InterviewDécalée

L’interview décalée de… Ludovic Heidelberger

11/10/2017 à 18:31

Ludovic Heidelberger, attaquant de l'Euga Ardziv, s'est prêté au jeu de l'interview décalée. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur le buteur charismatique du club des arméniens de Marseille.

Ludo, quels sont vos clubs de cœur ? Pourquoi ?

J’ai trois clubs de cœur : Vivaux Marroniers Sports où j’ai évolué pendant plus de 15 ans, l’Aj Bosquets Néréides où j’ai joué pendant 4 ans dans mon quartier avec de très gros joueurs et bien sûr l’Uga Ardziv, 8 ans que j’y suis, 8 ans de bonheur. Je m’y sens chez moi…

Quel est votre plus vieux souvenir « foot » ?

J’en ai tellement… Cela fait 31 ans que je joue au foot. Un fait marquant, j’étais en Pupilles Excellence à Vivaux, on jouait en coupe contre les Caillols et j’avais le plâtre depuis le début de semaine. Le vendredi, mon coach et mon père, mon supporter attitré, me l’ont scié pour que je puisse jouer ce derby. Et le pire, c’est que j’avais marqué…

Quel est le défenseur et le gardien de but que vous craignez le plus ? Pourquoi ?

Le défenseur que je crains le plus est Thierry Gossot. J’ai de la chance, il joue avec moi… Il est monstrueux cet enfoiré. Pour le gardien, je n’en ai pas en tête. Je leur ai quasiment tous marqué au moins un but… et j’en ai vu plonger et replonger… (Rires) Les gardiens ont plus peur de moi que le contraire.

Complétez le phrase. L’OM Champions Project, c’est…

pour l’instant, une grosse escroquerie… Investir autant d’argent sur des joueurs presque finis et de seconde zone, c’est prendre le peuple marseillais pour un con.

Quel est l’attaquant dont vous vous inspirez le plus ?

A mon âge, je ne m’inspire plus de personne. Mais par contre, depuis tout jeune, je suis fan de Ronaldo le brésilien, le roi, Il fenomeno. D’ailleurs, le public arménien m’appelle comme ça… Mais bon, je ne lui arrive pas à l’orteil (rires) ! Et j adore aussi Cristiano Ronaldo. C’est une machine à marquer, c’est trop.

Quel est votre dribble préféré ? Qui en a déjà été la victime ?

J’adore faire des feintes de frappes, ça passe à chaque fois. Mais ce que je préfère et ça je le fais rarement, c’est la roulette par dessus la tête. Il y a quelques défenseurs qui l’ont subi, à l’entrainement ou en match.

Avez-vous déjà pleuré pour un match de foot ? Pourquoi ?

Oui, j’ai déjà pleuré, même plusieurs fois car je suis un gagnant, un compétiteur. La dernière fois, je crois que c’était en finale de Coupe de Provence contre Rousset où on perd aux pénos. C’est mon dernier match à l’Uga avant de partir à Endoume… J’avais joué avec une fracture au bras, marqué le but du 3 à 2, mais ce jour-là, pendant la séance de tirs aux buts, l’arbitre central en avait décidé autrement…

Quelle est votre plus grosse honte en football ?

Ma plus grosse honte dans le football, c’est de perdre un match sans se révolter. Après, j’en ai subi une un jour d’entrainement, Arman Birgin m’a mis un petit pont d’anthologie… J’avais la haine !

Avez-vous des regrets concernant votre carrière ?

Des regrets… pfff… non ! Je n’aurais pas rencontré ma femme et je n’aurais pas mes trois merveilleux enfants… Le destin a décidé de cette trajectoire pour moi.

Complétez la phrase. Actufoot, c’est…

Actufoot, c’est le France Football du foot amateur, suivi par tous les footeux amateurs, entraineurs, joueurs, supporters. Bravo !