R3Hillion

Romain Penguilly (Hillion Saint-René) : « On est passé de 22 à 28 ans de moyenne d’âge »

23/11/2020 à 19:01

Attaquant d'Hillion Saint-René depuis tout petit, Romain Penguilly a livré son sentiment sur l'arrêt des compétitions et sur le début de saison de son équipe.

Comment gardez la motivation après cette deuxième coupure ?

Pour ma part, la motivation reste intacte, j’ai hâte de reprendre. Il n’y a que quatre matchs de championnat de jouer, tout reste à faire.

Comprenez-vous toutes ces décisions prises souvent contre le sport ?

Oui je comprends les décisions prises, ça devenait compliqué de s’entraîner et de jouer le dimanche avec le nombre de cas qui augmentaient.

A Hillion, quel est le sentiment général ?

A Hillion ? Honnêtement, le sentiment général, je ne le connais pas trop. Sur notre dernier match de championnat, l’équipe adverse avait un cas covid mais 95% des joueurs voulaient jouer. Le règlement indique qu’on doit jouer quand il n’y a que un cas. D’ailleurs un règlement qui a changé d’un week-end à l’autre, c’est à l’agence régionale de santé de décider et non à la Ligue de Bretagne de Football… C’est mon point de vue !

Restez-vous concernés par une éventuelle reprise?

J’espère qu’on va reprendre assez rapidement. La saison dernière avait déjà un goût d’inachevé !

Comment s’entraîner tout seul ?

Pour essayer de garder une condition correcte, je fais du vélo et de la course à pied. Quel plaisir de tourner en rond (rires). Mais ça ne remplacera pas l’intensité d’un match.

Comment jugez-vous le début de saison de votre équipe ?

Durant la préparation, nous avons été assidus aux entraînements. On a alterné le bon et le moins bon durant les matchs amicaux. Pour l’instant, en championnat, nous avons deux victoires, un nul et une défaite. Nous avons fait de bonnes choses contre Plérin, Lanvollon et la Roche Derrien. Par contre, face à Pordic-Binic, nous avons été décevants. On est passé à travers. Sur ce match, nous n’avons rien montré.

Patrick Bellot (le nouveau coach) a-t-il apporté des changements ? Ou un autre état d’esprit?

L’arrivée du coach a changé certaines choses sur la discipline sur et en dehors du terrain. Que tu es 18 ou 35 ans, il te rentre dedans pareil. D’un point de vue personnel,  j’aime ce style d’entraîneur, même si des fois j’aurais envie de l’envoyer paître (rires).
Cette année, nous avons plus une mentalité de guerriers, on est plus solidaires et nous avons plus d’expérience grâce au retour de Jimmy Basset (recrue qui évoluait à Plaintel) et des reprises d’Emmanuel Bougeard et de Diego Morin. L’équipe a vieilli un peu. On est passé de 22 à 28 ans de moyenne d’âge.

Au niveau du jeu, comment jugez-vous l’équipe ?

Nous avons les joueurs pour garder  le ballon et créer du jeu. On a des jeunes comme Hugo Hery, Théo Paupardin et Maxime Poupart qui sont de bons joueurs et qui peuvent que progresser ! L’entraîneur essaye justement d’installer son style de jeu basé sur la possession, sur la volonté de jouer vite vers l’avant et sur un mouvement perpétuel des joueurs de l’équipe.

Le parcours en coupe de France n’a pas été très brillant, comment l’expliquez-vous?

Le parcours n’a pas été fameux. Après je ne peux pas forcément dire grand chose sur le match contre Plédeliac (défaite 2-0), je n’étais pas là. L’état d’esprit et l’envie n’étaient pas présents pour cette première rencontre de l’année après des mois sans jouer. Mais nous sommes toujours en coupe de Bretagne, on a sorti Hénanbihen lors du dernier tour et nous devons jouer Plaintel au prochain tour. Je pense que les coupes seront annulées pour finir le championnat en temps et en heure.

A lire aussi : Patrick Bellot :  » Pas envie de traîner dans le ventre mou ou jouer le maintien  »