ITWPrésident

Stéphane Banos (Luynes Sports) « Je note beaucoup d’incohérences et d’inégalités »

20/11/2020 à 19:35

Stéphane Banos, président de Luynes Sports, regrette un manque de confiance du gouvernement envers les clubs alors que les mesures ont toujours été respectées. Interview.

Stéphane, comment avez-vous pris ces mesures de confinement et de suspension du foot amateur ?

Nous avons pris les mesures avec sérieux et gravité. En effet, la grave crise sanitaire que nous traversons est terrible et nous nous devons d’être disciplinés, respectueux et solidaires surtout vis-à-vis des personnes malades, mais aussi auprès du personnel de santé. Après la suspension des compétitions est juste normale. D’autant plus que nous, clubs amateurs, nos installations sont fermées.

Comment le club gère la crise sanitaire ?

Nous avons demandé à l’ensemble de nos éducateurs de rester en contact avec leurs effectifs et de garder un lien social et de leur communiquer un travail physique individualisé.

Comment on fait pour rester en contact avec ses licenciés ?

Ces contacts sont essentiellement par voie téléphonique et à travers les réseaux sociaux.

Quel est l’impact de cette 2e crise sur le club au niveau économique et financier ?

L’impact économique pour le moment est maîtrisé car nous n’avons pas de frais liés à l’activité. Cependant, nos factures d’équipements, de frais fixes demeurent et doivent être soldés, aussi tout cela reste fragile pour le moment. Et l’avenir très incertain !

« Maintenant on ne nous fait plus confiance… »

Espérez-vous une reprise en décembre ?

Cela semble bien compromis du moins pour les compétitions car il faudra, comme l’atteste les préparateurs physiques, une période de réathlétisation et celle ci se calculera au prorata du nombre de jours d’arrêt.

Et pour la reprise des entraînements ?

Pour la reprise des entraînements, je note beaucoup d’incohérences et d’inégalités. En effet, les enfants peuvent sortir, aller à l’école voire pratiquer une activité physique à l’école mais pas en club. Nous avons toujours respecté les préconisations gouvernementales à travers les distanciations sanitaires et port du masque et maintenant on ne nous fait plus confiance. Bref, de toute façon nous ne sommes pas consultés ou associés à la moindre discussion. Apparemment, nous ne sommes pas des gens intelligents ou responsables qui pouvons apporter notre contribution mis à part de payer.

Les tournois pourraient aussi être annulés au cas où le football reprendrait tard…

Nous organisons le tournoi international de la Pitchoun’s Cup avec quatre autres par an. Et j’ai une grosse interrogation sur le plan financier dans la mesure où les championnats vont certainement être prolongés jusqu’à fin juin. Nous n’aurons donc plus de dates disponibles pour l’organisation de nos tournois et là effectivement nous allons dans le mur car nous serons privés de recettes importantes voire capitales pour l’équilibre de nos budgets. Le manque à gagner sur l’annulation de la Pitchoun’s Cup par exemple serait de 30.000 euros.

Un dernier mot ?

Luynes Sports souhaite beaucoup de courage et de patience à toutes et à tous et le meilleur est devant nous, du moins nous l’espérons.