ITWDécalée

L’interview décalée de… Sabri Mokthar

16/05/2019 à 17:33

Sabri Mokthar, coach de la D2 de l'AS Simiane-Collongue, s'est à nouveau prêté au jeu de l'interview décalée. Découverte d'un homme respirant la joie de vivre.

Vous en tant qu’arbitre, ça donnerait quoi sur le terrain ?

Un très bon arbitre (rires). Je dialoguerais beaucoup avec les joueurs, mais je serais strict quand même.

Quel supporter êtes-vous ?

Quand je vais au stade, je suis un fada ! Bon… avec l’âge, je me mets à Ganay maintenant (rires).

Fumigènes ou mégaphone ?

Les deux ! Mais je suis plus chanteur quand même.

Quel joueur auriez-vous aimé entraîner ?

Diego Maradona. Certains sauront pourquoi je dis ça.

Quel est votre rituel avant chaque match ?

Je bois mon café ! Tout le temps, c’est une obligation.

Quelle est votre expression favorite ?

J’en ai plusieurs… mais je dirais « ehhh mon vier ! »

Qu’est ce que vos joueurs ne savent pas de vous ?

Ce qu’ils ne savent pas ? Ils ne connaissent pas ma cuisine.

1-0, 80ème minute. Quelle tactique adoptez-vous ? vous bétonnez, ou vous laissez votre équipe sans modification ?

Je la laisse normale. 80ème, c’est encore trop tôt pour défendre. Ce que je fais dans cette situation, c’est que j’envoie ma ligne d’attaque presser haut les adversaires. Déjà, ça va ralentir le temps que le ballon arrive dans la zone dangereuse. Ensuite, je vois.

Quel joueur a le plus de look dans le vestiaire ?

Je dirais Kader Said. J’aime son style. J’adore ses dernières baskets, il se pomponne toujours bien.

Si vous deviez remettre le prix du meilleur comique dans le vestiaire, ce serait qui ?

Christophe Servino et Julien Grebere. Je nominerais les deux. Ils font la paire. Ils contribuent clairement à la bonne ambiance dans le groupe. C’est super.

Vous devez tirer un pénalty… panenka ou frappe de bourrin ?

Panenka ! Je vais te raconter une histoire. En 2013, on joue le maintien. On affronte le 1er Canton. 85e minute, on perd 1-0. Pénalty pour nous. C’est moi qui le frappe. Panenka, but. 1-1, on sauve l’équipe en D2. J’ai quasiment toujours mis des panenka. D’ailleurs, l’année dernière, j’ai joué un tournoi. C’était les demi-finales. Pénalty. Il y a la balle de la finale. En face, c’était mon gardien. C’est moi qui doit tirer. Je fais une panenka. Il n’a pas bougé… il le savait ! Il l’a arrêté et on s’est fait éliminer.

Si vous montez en D1, que vous engagez-vous à faire ?

La boule à zéro ! Mes gars me chambrent souvent sur ma calvitie. Alors si on monte, je rase tout !

Pour finir, pour vous, Actufoot c’est…

Un super site qui permet d’avoir l’information sur ce qu’on vit nous. Ça nous fait rêver comme des professionnels.