ITWClub

Sébastien Piocelle nous livre les secrets du nouvel AC Arles !

09/07/2019 à 19:39

Une nouvelle direction arrive à l'AC Arles ! Sébastien Piocelle sera le nouveau manager général. L'ancien joueur professionnel, passé par la Ligue 2 et la Ligue 1 d'Arles-Avignon à l'époque, nous éclaire sur les nouveaux dirigeants et le projet du club.

Sébastien, pouvez-vous nous présenter la nouvelle équipe dirigeante de l’AC Arles ?

On est toujours en phase de construction sachant que le président sortant, Mickaël Del Moral, est en poste jusqu’à vendredi pour nous donner un coup de main et nous mettre un peu dans la continuité de son travail. Il est là pour nous donner les documents que l’on souhaite, pour nous épauler et nous aider. C’est Olivier Reuilly qui prend le poste de président. Il va falloir voter car il va y avoir un vice-président, un comité directeur… beaucoup de gens qui s’en vont, démissionnent, s’arrêtent parce qu’ils sont arrivés en même temps que Mickaël Del Moral ou pour d’autres raisons. Il va donc falloir mettre en place une nouvelle équipe dirigeante. On attend qu’un nouveau bureau soit créé. Moi, je suis le nouveau manager général. Je vais être la passerelle entre le président, tout ce qui est administratif, et le terrain. Jean-Luc Douvegheant devient directeur technique. Il va avoir en charge le foot à 11 de la U14 à la Senior Une. Il sera également l’entraîneur de la R2. Au jour d’aujourd’hui, c’est ce trio-là qui fonctionne ! D’autres entreront avec nous dans un futur proche. Mais dans l’urgence, on est obligé de travailler comme ça. On est un peu dans le jus au niveau administratif (licences), ce qui est le plus complexe, mais heureusement on avait travaillé un peu en amont avec l’accord de Mickaël Del Moral.

Avez-vous du retard à cause de l’intronisation de cette nouvelle équipe dirigeante ?

On a du retard car une saison se prépare au mois de mars-avril, mais il n’y aura pas de grands changements en termes d’éducateurs au club. La manière de fonctionner va changer mais on veut rester dans une certaine continuité. Pour l’instant, on n’a pas eu le temps, mais on mettra nos idées en place petit à petit. Il va falloir travailler, se fixer des objectifs. On espère que Ludovic Asuar va nous rejoindre avec un poste à définir au niveau sportif. Son fils joue à l’AC Arles. Au niveau sportif, Anthony Guise, l’ancien joueur de Saint-Rémy, intégrera le staff dans un second temps. On veut recréer une atmosphère de travail avec des gens qui connaissent le foot amateur et qui ont un certain vécu. Il y a quand même eu du bon travail de fait de la part de l’équipe de Mickaël Del Moral. On prend la suite avec nos idées, on est là pour aller de l’avant.

Et par rapport aux arrivées et aux départs de l’équipe première ?

On a l’accord de 5 ou 6 joueurs qui vont nous rejoindre et sur l’effectif de la saison passée, à part 3 ou 4 joueurs sur qui on ne comptait pas forcément, le noyau devrait rester au club. On est assez confiant sur le fait d’avoir une équipe compétitive. Notre priorité, c’est de prendre des joueurs qui ont connu Arles, qui y ont été formés, pour créer une identité et aussi pour gagner du temps car on aura un effectif où tous les joueurs se connaissent. On aura une équipe à 90% Arlésienne !

Jean-Luc Douvegheant était avec vous à Mallemort et il arrive à l’AC Arles à vos côtés. Vous vous connaissez bien ?

Jean-Luc, je l’ai connu quand j’étais joueur en Ligue 2/Ligue 1 avec Arles. Il entraînait les U19 et la 2e année il a pris la réserve. C’est quelqu’un que j’apprécie, avec du caractère, qui est plutôt un formateur. Il a des valeurs qui me correspondent et qui correspondent au club d’Arles. Sur Mallemort, il avait d’autres solutions mais il a décidé de m’accompagner. On a, à ce moment-là, créé un lien un peu plus important. Cela fait 30 ans qu’il est sur Arles. Il a commencé comme joueur, a connu beaucoup d’époques et surtout beaucoup de succès. La vérité, c’est qu’il n’était pas prévu au poste d’entraîneur de l’équipe première, on avait contacté Fred Soler, l’entraîneur de Barbentane mais comme il s’était engagé moralement avec son club, il a refusé. En plus, c’était loin au niveau des kilomètres… Par rapport au jeu qu’il propose, sa manière de mettre en place ses séances, de coordonner les jeunes… on est passé à côté. Arles, c’est un peu isolé, alors au lieu de mettre une annonce et de recevoir je ne sais combien de CV, on a réfléchi. Jean-Luc était la personne idéale pour reprendre l’équipe.

Pouvez-vous nous parler du nouveau président Olivier Reuilly ?

Olivier vient de Saint-Martin de Crau, dans le pays d’Arles, pas trop loin d’ici. Cela fait 30 ans qu’il habite là. C’est un chef d’entreprise. Il a deux enfants qui jouent au foot : le plus grand à Istres puis au Pays d’Aix en U17 National et le plus petit à St Martin. Il a aussi était au conseil d’administration du club de St Martin et il connait donc bien le fonctionnement d’un club amateur. C’est un ami. Quand on a mis le projet en route, il fallait un peu de sang neuf. On voulait des personnes qui arrivent un peu de l’extérieur, avec un autre œil. Ça s’est fait naturellement ! Il vient parce que c’est moi qui lui ai proposé. C’est quelqu’un de fiable et d’organisé. On sait qu’il n’y aura pas de surprise à ce niveau-là ! Ça peut faire peur quand on arrive à Arles car même si ce n’est pas le PSG, par ici c’est un peu le club phare. Il a l’exigence et la volonté de repartir de l’avant avec des résultats. Je pense que c est quelqu’un qui a la tête sur les épaules. Avec ses idées et son état d’esprit, on va montrer la voie à tous les licenciés du club.

Quel est le bilan concernant le travail effectué par l’ancienne équipe ?

Il y a toujours une ambiguïté quand une nouvelle équipe arrive : qu’est-ce qui a été mal fait avant ? Ce qui a été fait par Damien Delaunay et Max Vanel est bon. Ils ont fait de belles choses sur le sport adapté. C’est une réussite qu’on va prolonger. Aussi, il y a eu un gros travail de fait sur les féminines avec des conventions signées avec certains collèges. On va continuer sur cette voie-là. Il y a également le foot en marchant qui existe. C’est une nouveauté, on va voir un peu… Ce qui m’intéresse, c’est qu’il faut que ce soit donnant-donnant. Si le sport en marchant arrive au club, pas de soucis, mais quand il y aura des manifestations, il faudra qu’ils fassent partie intégrante du club. Il faut qu’on soit unis, solidaires, soudés… bref, un vrai club. Il faut une vraie alchimie entre tous les licenciés. Je vais même plus loin, par rapport à ce que j’ai connu quand on était en pro, ce n’est pas toujours l’AC Arles qui doit aller taper à la porte des commerçants ou des partenaires. A nous d’être attentif pour participer à la vie de notre ville ! On sera très attentif là-dessus. Autre nouveauté, on va remettre en place une équipe réserve ! Elle s’était arrêtée l’année dernière. On nous a dit qu’il y aurait beaucoup de départs, mais au final on a beaucoup de demandes. Si on a des ambitions, il faut avoir une réserve. Est ce qu’on démarrera en D3 ou D4, on ne sait pas, ce sera selon les choix du District concernant la suppression ou non du niveau D4.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous renoncé à la montée en U17 National ?

On a réfléchi en club et pas en équipe. Aujourd’hui, avec les refontes, notre génération U17 qui monte en National allait finalement être pénalisée après avoir fait une bonne saison. Ils auraient joué en U18 D1… C’était soit on surclasse des gamins en U20, soit on refuse la montée, ce qui nous permet de redémarrer en U18 R1 avec le groupe qui a fait la montée et qui, à moyen terme, sera l’ossature de notre équipe première. Cela va permettre à ces U18 de jouer en Ligue et pourquoi pas d’accrocher la montée à la fin de la saison. Comme cela, on n’en perd pas la moitié en route car ils jouent en D1 ! Aussi, la U17 National coûte de l’argent… Beaucoup de joueurs seraient venus de l’extérieur pour voir le niveau et la plupart seraient peut-être repartis. On veut être dans la continuité et récompenser cette génération qui sera le noyau de l’équipe Une dans deux ans. Cela permet de travailler avec trois équipes en Ligue avec les U20 et les U18. Quand on est en U18, morphologiquement, on est capable de jouer en Première. Cela va permettre de travailler en osmose. Les U17 et les U16 repartent en D1 mais en travaillant bien on peut accrocher le bon wagon pour monter en Ligue. Pour résumer, notre priorité était de ne pas perdre la génération qui est montée en National. Pour Jean-Luc Douvegheant et Adil El Khoudri qui va garder les U18, c’était la meilleure solution, il n’y a pas photo !

Les jeunes à l’AC Arles, c’est une priorité ?

Oui, il y a une réelle volonté, de l’école de foot à la pré-formation, de remettre de la discipline dans les entrainements, créer des séances supplémentaires qui s’appuient sur la technique de base et sur la répétition de gestes, faire du perfectionnement (une à deux séances par semaine et pas forcément par catégorie, les U12 avec les U13 par exemple). En terme d’image aussi, c’est moyen… On devra donc répondre aux attentes.

Quand aura lieu la reprise pour vous ?

La reprise, c’est le 29 juillet ! On a un peu de mal à trouver des amicaux car on est arrivé sur le tard. Si une équipe est interessée, elle peut contacter l’entraîneur de l’AC Arles Jean-Luc Douvegheant au 06.12.41.28.19 !