R1Stade Paimpolais

Benjamin Guyomard (Stade Paimpolais) : « J’ai fait tout ce que je pouvais à Paimpol »

29/07/2020 à 18:01

Sur le départ pour une nouvelle aventure avec sa copine, le capitaine du Stade Paimpolais Benjamin Guyomard a évoqué la saison passée. Entre une montée et un bon parcours en coupe de France, la saison a été réussie chez les marines.

Benjamin, les rumeurs ont été nombreuses durant l’intersaison. Restez-vous au Stade Paimpolais ?

Benjamin Guyomard : « Je pars. Mais je reste à Paimpol jusque fin août par rapport à mon travail. Et après, ça dépend où signe ma copine (NDLR : ancienne joueuse de Guingamp). Je la suis.

Êtes-vous triste de quitter le club ?

Oui et non. Je suis content d’avoir fait tout ça à Paimpol. Je n’ai pas triché avec le club. J’ai œuvré en tant que joueur, éducateur et bénévole. J’ai fait tout ce que je pouvais. Ce sont des circonstances de la vie, je le fais car j’ai envie de voir autre chose.

La montée en R1 est-elle méritée?

Oui sur l’ensemble de la saison, elle est méritée. Il y a un petit regret que ça se soit fini un peu avant avec le confinement.

Quels ont été les moments importants de championnat ?

Le match le plus déterminant, c’est la défaite au COB (2-1). On gagnait tout jusqu’à présent. Ça nous a remis les têtes à l’endroit. Ça nous a fait du bien. On s’est tous remis au travail car ça n’allait pas tomber du ciel.

Que gardez-vous de ce parcours en coupe de France ?

Contre Locminé, c’était  la fête. Il y avait une très belle ambiance. Il y avait du monde, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu le stade de Paimpol aussi plein. Et aussi les supporters sont venus en nombre au Rheu. Personnellement, c’était une belle aventure, je pense qu’on aurait pu passer ce septième tour.

Étiez-vous déçus par le tirage qui aurait pu vous offrir une ligue 2? Et étiez-vous déçus par l’élimination contre Le Rheu ?

Sur le papier, c’était abordable. Le terrain n’était pas facile, on jouait sur le terrain de rugby. On n’a pas fait du beau jeu mais on devait passer. Après, tout le monde n’a pas la chance de jouer un septième tour de coupe de France. On ne va pas non plus cracher dessus.

Comment expliquez-vous ces très bons résultats avec un effectif si jeune ?

A Paimpol, il y a eu un changement. Beaucoup plus de jeunes viennent au club. Il y a une bonne ambiance et beaucoup de jeunes joueurs sont éducateurs (environ la moitié). L’engouement se développe autour du club.

Vous montez en R1 avec une moyenne d’âge de 22-23 ans…

On a tous un petit vécu. On a tous joué en DH chez les jeunes, certains étaient en centre de formation. Les coachs (El Hadji Lo et Bruno Bourguignon) ont l’expérience du haut niveau pour nous recadrer.

« Pas crédible alors qu’on se comporte comme un débile le dimanche »

On a tous notre expérience. C’est toujours mieux d’avoir un ou deux vieux briscards pour encadrer les jeunes mais nous ça marche sans. Tant mieux.

Vous avez souvent changé de poste ces dernières années. Où êtes-vous le plus à l’aise?

(Il réfléchit). Par rapport à cette saison, je dirai attaquant car j’ai quand même mis vingt buts. Je me sens vraiment bien la. J’ai commencé à ce poste. Après, ça ne me dérange pas de jouer à gauche ou à droite ou de reculer au milieu. Le principal, pour moi, c’est de jouer.

Quelles sont vos caractéristiques pour jouer devant ?

Je cours beaucoup, je presse tout le temps, j’essaie d’harceler. Je suis assez grand, je peux aller au duel. On peut me lancer en profondeur. J’aime bien les duels.

Vous avez pris des cartons rouges par le passé. Le brassard de capitaine vous-a-t-il canalisé ?

Oui, au départ, quand je l’ai eu à Paimpol, c’était pour ça. On m’avait dit que j’allais être obligé de me calmer. Ca m’a permis de m’assagir. Et je mûris, ce n’est plus possible maintenant de péter les plombs bêtement. Et je suis aussi éducateur, on prend du recul car on se dit qu’on n’est pas forcément crédible le samedi alors qu’on se comporte comme un débile le dimanche. Je mesure plus mes émotions. »

Matthieu Naizet

Crédit photo : Le Télégramme