient inchangés par rapport à la saison dernière : PSG, Lille et Lyon en Ligue des champions et Rennes, Saint-Etienne et Strasbourg en Ligue Europa.

Un trou dans le règlement

Tout ce vacarme médiatique est créé par un trou, une absence dans les règlements qui ne prévoient pas cette situation. Et ce serait au Conseil d’Administration de la LFP de trancher la question. Mais alors, comment décider du vainqueur, des qualifiés pour les Coupes d’Europe et des clubs relégués en Ligue 2 de la façon la plus équitable possible ?

Étirer la saison jusqu’au 30 Juin ?

Cette solution semble inapplicable car le contrat de plusieurs joueurs expire avant cette date du 30 Juin. Cette date impliquerait également un report de l’Euro-2020, et un décalage temporel pour la saison suivante.

Le classement actuel conservé ?

On pourrait réfléchir aussi à figer le classement actuel, soit au soir de la 27e journée, soit au soir de la 28e, si Strasbourg-PSG pouvait être joué. Cependant, ce procédé serait injuste pour les équipes qui n’ont pas affronté deux fois le TéFécé, lanterne rouge du championnat, ou pour ceux qui ont joué le PSG lors de la phase aller mais aussi retour alors que d’autres clubs ne les ont affrontés qu’une seule fois.

On prend le classement de la phase aller ?

Cette solution semble une bonne idée pour mettre toutes les équipes sur un pied d’égalité avec le même nombre de match. Mais, encore une fois, la phase aller a réservé à certain le PSG, l’OM ou encore Rennes à domicile, ce qui serait injuste pour les équipes qui les ont joué à l’extérieur. Et dans cette situation, on supprimerait le mercato de joueurs, les changements d’entraîneurs et les bonnes séries de la 2e partie de saison… Si on prenait compte seulement de la phase aller, alors Paris serait champion, Marseille et Rennes en Ligue des Champions, Lille, Reims et Nantes (si Paris gagne les coupes nationales) ou Lyon et Saint-Étienne (si Paris perd) en Ligue Europa, Metz serait barragiste et Toulouse et Nîmes en Ligue 2.

On fait des playoffs ?

Et si on rejouait ? Plus aucun problème d’injustice si le classement se fait sur le terrain. Certains ont pensé au système de playoffs. Les clubs de première partie de tableau joueraient le titre et l’Europe (le premier actuel affronte le dixième actuel. Le gagnant continue et ainsi de suite). Ceux au-delà se disputeraient leur ticket dans l’élite dans l’autre sens (le onzième joue le vingtième, etc.). Il y aurait moins de matches qu’une phase retour de Championnat mais le contexte actuel ne le permet pas car aujourd’hui tous les français doivent rester chez eux, comme les sportifs de haut niveau.

Qui pour prendre la décision ?

LFP ou FFF ? Qui devra prendre cette décision en cas de non retour à la compétition ? Même là, il semble y avoir une hésitation… mais la décision finale, liée à la tenue ou non de l’Euro 2020, reviendrait à la FFF, et non à la LFP. «La Fédération est seule maître du jeu sur le futur», a insisté Noël Le Graët. Une séance extraordinaire pourrait même avoir lieu sous peu pour tenter de réfléchir à la meilleure solution. Le problème quand on créé une règle après la compétition, c’est que, quelle que soit la décision, on s’expose aux critiques sur la partialité…