InterviewAncien de l'OM

Mickaël Pagis « Signer à l’OM a été pour moi une grande surprise »

25/03/2020 à 17:32

L'ancien attaquant de Sochaux, Strasbourg, l'OM et Rennes replonge dans les souvenirs, revient sur son parcours et se confie également sur ses activités actuelles, jonglant entre l'Académie du Stade Rennais et le développement de la pratique du beach-soccer.

Mickaël, comment vous vivez la situation actuelle ?

On le vit avec frustration dans le sens où on est tous confinés chez nous et toutes les activités s’arrêtent plus ou moins… On a aussi en tête avec ce virus la protection qu’on doit mettre en place pour nous, notre entourage et personnellement, je suis concentré là-dessus. C’est vrai que c’est un peu effrayant et on ne sait pas quand ça va s’arrêter surtout, on a pas de visibilité sur l’avenir proche donc on se pose beaucoup de questions concernant la tournure des événements sur les prochains mois… Dans le football professionnel, il y a de gros enjeux économiques et les instituions se réunissent régulièrement pour avancer sur la question. On rallonge le confinement donc ça repousse également une éventuelle reprise des championnats. Pour les clubs, joueurs, c’est difficile de se préparer, on va voir comment ça va se dérouler… L’idéal c’est que les championnats puissent reprendre, mais pour moi si ce n’est pas le cas, il faudrait se fier au classements actuels pour faire le bilan sportif.

Le Vélodrome, quelque chose de particulier ?

Ah bah oui ! Ça a été un grand moment de ma carrière, c’est quand même un club que je suivais dans les années 80 et jamais je n’aurais pensé un jour signer à l’Olympique de Marseille… Cela a été pour moi une grande surprise, je l’ai vécu pleinement. Le Stade Vélodrome ça reste gravé, les entrées, quand on marque un but, c’est vrai que c’était des grands moments.

Qui était votre modèle dans votre jeune carrière ?

Moi on m’a comparé très jeune à Marko Van Basten, le Néerlandais qui jouait au Milan AC pendant la grande époque du club italien. Après, je n’ai jamais cherché à ressembler à qui que ce soit. Par la suite, on m’a un peu comparé à Eric Cantona. Il y a des joueurs que j’ai aimé regarder jouer mais j’avais tendance à aimer être libre sur un terrain, faire ce que je ressentais sur le moment, beaucoup de jeu à l’intuition sans rechercher à ressembler à quelqu’un.

 

Pour lire l’intégralité de l’interview, cliquez ici !

Mickaël Pagis : « J’ai mis du temps à prendre conscience de mes qualités »

Crédit photo : Wikipedia / Rouge Mémoire / RMC