Foot pompiersChampionnat de France

O. Le Turdu (Sél. Pompiers 22) : « Tous les joueurs de la sélection ont la même passion… »

03/11/2017 à 22:33

Mercredi, le premier tour de qualification du championnat de France des pompiers s'est déroulé à Uzel. Olivier Le Turdu a pris la succession de Laurent Edy il y a deux ans, il sélectionneur et entraîneur de la délégation du département. Les pompiers costarmoricains ont affronté cinq autres délégations pour un tournoi organisé en deux poules, avec des rencontres de deux fois vingt minutes. L'occasion de défendre ses couleurs et de partager d'autres moments que des interventions et des gardes entre collègues... Pur produit d'Uzel, O. Le Turdu revient sur cette journée de compétition.

Tout d’abord, pourriez-vous nous décrire votre parcours de coach ?

J’ai commencé avec les jeunes d’Uzel, je me suis occupé de l’école de foot et des U13 au niveau départemental. j’ai l’I1 et l’I2. Puis, j’ai été recruté en emploi jeunes à la section féminine du Stade Briochin, je m’occupais de l’école de foot et de l’équipe féminines qui était en DH pendant la saison 99/2000. C’est à cette période que j’ai passé le BE. Je suis revenu à Uzel après deux ans de coupure, j’ai dirigé l’équipe B des Seniors pendant quatre ans. C’était du niveau District. Puis, je suis allé à l’AS Coëtmieux pendant quatre ans, j’ai été entraîneur-joueur puis entraîneur. Derrière, je suis revenu à Uzel où j’ai pris les féminines en Seniors, il s’agissait d’une création d’équipe en 2015. J’ai été obligé d’arrêter pour des questions professionnelles à la fin de la saison. Depuis, je reste spectateur, je suis un fidèle d’Uzel donc je vais superviser les adversaires pour donner des tuyaux au coach de l’équipe fanion.

Je suppose que vous êtes pompier et en activité…

Oui, je suis professionnel depuis 2001. On travaille beaucoup en 24/48 : 24 heures de garde et 48 heures de repos. Je suis beaucoup investi dans la formation, ce qui me prend beaucoup de temps. J’ai un projet de passer les officiers, ce qui m’oblige à faire un choix. Ça demande beaucoup de temps de préparation et de travail. D’autant que j’ai la famille aussi, je suis papa de jumeaux depuis peu. Ça aussi, ça demande beaucoup de travail. Je suis toujours pompier volontaire à Uzel, depuis 1992. Je donne toujours un coup de main.

« Ces rendez-vous permettent de mieux connaître des collègues qu’on côtoie au travail »

Quelle est votre relation avec cette sélection départementale de pompiers ?

Mes premières sélections datent de 1998/1999, j’étais défenseur central. On a eu la chance de se qualifier en 2000 pour le France. On était allé en Corse, c’était une super année avec de supers souvenirs. Depuis, on ne s’est pas qualifié. J’ai joué jusqu’en 2006, mon collègue voulait passer la main sur le banc. Étant déjà entraineur à côté, il m’a proposé de prendre la suite et j’ai accepté. C’était en 2007, ça fait dix ans que je suis à la tête de la sélection. Avec un nouvel adjoint, Cédric Desanneaux, cette année. Ce qui est bien parce qu’il faudra bien que je passe la main un jour moi aussi.

Qu’est-ce que vous appréciez dans ces rendez-vous ? Quel est l’état d’esprit ?

Tous ceux qui font partie de la sélection ont la même passion : le foot. Chacun joue dans des clubs différents. Ça réunit les professionnels et les volontaires. Ça permet de se retrouver en dehors du cadre du boulot, avec le plaisir de la compétition. Même si les objectifs sont moins importants que le week-end, avec leurs clubs respectifs. Même si on n’a pas réussi à attendre le France, ça se refera un jour. Ce genre d’évènement contribue à l’incorporation des pompiers : il y a un état d’esprit fort, on est soudé et il y a de la solidarité. Cette expérience permet de mieux connaitre les gens que l’on a l’habitude de côtoyer au travail.

Un niveau hétéroclite et des joueurs difficiles à réunir

Quel est le niveau de la sélection ?

Je dirais que le niveau de l’équipe se situe entre la D1 et la R3. Offensivement, on a quatre qui jouent en R2, à Uzel et à Erquy. Il y a un joueur du FC Plérin au milieu et un jour évolue en D1, à Plouguenast. Sur le banc, j’ai un joueur de Plémet (D2) et un joueur de Saint Brandan-Quintin (D1). Après, ce sont des joueurs qui ne jouent plus. Certains ont connu un plus haut niveau, je pense à Samuel Mousseaux, qui a joué en CFA2 à Dinan-Léhon, et à notre gardien, Julien Dudal, qui a connu les U15 et U17 nationaux au Stade Briochin. Il y a plusieurs niveaux, la complexité, c’est d’avoir des automatismes. Certains joueurs en ont et d’autres n’en ont pas du tout. On a fait deux matchs de préparation contre Uzel et Plaintel en octobre. Avec les gardes des collègues et leurs obligations, ce n’était pas simple d’avoir tout le monde. On était douze contre Uzel et onze contre Plaintel. Plaintel nous a prêté quelques joueurs. Certains joueurs que j’avais en sélection, je ne les ai vus jouer qu’une fois, parfois même qu’une seule demi-heure. On s’est servi de ces matchs pour observer des joueurs dont on m’avait parlé. Pour faire des matchs comme ceux qu’on a fait au tour de qualifications, il faut un groupe de dix-huit joueurs.

Malheureusement, vous terminez à la cinquième place. Comment ça s’est passé ?

Il y avait trois ou quatre joueurs absents, des joueurs qui étaient blessés ou qui travaillaient. Ils n’ont pas réussi à se faire remplacer. Je parle de joueurs cadres qui auraient apporté une plus-value. Sur des dates comme ça (le 1er novembre) ce n’est pas facile de se libérer. On fait un bon match contre la sélection d’Ille-et-Vilaine qui était le favori du groupe. On a fait une très belle entame de match, on doit mener au moins 1 – 0 à la mi-temps. On était bien en place, on les a empêchés de jouer. on était bien. Ça s’est régulé en deuxième période, on a baissé un peu le rythme. L’adversaire a pris l’ascendant sans vraiment être dangereux. Après, les penaltys, c’est un peu la loterie. La victoire était obligatoire contre le Morbihan. On se prend un but au bout de cinq minutes, ils avaient un très bon numéro dix qui nous a posé des soucis. Si on avait gagné le premier match, on aurait vu le Morbihan et on l’aurait repéré. Après, on s’est bien repris mais c’était cadenassé. On n’avait plus le choix, il fallait qu’on gagne donc on est passé à trois derrière. On a eu des occasions mais on a fait les mauvais choix devant. Dans les dix dernières minutes, on aurait pu se prendre deux ou trois buts sans les arrêts de Julien Dudal.

« Il y avait quelques spectateurs, ils étaient surpris du niveau »

Cette cinquième place est anecdotique ?

On a fait tourner sur le match de classement, on a vraiment fait jouer tout le monde. Ce qu’on retient sur ce match, c’est la blessure de mon collègue, Vincent Josse. A 37 ans, il a fait toute sa carrière à Uzel, c’était mon capitaine mercredi. Un arrière droit généreux, propre et dur sur l’homme. Il avait quelques crampes, je voulais le sortir et il ne voulait pas trop. Sa cheville s’est bloquée et il s’est luxé un genou. Je le connais très bien, vu comment il criait, je savais que ce n’était pas du chiqué. Il a fini aux urgences. Il va passer une IRM dans quinze jours, on espère que les ligaments ne seront pas touchés. Sa carrière de foot risque de se terminer là-dessus. Ça a été le seul blessé, ça fait partie du jeu. Il y avait quelques spectateurs, ils étaient surpris du niveau. ils découvraient et certains ont trouvé que ça jouait bien. L’adjointe au maire d’Uzel, Madame Le Potier, et Loïc Roscoët (Conseiller départemental), étaient là et ils nous ont félicité pour l’organisation de cet évènement.

Rendez-vous l’année prochaine donc ?

Oui. A priori, c’est le Maine-et-Loire qui accueillera les qualifications. Ils ont promis de refaire une délégation. Ça faire sept voire huit délégations avec la Mayenne qui n’a pas réussi à faire une équipe cette année.

 

Les résultats du tour de qualification
Finale : Loire-Atlantique – Morbihan : 1 – 0
3e place : Finistère – Ille-et-Vilaine : 0 – 2
5e place : Côtes d’Armor – Manche : 3 – 2

Poule A
Match 1 : Côtes d’Armor – Ille-et-Vilaine : 0 – 0 (1 – 2 TAB)
Match 2 : Côtes d’Armor – Morbihan : 0 – 1
Match 3 : Morbihan – Ille-et-Vilaine : 1 – 0

Poule B
Match 1 : Loire-Atlantique – Finistère : 0 – 0 (2 – 1 TAB)
Match 2 : Finistère – Manche : 1 – 0
Match 3 : Morbihan – Ille-et-Vilaine : 1 – 0