InterviewDécalée

L’interview décalée de… Nabil Haryouli

01/11/2017 à 18:36

Nabil Haryouli, 33 ans, arbitre D1 et urbaniste dans un bureau d'étude, s'est prêté au jeu de l'interview décalée. L'occasion d'en savoir un peu plus sur celui qui avait sauvé la vie d'un joueur sur un terrain en 2016.

Complétez la phrase. Être un bon arbitre, c’est…

… un arbitre qui gagne son respect sans excès de zèle. Il apporte la justice sportive en toute intégrité et en prenant ses responsabilités, il applique le mieux que possible les lois du jeu. C’est l’arbitre qui accepte et apprend de ses erreurs et qui sait rester humble lorsqu’il a fait une belle prestation. C’est celui qui arbitre avec le sourire, c’est agréable de voir des arbitres et joueurs sourire sur le terrain.

Quel est votre plus vieux souvenir de foot ?

C’était au Sporting Club d’Auriol, j’avais 6 ou 7 ans… Le stade de l’époque n’existe même plus, ils l’ont délocalisé. Mon père m’avait inscrit mais le foot ce n’était pas mon truc. Je voulais tellement ne pas jouer que j’ai fini gardien de but, et même là ils n’ont plus voulu de moi tellement je n’étais pas motivé ! Finalement, la passion du foot est venue plus tard à l’âge de 10 ou 11 ans.

Quelle est votre plus grosse honte en football ?

En plein match, un joueur qui a voulu tacler un autre mais j’étais à côté. L’autre joueur a sauté, pas moi… « Il a chopé l’arbitre ! », c’est ce que l’entraîneur avait dit. J’avais fait un vol plané ! (Rires) Tout le stade a rigolé… Est-ce que ça méritait un carton ? Il m’a offert à boire à la fin de la rencontre donc c’était cool.

Quelle est l’erreur d’arbitrage que vous regrettez le plus dans votre carrière ?

Une erreur ? Je dirais une bêtise. Sur un match tendu alors qu’un entraîneur est venu me demander des explications à la fin du match sur une action, je l’avais envoyé sèchement baladé. Une fois au vestiaire, je me suis rendu compte que ce n’était pas pro de ma part, j’ai fait demi-tour et je suis retourné le voir à son vestiaire. Nous avons échangé calmement et cela a permis de détendre l’atmosphère.

Qu’est ce que vous ne supportez pas sur un terrain de foot ?

Les Cons du foot, ceux qui salissent ce sport, surtout les parents qui insultent alors que leurs gamins sont sur les terrains. Il y a beaucoup de choses qui m’énervent mais bon… On ne va pas refaire le football. Honnêtement, parfois c’est même triste, en catégorie Jeunes, c’est souvent les joueurs eux-mêmes qui calment les parents et qui disent « Monsieur l’arbitre, n’écoutez pas, ils sont bêtes ». No comment.

Quel est le club le plus difficile à arbitrer ? Pourquoi ?

Il n’y a pas de club facile ou difficile. Chaque match doit être arbitré avec le plus grand professionnalisme possible et quelle que soit la catégorie. Le côté délicat, c’est de ne pas avoir de préjugés même si ça s’est mal passé la fois précédente car chaque match est différent. Il faut juste se remettre en question pour éviter les erreurs réalisées afin d’éviter les situations conflictuelles.

La double sanction « penalty – carton rouge ». Qu’en pensez-vous ?

Faute de pied ? C’est fini ça ! Maintenant la question est « Le joueur a-t-il l’intention de jouer le ballon ? ». Dans ce cas, un tacle sera sanctionné par un carton jaune et penalty. Si c’est un acte volontaire d’anéantir une occasion de but ou un acte de brutalité, alors oui, c’est normal, rouge et penalty.

Complétez la phrase. L’arbitrage-vidéo, c’est…

… le futur. Le monde se développe, le football aussi ! Être arbitre, c’est aussi savoir s’adapter à son environnement. De nouvelles situations se produisent aujourd’hui alors qu’elles ne se produisaient pas il y a 10 ans : la vidéo apporte des solutions aux nouvelles problématiques du football pour préserver le spectacle.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière d’arbitre ?

J’en ai plusieurs…

La minute de silence après les attentats de Paris. Joueurs, arbitres et entraîneurs mélangés en accolades, un silence total et beaucoup d’émotions.

L’issue heureuse du joueur à qui j’avais porté secours en 2016. Tous les messages et appels que j’avais reçu… cela m’a démontré que le foot en Provence est vraiment familial. Sans oublier, la remise de la médaille d’honneur par le District et la récompense de l’Unaf, ça m’a beaucoup touché.

Complétez la phrase. Actufoot, c’est…

… LE média internet du foot amateur, une vraie connexion. Bravo.