InterviewJoueur

Victor Trento « Je n’entrais clairement pas dans les plans du coach Michel Der Zakarian »

29/03/2020 à 18:35

Formé au SC Orange et vainqueur de la Coupe Gambardella en 2017 avec Montpellier, Victor Trento évolue actuellement avec la N2 du Marignane Gignac FC. Le milieu de terrain passé par l'AS St Rémy et le Istres FC a accepté, pour Actufoot, de revenir sur son parcours depuis son départ d'Orange, et notamment son échec au centre de formation du Montpellier Hérault SC, avant de rebondir du côté de Marignane. Interview.

Victor, dans un premier temps, peux-tu nous parler de ton parcours depuis ton départ du SC Orange ?

Depuis mon départ d’Orange, j’ai fait trois ans en centre de formation à Montpellier, puis deux ans en tant que stagiaire pro. N’ayant pas signé pro, j’ai rejoint St Rémy en N3, puis avec le dépôt de bilan, j’ai signé à Istres pour finir la saison. Et depuis cette année, je joue à Marignane.

« Le changement de coach en équipe première a tout bouleversé »

Comme tu l’as dit, tu n’as malheureusement pas signé pro à Montpellier, comment l’expliques-tu ?

Effectivement, je n’ai pas signé pro malgré avoir gagné la Gambardella et malgré avoir effectué la reprise estivale avec le groupe professionnel. Mais je n’entrais clairement pas dans les plans du coach Michel Der Zakarian, qui ne désirait pas mon style de jeu dans son équipe assez défensive si j’ose dire. J’ai également été blessé pendant six mois dans ma dernière année de contrat, on va dire que je n’ai pas été le plus chanceux. Mais je n’étais pas prêt pour le monde professionnel et cela à cause d’un manque d’impact dans les duels.

Victor Trento, en compagnie de ses coéquipers, vainqueur de la Coupe Gambardella 2017 avec Montpellier

As-tu des regrets justement concernant cet échec ?

Des regrets, oui. Car il y a eu une période où j’étais continuellement avec les pros, mais malheureusement à cette période, il y a eu un changement de coach dans l’équipe première et cela a tout bouleversé. Ce que je regrette le plus, c’est que j’estime ne pas avoir eu cette petite chance pour accéder au plus haut niveau rapidement. Après, ce n’est pas terminé, je n’ai que 22 ans et la carrière peut être encore longue.

« Marignane était le meilleur choix pour continuer à engranger du temps de jeu en N2 »

Tu as ensuite rebondi à St Rémy, puis Istres et enfin Marignane, pourquoi ce choix ?

J’ai tenté de rebondir à St Rémy où ça s’est très bien passé les six premiers mois, avec une équipe de collègue formidable. Malheureusement, le club a déposé le bilan donc j’ai terminé ma saison à Istres car j’avais eu de bons contacts avec le président, afin de bien finir la saison assurer leur maintien en N3.

Mon choix s’est ensuite penché sur Marignane car je voulais monter de niveau. Je connaissais un collègue qui y était, j’entendais de bonnes choses sur le coach et le club en général, donc je me suis dit que c’était le meilleur des choix pour continuer à engranger du temps de jeu en N2 pour ensuite pouvoir aller voir plus haut.

Aujourd’hui, comment te sens-tu à Marignane ?

Je me sens bien, même si ce n’est pas évident car on est à la lutte pour le maintien. Mais c’est bien, ça forge un caractère. Après, le virus nous a mis un coup d’arrêt car on était sur une bonne dynamique, on verra bien ce que l’avenir nous réserve.

« Il a toujours été en avance physiquement et ce dans n’importe quelle catégorie »

Peux-tu nous dire un mot sur un de tes anciens coéquipier à Montpellier et avec qui tu as également évolué à Orange, Clément Vidal ?

Je le connais très bien, c’est une très belle personne, très gentille. Il a toujours été en avance physiquement et ce dans n’importe quelle catégorie, que ce soit à Orange et même à Montpellier. J’espère qu’il va continuer à grappiller du temps de jeu comme il a pu le faire cette année. Mais surtout, si j’ai un conseil à lui donner, c’est d’être patient et d’attendre son heure.

As-tu eu des contacts avec des clubs professionels ces dernières semaines ?

Honnêtement, je n’en ai pas la moindre idée. Ce sont mes agents qui gèrent ce côté-là. Mais je ne pense pas que les clubs se bousculent, surtout à cette période très compliquée où la plupart des clubs sont dans une incertitude financière et sportive.

Le natif d’Orange (en haut à gauche) avec le Marignane Gignac FC

Comment vis-tu la situation actuelle alors que nous sommes en pleine crise sanitaire ? Que fais-tu pour rester en forme ?

Comme je disais, la crise sanitaire n’est pas évidente à gérer, on est tous en suspens quant à la repris du championnat ou pas, quand et à quelle date. Et puis il n’y a même plus de foot à regarder à la télé, c’est horrible, mais il y a des choses bien plus graves. J’essaye de garder la forme chez moi, en allant courir, à moins de 1km autour bien sûr, et en faisant des exercices de musculation, de gainage, etc.

« La fédération fera les meilleurs choix possibles et nous, on s’y pliera »

Finir la saison en été, c’est possible ? Qu’en penses-tu ?

Oui, je pense que c’est possible. Mais il ne faut pas qu’elle se finisse trop tard, car nous, sportifs, il nous faut deux à trois semaines de coupure totale pour récupérer d’une saison entière et pour ne pas avoir de coup de mou pendant la saison suivante. Après, c’est un cas exceptionnel donc au vu des circonstances, je pense que la fédération fera les meilleurs choix possibles et nous, on s’y pliera. Mais je ne vous cache pas que le foot, ça manque…

Pour finir, quels sont tes objectifs et tes ambitions pour le futur de ta carrière ?

Mes objectifs sont clairs. Je veux monter les niveaux d’année en année, en continuant à progresser et à me régaler sur le terrain. Je n’ai pas de date limite, je suis patient, j’attendrais mon tour, mais pour cela, il faut continuer à être performant sur les terrains car il n’y a que ça qui compte. Le reste, ce n’est que du bla-bla.

Les résumés des prestations de l’ancien du SC Orange avec la N2 du Marignane Gignac FC