Info

Reprise des compétitions : quels sont les scénarios possibles ?

17/11/2020 à 18:19

Alors que le football amateur est déjà à l’arrêt, et ce jusqu’au 1er décembre, les instances elles ne chôment pas. Sous la direction de la Ligue du Football Amateur, tout le monde s’active pour développer plusieurs scénarios de reprise des compétitions.

LA différence avec le premier confinement se trouve certainement là. Si lors du précédent épisode, les clubs ont pu reprocher aux instances de ne pas en considérer toutes les possibilités, cette fois on en est loin.

Selon nos informations, la Ligue du Football Amateur (LFA) s’est réunie à plusieurs reprises avec les différentes instances départementales et régionales afin d’évoquer cette problématique concernant la reprise des compétitions. « Hier, il y en a encore eu une où il expliquait la crise sanitaire et menait des réflexions à ce sujet pour le foot amateur. On a des informations qui descendent en boucle et on sait exactement les décisions et les réflexions que nous allons avoir », nous a confirmés Erick Schneider, le nouveau président du District de Provence. Et ça, c’est un gros point positif qui devrait rassurer les clubs.

Plusieurs scénarios

Il est évident que tout sera conditionné aux différentes annonces de l’Etat. Si le confinement prend fin le 1er décembre, une reprise pour les mineurs peut être mise en place. Mais comme nous l’avons évoqué plus tôt dans la journée, rien ne sera forcément décidé avant la mi-décembre : « Le Bureau Exécutif de la L.F.A. a annoncé que dès la sortie de ce nouveau confinement, des règles communes à l’ensemble du territoire seront annoncées, et que l’Assemblée Fédérale du 12 décembre prochain pourrait constituer le cadre de ces annonces », prévient le District de Provence. Une information qui permet de mettre en évidence un point : il n’y aurait probablement pas de reprise des championnats en décembre, tout du moins pour les séniors. « Concernant les jeunes, on peut admettre que la reprise des compétitions pourrait se faire dès la mi-décembre pour le Foot Animation voire les U14, dans la mesure où sur le plan physique et athlétique cette préparation de reprise est moins exigeante. », a précisé le District du Var dans un communiqué ce mardi après-midi.

Si dans le meilleur des cas l’ensemble des clubs peuvent reprendre le chemin de l’entraînement à la mi-décembre, le premier week-end de compétition pourrait alors avoir lieu le 9 janvier 2021. Il resterait alors 25 week-ends jusqu’au 30 juin. Un laps de temps qui pourrait alors permettre à certains championnats de se disputer jusqu’au bout. Pour d’autres, notamment ceux touchés chaque hiver par les reports, ils pourront envisager au moins d’atteindre la barre fatidique des 50% de matchs joués. Celle-ci correspond à la phase aller jouée dans son intégralité. Pourquoi est-ce important ?  « La position de la FFF aujourd’hui, cela peut évoluer, est la suivante : si on fait plus de 50% des matchs on établit un classement au quotient, ce qu’on a vécu en fin de saison dernière. Si on ne peut pas faire la moitié des matchs, ça sera une saison blanche », nous explique l’actuel président de la Ligue de Nouvelle Aquitaine, Said Ennjimi.

Comment terminer la saison ?

Plus la reprise est retardée, moins il y aura de week-ends disponibles. Par exemple, si les clubs ne sont invités à reprendre l’entraînement qu’au début janvier, on ne pourrait alors envisager un retour à la compétition que lors du premier week-end de février. Il ne restera alors que 21 dates jusqu’au 30 juin 2021. L’objectif est donc clair pour les Ligues et Districts, il faudra a minima jouer les matchs aller et après décider de la suite des compétitions.

De tous les avis que nous avons eus, il est clair que les instances n’abandonnent pas leurs licenciés, bien au contraire. Que le championnat puisse se terminer complètement ou qu’on ne puisse jouer qu’un certain nombre de matchs, les Ligues et Districts veulent aller au bout afin d’éviter de décider des montées et des descentes par le biais d’un quotient, qui a fait débat lors du dernier confinement. Plusieurs solutions sont à l’étude. Début novembre, le président réélu de la Ligue de Méditerranée, et membre du COMEX, Eric Borghini n’excluait pas la possibilité de terminer la saison avec des Play-Off. Une solution qui ne laisse pas indifférent les présidents de Ligue. « Le Play-Off n’a de sens que si on termine la phase aller », tempère Said Ennjimi. Mais aussi si le calendrier le permet.

L’autre solution sera de jouer en semaine, le soir. Si cela semble plus simple à mettre en place en District, elle peut également être étendue en Ligue. Pour cela des aménagements peuvent être pensés comme de faire les matchs à mi-distance entre deux clubs. Une voie qui aura comme effet d’augmenter le nombre de dates à disposition des différentes instances. Ce choix pourrait être choisi essentiellement pour les matchs en retard ou reportés.

Si toutes ces questions peuvent se poser pour les seniors, elles ne sont pas toutes transposables pour les jeunes. Avec des groupes qui sont souvent plus réduits, il est possible d’envisager d’aller au terme des championnats. Pour autant le District du Var prévient d’ores et déjà « qu’il faudra jouer lors des vacances scolaires faute de dates disponibles par ailleurs ». Un choix fort qui fait écho au désir des instances d’aller au bout de toutes les compétitions.

Peut-on jouer après le 30 juin ?

Malgré toute la bonne volonté, les Ligues et Districts ne sont pas à l’abri d’imprévus, notamment au niveau de la météo, qui pourraient les empêcher d’aller au bout des championnats pour seulement quelques journées. Dans ce cas, sera-t-il possible de dépasser la date limite du 30 juin ? La réponse n’est pas si simple. « Imaginez le cas de figure où il ne reste qu’un ou deux matchs, ça ne serait pas cohérent de ne pas pousser. Le 15 juillet est la date limite limite. », nous a soufflé un président de Ligue. Cela permettrait alors de rajouter deux week-ends supplémentaires. Mais est-ce que cela sera validé par le COMEX ? Rien n’est moins sûr…

Crédit photo : Icon Sport