Que devient-il ?Coach

Mais où signera Bernard Rodriguez ?

23/03/2017 à 15:33

L'entraineur Bernard Rodriguez est rentré en France depuis Octobre après avoir mis fin à son contrat avec le club tunisien du Cs Hammam-Lif. Quelle direction va-t-il prendre maintenant ? Il répond pour Actufoot.

Bernard, que devenez-vous ?

J’ai fait un an à l’Espérance de Tunis puis à Hammam-Lif (1ère Division Tunisienne). La durée de vie des coachs est courte là-bas… Il y avait des problèmes d’argent au club et j’ai dû résilier mon contrat. Aujourd’hui, j’ai de nouveau envie d’entrainer. C’est mon métier premier, ma passion ! J’ai rencontré quelques présidents et j’ai eu quelques propositions que je n’ai pas accepté car je ne voulais pas faire n’importe quoi. Je pense aussi qu’il y a des périodes plus propices pour rejoindre un projet.

Vous êtes donc libre de tout contrat. Quelle direction allez-vous prendre ?

J’ai trois directions, trois axes. Le premier, c’est de repartir à l’étranger pour rejoindre un club professionnel. Le deuxième, c’est de récupérer une équipe de CFA, CFA2, DH, DHR ou de Jeunes en Ligue dans la région pour être coach à temps complet. Et le troisième, c’est de tenter une reconversion grâce au diplôme du DES (équivalent au BAC +3), ce qui devrait être conciliable avec un entrainement le soir.

Que pouvez-vous apporter à une équipe ?

Cela fait 25 ans que je suis dans ce milieu. J’ai fait pas mal de choses et j’ai quasiment gagné partout où je suis passé. Je peux apporter mon expérience et quelques compétences. Je suis passé par tous les rôles : Entraineur général, manager de grosses structures comme Marignane ou Aubagne. J’ai coaché Istres en Ligue 2, Consolat en CFA, des équipes professionnelles à l’étranger avec José Anigo. J’ai vraiment eu toutes les casquettes et j’ai même fait de la formation.

Un coach de votre envergure devrait facilement trouver un nouveau défi ?

Mon nom circule beaucoup mais je n’ai encore rien décidé.  Toutes les semaines, j’ai José Anigo au téléphone. Il veut que l’on travaille ensemble et que l’on rebondisse à l’étranger. Pour le moment, je suis encore disponible et je veux étudier toutes les propositions qui s’offrent à moi.