ITWN3 (D) / 1ère journée

S. Talbi « C’était l’occasion de se relancer »

09/11/2017 à 19:31

Samir Talbi explique son départ raté en Algérie cet été et son arrivée à Aubagne avant d'affronter le Sc Bastia, samedi pour le match en retard comptant pour la 1ère journée de N3 (D).

Samir, pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

Au tout début, j’ai commencé avec Cassis-Carnoux. Après, je suis parti en Suisse, puis je suis revenu à La Penne sur Huveaune. Ensuite, j’ai joué à Uzès pour signer plus tard à Toulon. Une saison plus tard, je suis revenu à La Penne, puis j’ai signé à Côte Bleue. Cette année, j’ai rejoint Aubagne.

Vous deviez faire des essais en Algérie ?

Plus que des essais, c’était complétement fait… Mais j’ai eu un petit souci de papiers. Mon passeport n’est pas arrivé à temps et j’ai dû rentrer en France.

Pourquoi avoir choisi Aubagne ?

Quand je suis revenu d’Algérie, je n’avais pas grand chose et avec Côte Bleue c’était terminé. J’ai appelé Djamel Dahmani d’Aubagne pour m’entraîner et garder la forme. Au fil des entrainements, on m’a demandé si j’étais d’accord pour signer. J’ai carrément foncé ! En plus avec Djamel, Didier et Léon, c’était bénéfique…

Djamel Dahmani, Didier Camizuli et Léon Galli sont des coachs que vous connaissez un peu ?

Oui, je les ai eu à la Penne-sur-Huveaune, et c’était vraiment une opportunité à saisir. En plus, Aubagne joue la montée et a beaucoup d’ambitions. C’était l’occasion de se relancer !

Quelles sont vos ambitions personnelles ?

Mon ambition perso, cette année, c’est de faire encore mieux que l’année dernière et d’essayer d’apporter ce qu’il manque à Aubagne. La montée serait la cerise sur le gâteau !

Vous avez joué en DH, CFA2 et CFA. Avez-vous l’ambition et pensez-vous avoir la possibilité de jouer un peu plus haut à un moment donné de votre carrière ?

Quand tu es footballeur, il y a toujours l’ambition de jouer plus haut. Mais pour l’instant, je ne me projette pas ailleurs qu’à Aubagne. On va essayer de faire quelque chose avec l’AFC et on verra après…

Cette possibilité de partir en Algérie aurait pu vous faire côtoyer un niveau plus important ?

Oui, c’était une opportunité… Ça s’est fait comme ça… On m’a appelé et j’ai été mis en contact avec le coach de là-bas. Il s’était renseigné sur moi et me voulait à tout prix. J’ai fait une semaine de stage avec eux. C’était fait, mon contrat était posé sur la table, mais je n’ai pas eu mon passeport à temps. Je l’ai reçu après la fin du mercato… L’Algérie, c’est très compliqué, très spécial comme mentalité, mais j’ai envie de signer là-bas un jour… Quand tu vois cette ferveur qu’il y a aux entraînements, c’est plaisant !

Quel genre d’attaquant êtes-vous ?

Je suis adroit devant la cage, rapide et technique : ce sont mes points forts. A ce qu’il paraît, je ne suis pas un attaquant facile pour les défenses adverses car je bouge beaucoup.