InterviewN1

Rémi Sergio (Ex-Consolat) « Rentrer dans le Sud après ma carrière, c’est une évidence »

18/05/2020 à 17:38

À 32 ans, Rémi Sergio continue de briller du côté de Villefranche-sur-Saône. Auteur d'une saison pleine en National, où il a récolté 11 étoiles terminant du même coup en tête du classement, le milieu du FCVB n'entend pas baisser le rythme. Rencontre.

Rémi Sergio, vous avez connu l’OM, Consolat, Martigues, Endoume, est-ce qu’un retour dans les Bouches-du-Rhône pourrait être envisageable pour finir votre carrière ?

On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais s’il y a un bon projet pourquoi pas. Mais très sincèrement, à l’heure actuelle je n’y pense. Je me sens encore en forme et mon souhait est d’évoluer encore au plus haut niveau auquel je peux prétendre. Rentrer dans le Sud après ma carrière, c’est une évidence. Quand ? Je ne sais pas.

Est-ce que vous continuez de suivre les résultats de ces équipes ?

J’ai passé de bons moments dans chaque club où je suis passé. Je regarde quand je peux les classements, en espérant qu’ils fassent la meilleure saison possible. J’ai encore des amis dans ces équipes, on échange ensemble, donc de près ou de loin, je suis encore les résultats.

Vous avez connu aussi un passage du côté du Nîmes Olympique, qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?

Elle m’a fait goûter au monde pro. C’était exceptionnel. À l’époque j’avais signé à Endoume en DH. Ce n’est pas que j’avais mis le football entre parenthèses, mais j’étais à côté de la maison, j’entraînais des petits, on venait d’avoir notre première enfant. Je n’avais pas envie de partir n’importe où en galère en France ou à l’étranger. Durant cette saison, je me suis régalé ! On avait une équipe qui avait un niveau supérieur à la DH. Il y avait de gros joueurs comme Heidelberger, Franceschi, Sansoni. Cela m’a permis de me faire repérer par Nîmes. Passer de la DH à la Ligue à 27 ans, c’était incroyable ! Si j’ai pu y arriver, c’était aussi grâce au coach et son adjoint, José Pasqualetti et Hakim Malek, qui m’ont tendu la main. Je n’ai aucun regret par rapport à mon expérience nîmoise, même si avec le changement de coach, j’ai été mis de côté. En tout cas, les 6 premiers mois ont été magnifiques, je n’en garde que les bons côtés.

Pour lire l’intégralité de l’interview, cliquez ici :

Rémi Sergio (FCVB) : « La saison prochaine ? On se doit d’avoir de l’ambition »

Propos recueillis par Ridha Boukercha

Crédit photo : Maxime J. Photography / FCVB